Emmanuelle Nuncq

Romancière à deux visages, couturière rêveuse et plein d'autres choses encore.

Mot-clé - Littérature

Fil des billets - Fil des commentaires

Robe fourmi 1873

13 juillet 2017 :

Oui oui je sais, le titre est bizarre :)

En fait, en octobre et novembre prochain, j'ai deux événements costumés : d'abord une soirée dont le thème est "Fancy dress" (travestissement de la fin du XIXè), et ensuite un bal d'hiver 1873 dans un château en Belgique.

Cela fait plusieurs semaines, voire mois, que je cherche des idées pour les deux et que j'ai changé d'avis plusieurs fois. Finalement (après avoir notamment voulu une robe "opéra" pour la soirée "fancy dress", mais n'ayant pas assez de velours rouge) je me suis décidée pour une robe 1873 noire qui, accessoirisée différemment, pourra me servir pour les deux. En plus de me coûter moins cher, cela me prendra moins de temps, du moins je pourrais m'attarder sur le patronage et les finitions : elle sera noire et très simple, très inspirée aussi du tableau "Madame X" de John Singer Sargent, mais tout sera dans la coupe et le contraste avec ma peau et mes cheveux. Je n'ai pas envie d'une robe à fanfreluches clinquante, ni d'une tournure de vingt kilos.

MadameX---revealed.jpg

Pour la version "Fancy dress", nous serons "la cigale et la fourmi" de Jean de la Fontaine, et j'ajouterai des ailes et des antennes à cette robe.

Fourmi.jpg

Pour la version du bal d'hiver, je mettrais des roses et des liserons dans mes cheveux du côté opposé à mon tatouage. Ce sera tout : pas de bijou, pas de maquillage extravagant, juste un corset rouge et noir dessous qui sera hyper serré, et de longs gants noirs pour les deux.

DSC03042.JPG

Je n'ai pas encore vraiment réussi à me décider entre ces deux modèles, qui se ressemblent beaucoup il est vrai. Ce que je sais, c'est qu'après avoir dessiné et redessiné mon croquis, j'en reviens toujours à une version épurée, qui est la plus jolie à mon sens. Dès que j'ajoutais des volants, des coutures, de la dentelle, des perles ou des rubans, c'était de trop ! Le seul détail vraiment classe sera que je ferai une doublure rouge, qui se verra quand je bougerai :) La petite robe noire fin-de-siècle et Haute couture, quoi ;)

14 août :

C'est mon avant-dernier jour de vacances et après avoir pas mal avancé dans l'écriture de Palimpsestes III, j'ai eu envie de coudre :) J'ai visité le musée Fin-de-Siècle à Bruxelles où une statue m'a expliqué comment les pièces devaient être coupées^^

IMG-2368.JPG

J'ai trafiqué les pièces d'après le patron du bustier de la Laitière, mais grosso modo il ne m'a servi que pour la ligne de la poitrine et du côté, pour le reste j'ai tout changé :)

DSC03313.JPG

Je les ai coupées dans un coton rouge pour me servir de toile. Sur mon mannequin les proportions ne sont pas les bonnes ; visiblement, il ne comprend pas qu'on puisse faire 107-78-117 comme mensurations :P Sur moi, ça rend mieux qu'ici, où j'ai l'air d'avoir une carrure en 2D, très large de face et mince de côté :D

DSC03314.JPG

DSC03315.JPG

DSC03316.JPG

Ensuite, j'ai essayé cette toile par-dessus le corset que je porterai, et j'ai demandé à Hervé de m'aider: et bien c'est un apprenti très zelé, il est parvenu à refaire l'épinglage comme un chef^^ Une fois la toile rectifiée, j'ai coupé la doublure :

DSC03317.JPG

Ensuite, j'ai coupé trois pièces dans un tissu noir un peu brillant ; elles sont plus grandes, en triangles et avec des pointes pour les bretelles. Dans le dos, je peux faire des plis :

DSC03318.JPG

Et le devant est en "cœur croisé", ainsi le pan plus long va se draper autour de la taille :

DSC03319.JPG

19 août :

Depuis que j'ai commencé j'ai cousu à petits points les plis sur le bustier, et ce soir j'ai commencé à poser les agrafes. Elles servent à fermer sur le côté, et une grande partie d'entre elles seront cachées ensuite par le pan en triangle qui s'attache dans le dos.

