Actualités, Couture

Artisanat gaulois – Saison 1

Grande maison gauloise (2e Âge du Fer). Photo de l’archéosite.

Tout est parti d’une sortie du CDCD (ou Cercle des Costumes Disparates) lors de laquelle nous sommes allés visiter l’archéosite d’Aubechies-Beloeil, en costumes, puisque c’est la spécificité de notre groupe d’amis (un évènement costumé par mois). Comme je l’ai déjà raconté au jour le jour (ou presque) dans l’article consacré aux premiers costumes que j’ai réalisés, j’ai été acceptée parmi leur groupe d’artisans !

J’apprendrai tout ce qui touche au costume depuis la création du fil et de l’outillage jusqu’au vêtement fini, puis le montrerai en action.

J’ai eu envie de tenir ici un petit journal pour rendre compte de cette expérience. Ce ne sera pas forcément un compte-rendu hebdomadaire, mais j’essaierai de me tenir à une certaine régularité !

22 avril 2021 :

Pour l’instant, je possède deux costumes « gaulois » mais pas tout à fait : les coutures intérieures sont réalisées à la machine, les tissus ne sont pas fait main, et les accessoires non plus. Petit à petit, je compte avoir deux costumes pour moi (plus tard pour Hervé éventuellement) qui soient, le plus possible, historiquement irréprochables : un d’hiver et un d’été. Ils seront réalisés dans les couleurs, matières et techniques de couture les plus historiques possibles. Les coutures à la main ne me font pas peur, et à cette époque-là, les points sont assez simples à réaliser !

Comme matériel, pour l’instant, j’ai un fuseau, une bobine de laine blanche filée main, et une aiguille en os. Je ne vais pas aller bien loin avec ça 😀 ! D’autant que l’aiguille est super large, je ne suis pas sûre de pouvoir coudre avec : je crois qu’elle est plutôt faite pour le cuir, une fois qu’on a percé les trous, ou pour les ouvrages tissés en laine épaisse.

J’ai acheté un petit métier à tisser pour apprendre chez moi, comprendre le mécanisme et progresser sans devoir recourir aux métiers très lourds qui sont sur le site. À l’avenir, je rêve de me fabriquer une saie à carreaux là-bas ! J’ai également acheté 300g de lin non blanchi, qu’il faut que j’apprenne à filer ; apparemment ça ne se pratique pas de la même manière que la laine, il faut se mouiller les mains !

29 avril 2021 :

J’ai reçu le métier à tisser le week-end dernier mais je n’ai pu l’utiliser qu’hier. J’ai commencé par un tout petit projet histoire de comprendre le principe de base et de ne pas me dégoûter. C’est avec des carreaux ! Je l’ai transformé en pochette pour que ça me serve 🙂

4 mai :

J’ai tissé et cousu deux autres pochettes entre temps : la première avec des couleurs plus appropriées et la seconde avec des fils créés sur mon fuseau « d’époque ». Je me suis rendue compte avec celle-là que mon peigne était trop large pour travailler des fils aussi fins, alors j’en ai commandé un autre plus dense !

Amélie, la fille du potier, a pris cette très jolie photo de moi dimanche dernier !

En pleine concentration

Les deux dimanches derniers, j’ai appris beaucoup de choses, dont une technique de tissage du néolithique avec des brins de lin et des cailloux comme poids, et une autre plus tardive pour tisser des bandes, avec comme seul matériel un poteau et ma ceinture !

J’ai aussi modelé des fusaïoles ; malheureusement, sur toute la cuisson des potiers, seule une petite partie a été préservée… dont deux fusaïoles modelées par le potier (les miennes ont éclaté).

Du coup, je viens de terminer mon premier fuseau : il fonctionne bien et je peux faire un fil assez fin. Bon par contre le bâton est un peu tordu alors ça ne tourne pas parfaitement : je vais le remplacer dès que j’en trouve un mieux ! Et ce n’est pas si simple que ça, de trouver un bâton bien droit^^

Mon premier fuseau

Je commence donc tout doucement à constituer mon matériel « d’époque », dont la plus grande partie offerte par les autres généreux artisans. Je possède :

  • deux fuseaux
  • un « dé à coudre » en cuir
  • deux aiguilles en os
  • un gobelet !