DSC03322.JPG

24 août :

J'ai cousu une jupe rouge dans le même tissu que la doublure, et je vais poser dessus, comme sur un canevas, les pièces de la jupe noire. J'ai choisi cette technique notamment parce que je n'ai pas assez de tissus. J'ai commencé par poser une traîne :

DSC03533.JPG

Puis j'ai épinglé un volant de dentelle noire :

DSC03534.JPG

J'ai cousu ce volant, et j'en ai posé un autre par-dessus :

DSC03535.JPG

Ensuite, je pense que je mettrai ce qui me reste de dentelle au bout de la traîne. On verra, pour l'instant, c'est juste épinglé :)

DSC03536.JPG

7 septembre :

J'ai terminé ma robe ! Ce fut long notamment parce que j'ai plein de trucs à faire en ce moment et pas spécialement de temps à accorder à ce projet. J'ai cousu des tonnes de volants pour recouvrir toute la jupe, mais mon appareil photo rechargeait alors je n'ai pas pris de clichés-étape. J'ai mis une ceinture à la jupe, qui est un ruban de velours sur un autre en gros-grain fermé par des agrafes. La jonction entre la jupe et le corsage ne se voit pas parce que le haut recouvre le bas. Il faudra juste que j'épingle dans le dos pour que ça ne remonte pas !

DSC03620.JPG

Voilà la robe portée, mais la photo n'est pas terrible et en plus j'ai eu beaucoup de mal à la mettre : entre le corset qui se ferme dans le dos, le jupon super ajusté, les agrafes sur le côté et les épingles dans le dos, c'était compliqué ! Le jour J, je crois qu'Hervé m'aidera à la mettre :) En tous cas, même si elle est chiante, je trouve qu'elle donne une super silhouette et qu'elle me va vraiment bien^^

DSC03622.JPG

J'ai commencé les accessoires pour la variante "Fourmi" et j'ai terminé les antennes^^ Ce sont deux plumes noires (merci Gasparde^^) montées sur un gros peigne, le tout recouvert d'un galon de ruban plissé et d'une broche en strass.

DSC03625.JPG

La robe et les antennes sur le mannequin :

DSC03626.JPG

Et une photo rapprochée parce qu'avec le noir on ne voit rien des plis !

DSC03627.JPG

12 octobre :

J'ai fait deux longues ailes en tulle mais suis tellement occupée ces derniers temps que je n'ai pas pris de photos de cette dernière étape. Pas grave, il y en aura de belles prises à la soirée !

Palimpsestes

1er février 2014:

J'ai terminé Palimpsestes il y a deux semaines, largement à temps pour la Foire du livre de Bruxelles, et suffisamment en avance aussi pour pouvoir avoir des retours :) J'en ai eu trois, globalement bons, et les défauts que mes amies ont relevés m'ont aidée à l'améliorer! J'espère vraiment qu'il sera publié, j'en suis fière, et j’aimerais vraiment pourvoir en discuter avec des lecteurs :) Parfois le soir, je m'imagine en conférence, et invente les questions que l'on pourrait me poser... Mais maintenant je me sens toute vide, ça me fait comme avant Novalys, cette impression d'avoir mille idées mais qu'aucune ne s'accorde avec une autre, et ne serait suffisamment intéressante pour faire un roman. J'ai l'impression, depuis Bordemarge, d'avoir été prise dans un engrenage, et de ne plus pouvoir vivre sans un gros roman sur le feu! C'est très bizarre, d'autant que quand j'en ai un, je n'ai qu'une hâte, l'avoir terminé :)