Pour la laine, j’ai tout ce que je veux (merci Bernadette ! 🙂 ) et pour les tissus, j’essaie de trouver le plus adéquat : je viens de couper les pièces de ma future robe d’été dans un lin que j’ai teint en bleu-vert foncé. Je compte la coudre à la main là-bas. Le temps que ça prendra ne me fait pas peur, par contre, il va falloir que j’apprenne à travailler sans épingles ! Heureusement que le patron est plutôt simple.

17 mai :

Voici mon matériel qui s’agrandit : j’ai ajouté un couteau et un peigne dans des étuis que j’ai cousus (celui du couteau est trop fin, je vais le changer), ainsi qu’une aiguille en métal offerte par un des artisans !

J’ai appris une technique de tissage datant de l’antiquité : le sprang. C’est super simple, il suffit en gros de bâtons, et de croiser les fils avec les doigts. (Après, plus on est doué, plus on tisse d’ouvrages compliqués ; mon premier essai était très moche 😀 ). Cela donne un tissu très élastique avec des trous, un peu du type « filet à provision ». Ils s’en servaient notamment pour faire des résilles à cheveux, mais cette technique a été utilisée jusque tard et notamment par chez nous ! On peut en voir un très joli exemple ici :

Mitaine exécutée par une bourgeoise de Bruges entre 1797 et 1835. Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles (tiré du blog « la libellule s’évade)

19 mai :

Voici mon premier essai de métier chez moi :

Tout d’abord je l’avais placé à l’horizontale entre deux chaises, mais ce n’était vraiment pas pratique ! La position n’était pas idéale et surtout les aiguilles en métal glissaient, et j’ai dû tout recommencer plusieurs fois. Du coup je l’ai suspendu à un montant de mon étagère avec mon appareil photo comme poids ! Ben oui, chez moi, je n’ai pas de pesons^^ (NAMM : en fabriquer lors d’une prochain atelier ! )

Une fois suspendu, et avec des petites baguettes en bois (des piques à brochettes) à la place des aiguilles, c’est devenu plus simple : n’empêche que je me suis tout de même encore trompée ! Mais j’ai réussi à rattraper l’ouvrage sans qu’il ne se défasse : oui ce qui est chiant avec le sprang, c’est que si les baguettes se défont avant d’avoir consolidé et fixé le centre, tout se casse la figure !

Pour le milieu, j’ai pris un crochet et rabattu les boucles pour garder l’élasticité, selon une technique trouvé sur le blog Faire fil de tous poils (merci au cas où vous passeriez par ici^^). Pour fermer, j’ai cousu les lisières entre elles, et pour le haut, il a simplement suffi de passer une cordelette dans les boucles créées par les barres du métier.

Je voulais faire un filet à mes cheveux comme à la Renaissance, mais il est trop long et trop mince, alors j’ai mis mes pelotes réalisées au fuseau dedans ! Bon, le fil est synthétique, alors il faudra que j’en fasse un autre pour Aubechies avec des laines plus historiques : je vais essayer de mettre plusieurs couleurs dans celui-là !

24 mai :

Au quatrième essai, j’ai enfin réussi à obtenir ce que je voulais !

Voilà un filet assez grand pour ma tête et avec une couture plus régulière :

14 juin :

Hier, j’ai pu m’attaquer à un métier à tisser ! Il était monté depuis plusieurs mois, voire années, et les fils étaient abîmés et couverts d’une de ces couches de poussière… Les marrons foncés surtout avaient besoin d’être remplacés (peut-être qu’ils étaient plus naturels et moins résistants ? ). J’ai appris à les remplacer et également à tisser. J’ai avancé l’ouvrage d’un vingtaine de centimètres ! La prochaine étape sera de remonter l’ouvrage pour continuer à travailler et apprendre (on ne pourra pas faire grand-chose de correct avec cet ouvrage-là, un sac peut-être :D). Par la suite, je veux apprendre à ourdir un métier pour un travail perso : mais pour ça il faut que j’ai 5 km de fil ! Et ce n’est pas encore le cas^^

Depuis la dernière fois, j’ai également appris à peigner la laine avec deux peignes, et à créer une mèche plus facile à filer. Je vais avoir mes propres peignes ! J’adore cette technique et je compte l’utiliser désormais.

J’ai cousu une robe en lin pour cet été : le costume en laine commençait à être trop chaud ! C’est roulé sous les aiss… non, c’est entièrement réalisé à la main avec les techniques et le matos d’époque ! Y a juste le tissu que je n’ai pas fabriqué, mais qui sait, ça viendra !

Mon « matériel » (pour travailler mais aussi pour me costumer) devient plus conséquent et je le transporte désormais dans un panier en osier. Ce sont ajoutés deux aiguilles en os, une épingle à cheveux et un bracelet (tous des cadeaux, je suis gâtée !), un filet en sprang, un gobelet en argile, et surtout un étui pour mon couteau ! C’est le potier qui me les as fabriqués et offerts ! Encore des cadeaux, c’est trop biiiien 😀

En dessous on peut voir un essai que j’ai fabriqué dans un cuir assez épais cette fois, sauf que quand j’ai mis le couteau dedans, j’ai coupé tous les fils T-T. Bref j’ai pas encore acquis toutes les techniques, parce que celui de Jean est parfait 🙂

Et On

On peut voir sur le fuseau de gauche la mèche que j’ai préparée : mon travail est beaucoup plus régulier grâce à cette nouvelle technique !

A la maison, j’ai essayé de fabriquer un métier à tisser simple, en prenant pour base celui que j’avais bidouillé pour le sprang. Hier j’ai emprunté deux pesons du site, qui par hasard s’emboîtent bien dans mon aiguille à tricoter (au début j’avais mis mon appareil photo et un pot de perles pour les poids 😀 ). J’ai fabriqué aussi une barre de lice qui me permet déjà de glisser un fil sur deux facilement. Pour l’autre, je le passe avec une très longue aiguille de tapissier.

Mon projet en cours est une écharpe avec des pelotes solitaires ! Ainsi que quelques brins de mes premiers fils.

26 juin :

J’ai terminé l’écharpe ! Ce fut long, déjà à cause de la barre de lice manquante, et ensuite car j’avais d’autres choses à faire. Parfois, je passais dans l’atelier et glissais un fil ou trois entre deux autres projets. J’aime bien cette écharpe mais je n’utiliserai plus cette technique de nouveau. Elle m’a permis de comprendre un peu mieux comment marchent les métiers de l’archéosite, mais c’est très long ! Je pense tisser, avec le métier pro cette fois, deux mitaines assorties. Wait and see… or not.

2 août :

Avec les vacances, j’ai eu moins le temps de me rendre à l’archéosite, mais j’apprends toujours autant ! J’ai reçu mes peignes, et le filandier qui me les a fabriqués m’a également offert de la laine verte teinte avec des plantes, comme à l’époque. Voilà à quoi le fil ressemble :

Il est réalisé avec un mini-fuseau porte-clefs que j’ai acheté lors de ma première réunion de filandières : c’est très long puisque je tourne le fil à la main, mais j’en a fait presque 13 m, et c’est ce que j’ai fait de mieux pour l’instant !

Je parviens également à faire un fil très fin, beaucoup plus qu’au rouet (je n’ai pas pris de photo, ici, c’est un fil en taille 2-3) : du coup, je compte m’inscrire de nouveau l’an prochain au concours du fil le plus fin. Cette année, je suis arrivée treizième sur dix-sept, et j’étais assez fière puisque c’était mon premier essai : j’ai commencé en octobre dernier avec un fil taille 14 plein de bouloches et d’irrégularités, on part de loin !

J’adore mon porte-clef, je l’emporte en voiture ou bien je file devant la télé, j’ai fait bien 60m de fil en une semaine. Ce n’est pas très rapide comparé au fuseau, et encore moins au rouet, mais c’est très agréable d’avancer dans mon filage sur plusieurs supports.

Pour revenir à l’archéosite, je vous présente une pièce supplémentaire de mon outillage : une boîte à aiguilles en os sculpté et ses quatre aiguilles, le tout réalisé spécialement pour moi par le forgeron !

14 août :

J’ai amené mon mini-fuseau (ainsi qu’un fuseau de dentelle) en vacances, pendant lesquelles j’ai filé toute la laine que j’ai pu amener (c’est-à dire pas grand chose). Je l’ai mesurée en rentrant, et en une semaine, j’ai filé 27 m de vert et 27 m de violet !

30 août :

Photo de Marie-Christine

Voici une très jolie photo de moi prise par une des potières de l’archéosite. Je porte une coiffe que j’ai inventée : à l’usage, je me rends compte que c’est ce qu’il y a de plus pratique pour travailler sans que les cheveux ne me tombent sur la figure (bon, la frange, ça, c’est une lubie non archéo-compatible de samedi dernier 😀 ). J’ai également une nouvelle tunique et deux nouveaux colliers, un que j’ai créé d’après un modèle du musée, et un autre offert par Marie-Christine (la photographe) pour mon anniversaire.

6 octobre :

Dimanche dernier aura été ma dernière fois de l’année à l’archéosite. Je n’y suis pas allée toutes les semaines mais assez régulièrement pour apprendre beaucoup ! Le filandier auprès de qui j’étais « en formation » m’a appris à remonter un autre métier à tisser et j’ai commencer à travailler dessus. Les autres artisans ont promis de me le laisser pour l’année prochaine, ce que je trouve touchant, parce que j’ai l’impression d’avoir pris une place plus importante là-bas ! Mais on verra s’ils tiennent leur promesse, sachant qu’il y a toujours des démos auprès de classes durant la semaine 🙂

Voici deux bobines et quelques fusaïoles que j’ai modelées et qui ont été cuites dernièrement :

Il y avait deux fuseaux de plus, que j’ai offerts. Le potier les a forés parce que j’avais fait des trous trop petits… Je le saurai pour la prochaine fois !

Il m’a également offert une lampe à huile, pour laquelle j’ai filé une mèche en lin.

Je l’adore ! Elle éclaire plus longtemps qu’une bougie, le seul inconvénient c’est qu’elle fume davantage quand on l’éteint.

Voilà, c’était la fin de mes aventures gauloises pour cette année ! De retour l’an prochain pour une nouvelle saison je l’espère !

Actualités, Ecriture

Synesthésies – recueil de nouvelles

Même si je n’en parle pas, j’écris régulièrement et à côté de mon roman Concerto branchebourgeons n°2, j’ai un long projet de recueil de nouvelles. Pour l’instant, j’en ai écrit une dizaine, et plusieurs d’entre elles ont déjà été publiées dans des recueils thématiques ou des magazines. J’attends d’avoir un nombre conséquent et qu’elles me satisfassent, alors la première d’entre elle date d’il y a six ans !

Le lien entre ces textes est dans le titre : « Synesthésies ». Pour chacune d’entre elles je crée une intrigue en mêlant les univers d’un auteur et d’un artiste, qui parfois sont en harmonie (Sévigné et Rameau), et parfois plus contrastés (Shelley et Presley).

Voici la liste qui évolue de mois en mois, voire d’année en année :

  • He’s all shook up – Shelley et Presley
  • La Tordue – Doyle et Verdi
  • L’abbaye aux corbeaux – Poe et Friedrich
  • Le corps d’Albine – Manet et Poe
  • Lettres à Revers – Sévigné et Rameau
  • Pauline, un soir d’été – Zola et Morisot
  • Spaceboy – Verne et Bowie
  • Tes larmes pour prix – Gautier et Doré
  • Vous serez immortelle – Hoffmann et Bernhardt

C’est un état des lieux ponctuel, car je retire régulièrement des nouvelles que je trouve moins bonnes (il y en a trois/quatre en rab’), et j’en ai plusieurs en cours. En publiant cette liste je me rends compte d’ailleurs qu’il y en a deux inspirées d’Edgar Allan Poe, et deux qui parle de peintres en pleine création ! Il va falloir que je change ça… ou pas.

La Tordue a été publiée dans Nu sur le Balcon, une anthologie de Séma qui est arrivée en fin d’exploitation. Même parcours pour Vous serez immortelle (Anthologies Trolls et Légendes « les semi-hommes), magnifiquement illustrée par Laurence Peguy.

En revanche, Tes larmes pour prix est toujours disponible dans l’anthologie Nutty Circus, et Lettres à Revers dans « Le temps revisité » aux éditions Arkuiris ! Je suis très fière de cette dernière nouvelle, dont la rédaction a été un moment de grâce, et le directeur du recueil, Stéphane Dovert, l’a tellement aimée qu’il l’a placée en premier !

Les autres nouvelles n’ont été lues que par moi ou un petit groupe de proches.


Hier, j’ai reçu la bonne nouvelle que Le corps d’Albine allait être publiée dans la revue AOC ! (Présences d’esprit). Ce sera le numéro 63, donc fin 2021 si tout va bien. Je ne sais pas encore en compagnie de qui je serai, ni à quoi ressemblera la couverture, mais je suis contente : et puis j’ai eu de bons retours du comité de lecture.

Un petit extrait :

La douleur déferlait sur lui comme des vagues. Elle le laissait sec et nu une seconde, puis revenait le frapper avec plus de force alors qu’il la croyait éloignée. À l’enterrement, quelques voix amies, d’il ne savait qui – tous n’étaient plus que des masses noires sans visage – lui avaient répété que la douleur s’en irait, que le temps l’effacerait, qu’il n’oublierait pas, mais qu’il souffrirait moins. Ce n’était pas le cas. La peine était toujours là, tapie dans le creux de son ventre, n’attendant pas de le prévenir pour l’attaquer, à l’improviste, lorsqu’il se réveillait et se rendait compte qu’il ne vivait pas un cauchemar, que le cauchemar était vivant.

Actualités

Mon nouveau site !

Décembre 2020

Comme vous pouvez le voir, mon site fait peau neuve ! Après onze ans de bons et loyaux services, Dotclear est définitivement dépassé, je ne peux plus mettre mes articles à jour, et plusieurs personnes m’ont conseillé de basculer sur WordPress. C’est mon cher et tendre qui s’occupe de la gestion de l’hébergement et du domaine, et il doit tout apprendre !

Par conséquent, ce site ne va pas être opérationnel immédiatement ; il faut de plus que j’apprenne de mon côté comment se servir de WordPress, d’autant qu’il y a beaucoup plus de souplesse et de possibilités que sur Dotclear ! Du coup c’est très chouette, mais ça prend du temps.

Vous ne m’en voudrez pas, j’espère, que ce soit un peu en chantier au début 🙂

Surtout, n’hésitez pas à me faire part de vos conseils et critiques, que vous connaissiez WordPress ou non !

Merci d’avance, Emma

Actualités, Ecriture

Concerto branchebourgeons n°2

8 février 2021

En avril 2020, j’ai quitté ma maison d’édition belge. Comme je l’ai expliqué ici, j’ai abandonné tous mes projets en cours. Je suis restée plusieurs semaines sans écrire, et j’en ai profité pour me consacrer à d’autres choses.

Je ne sais pas vraiment comment est née cette histoire, mais les prémisses se sont pointés alors que j’étais bien dans ma peau et que j’avais mentalement fait une pause question écriture. J’avais plusieurs fils d’idées, et un jour ils se sont imbriqués comme les pièces d’un puzzle !

Voici mes inspirations :

  • Le Concerto brandebourgeois n°2, fa majeur, premier mouvement de Jean-Sébastien Bach
  • Le Voyager Golden Record
  • Une personne avec des propriétés biologiques de plante
  • La revanche d’une personne du peuple sur sa classe sociale dans la France des Lumières

Comment faire une intrigue qui tienne debout avec tout ça ?

Vous demandez-vous ? Oui oui, c’est possible, et même pas trop ridicule ! Vous le saurez en lisant « Concerto Branchebourgeons n°2 ! »


15 avril 2021

Je viens de calculer que ça fait déjà sept mois que j’ai commencé ce nouveau roman. Jamais encore je n’aurais été si lente, mais jamais non plus je n’aurais écrit autant. Mon manuscrit très en chantier se monte à 38000 mots environ, alors qu’il reste bien plus de la moitié de mes notes à rédiger.

J’écris avec une copie en italique du synopsis dans le corps de mon texte. Chaque fois qu’une partie est rédigée, je l’efface, et lorsque je change quelque chose d’important au cours de la rédaction, je vais aussi le changer dans un fichier nommé « synopsis ». Cette dernière étape ne sert à rien car je ne vais jamais relire mes vieux fichiers une fois le roman publié, mais allez savoir pourquoi, j’aime garder des traces.

Je pense que je suis aujourd’hui dans une phase d’écriture différente de celle que j’ai vécue depuis la publication de Bordemarge en 2012. Depuis cette date, je n’ai cessé d’écrire sans m’arrêter, parfois plusieurs projets en même temps, et tout le temps avec une deadline. Ces deadlines me rassuraient au début, parce que j’avais un contrat et la certitude de publier, mais avec le temps, elles ont fini par me stresser et me desservir, notamment pour Palimpsestes III que je n’ai pu développer comme je l’aurais voulu (c’est moi qui ai coupé des intrigues et des passages, pas mon éditeur, mais je n’ai pas osé lui demander de repousser la date).

Je retrouve le plaisir d’écrire comme lors de mes deux premiers romans importants (respectivement Roman* (prononcez comme le prénom) et Porcelaines) : je prends le temps, je peaufine, j’explore, je reviens en arrière, j’écris parfois trois pages, parfois trois lignes, mais assez régulièrement…

J’écris comme quand j’étais ado, mais en même temps, avec comme bagage toute l’expérience que j’ai accumulée ces dix dernières années : j’ai appris à développer, j’ai appris à aimer cela, que ce soit les descriptions ou les psychologies, à créer une ambiance, un univers, des symboles… (Je me souviens encore que mon premier texte important faisait 10000 mots, et je pensais avoir écrit une saga ! (j’avais seize ans)) Et puis en dix ans, j’ai mûri, me suis beaucoup documentée, les thèmes qui m’habitent ne sont plus forcément les mêmes, ou bien alors j’ai pu les explorer dans mes dix romans (un roman par an, quand je regarde en arrière, ça me paraît hallucinant!). Par exemple, il y a peu de chances que je situe mes prochaines histoires à la fin du XIXème siècle, que je pastiche un de mes auteurs favoris, ou que j’invente une magnifique histoire d’amour, vu que j’en vis une :P.

Je ne suis plus dans l’urgence de raconter une histoire à tout prix, comme si elle allait m’échapper et s’envoler de ma tête. (Oui, j’ai toujours imaginé mes idées comme des papillons). Ce gros papillon-là est apprivoisé, il prend de la place, et n’a pas envie de partir !

Je suis loin d’avoir terminé, mais Concerto branchebourgeons n°2 sera certainement mon roman le plus gros (si l’on ne compte pas les trois tomes de « Palimpsestes » comme un tout, ce qu’ils ne sont pas vraiment pour moi, puisque je ne savais pas que j’allais écrire la suite), et mon roman le plus adulte. Peut-être le plus abouti, aussi. J’ai abandonné depuis longtemps l’idée d’écrire un chef d’œuvre qui concentrerait ce que je sais faire de mieux. C’est comme ça que j’ai fonctionné au début, en dressant des listes de tout ce que je voulais dans un roman ! Mais ce n’était pas la bonne stratégie, et avec le recul, rien de ce que j’ai publié n’a jamais correspondu à ces listes rédigées entre deux romans : combien de projets dorment encore dans mes tiroirs ! Car les histoires que je suis parvenue à terminer sont celles où l’intrigue, ou la situation initiale, était importante, et sur lesquelles j’ai brodé l’univers et les personnages. Seul Porcelaines échappe à cette logique, car tout est parti du personnage principal (un marionnettiste vengeur), mais ce n’était pas très bon…

*Je n’ai jamais publié Roman, qui est mon premier ouvrage, et qui en concentre tous les défauts. Je l’aime bien, j’aurais pu l’auto-publier avec une note explicative, mais j’en ai piqué des tonnes de trucs pour les mettre dans mes autres romans ! Le personnage principal, par exemple, deviendra Angus dans « Bordemarge ». Si vous voulez connaître le résumé, envoyez-moi un mail 😉

Actualités, Ecriture

Actualités littéraires

Quoi de neuf côté écriture ?

Décembre 2020

Dernièrement, je n’ai plus écrit grand chose. Pourquoi ? Évidemment, avec le coronavirus, on aurait pu croire le contraire ! C’est vrai quoi, j’avais le temps… Mais c’est en partie à cause de lui que j’ai fait une pause. Disons qu’il a eu tendance à révéler la vraie personnalité des gens, et que celle de mon dernier éditeur n’était pas si vertueuse !

J’ai récupéré les droits de mes deux ouvrages publiés chez lui (les Chercheurs du Temps et Incroyable Charlotte), ai fait table rase de tous mes projets littéraires (que ce soit chez Séma ou ailleurs), et depuis le mois d’août, j’ai commencé un nouveau roman (Concerto branchebourgeons n°2).

Février 2021

Je viens de terminer le premier jet d’un roman à quatre mains qui parle de fantômes et de Littérature. Pour l’instant, Le fantôme de Jane Austen est entre mes mains, et je procède à une première relecture ! Je pense que c’est le moment que je préfère, juste derrière celui où il est édité et que j’ai mon nouveau cadeau entre les mains.

Avril 2021

Ma première relecture du fantôme de Jane Austen est terminée. C’est mon acolyte qui est en train de le relire !