25 août 2016 :

Le premier tome de "Palimpsestes" est paru en février de l'année dernière, pile un an après l'avoir terminé ! Je l'ai présenté principalement à la Foire du Livre de Bruxelles et au Salon du Livre à Paris, où il a plutôt bien marché :) Je n'ai pas eu beaucoup de retours mais globalement, ils étaient tous bons, voire très bons, j'ai même été le coup de cœur de De fil en Histoire ! Aujourd'hui c'est la dernière limite pour terminer le tome II, que je dois envoyer à la fin du mois. J'avoue que ça me stresse beaucoup parce que pour la première fois, je n'ai pas du tout envie de m'y mettre. Ce n'est pas que je n'aime pas écrire cette histoire, bien au contraire, c'est surtout que depuis presque un an je vis avec un monsieur formidable qui me donne envie de faire un millier d'autres choses. Avant, j'écrivais surtout pour pallier à ma déprime, et étant seule, j'avais largement le temps d'écrire, en plus de mes autres activités, notamment la couture. Maintenant, il me faut faire des choix, et il m'est arrivé quelques fois cet été de préférer créer des costumes que de me remettre aux corrections ! Mais bon, j'ai un week-end qui se profile à l'horizon, je peux le faire, je vais le faire !!!

28 mai 2017 :

Le second tome de Palimpsestes est sorti en février dernier (désolée du retard^^) et en est à sa seconde critique, également de "De fil en histoire"! Je suis en train d'écrire le tome III, mais j'avoue que je n'avance pas très vite :)

Les Chercheurs du Temps

21 octobre 2015 :

J'ai la grande joie de vous annoncer que parait sur Amazon mon roman "Les Chercheurs du Temps", dont les onze épisodes constituent la préquelle de Bordemarge! Pour le trouver c'est très simple, on se rend sur Amazon :D C'est donc une version numérique, en attendant, un jour, peut-être qu'il y aura une version papier! Ce qui est sûr, c'est que je suis très heureuse de le partager enfin, car cela fait près de cinq ans que j'ai commencé à l'écrire!

1er mai 2017 :

Honte sur moi, je n'ai plus mis grand chose à jour sur ce blog côté écriture. Pourtant j'ai plein de nouvelles, dont une super, à savoir que "Les Chercheurs du Temps" vont être publiés chez SEMA ! Dans une vraie maison d'édition, et avec un épisode inédit ;)

News écrituriales

La majeure partie de mon activité est l'écriture mais pourtant ce blog n'est rempli que de chiffons^^ Il faut dire que donner des nouvelles régulièrement dans ce domaine est un peu compliqué... Imaginez: "Aujourd'hui, j'ai écrit un chapitre". "Aujourd'hui, j'ai corrigé le chapitre écrit hier". "Aujourd'hui, j'ai effacé le chapitre écrit avant-hier parce que je suis trop nulle" ou encore "Aujourd'hui, j'ai mangé trois chamallows"... C'est vraiment très intéressant et ça se prête aux photos et à la discussion, c'est sûr :D !

Mais aujourd'hui, j'ai plein de trucs à dire! Tout d'abord, je dois envoyer au Chat Noir le texte de Palimpsestes II avant l'été. Mmmh, ça va être tendu du slip, parce que j'ai rien foutu depuis des mois, que je pars une semaine en vacances et que je suis super heureuse en ce moment. Le rapport ? Quand je vais bien, j'ai beaucoup plus de mal à écrire. J'ai pondu Bordemarge en six mois (je travaillais à temps plein), alors que je déprimais sévèrement. J'ai écrit "Rose Soie" en un mois parce que j'étais en train de rompre, et j'ai sorti le premier jet de "Palimpsestes" en quinze jours durant un NANOWRIMO où j'étais au chômage. Les trois fois, je n'allais pas bien, et je n'avais personne dans ma vie. Or là, je vais très bien, j'ai un amoureux et toujours envie de faire mille autres choses que d'écrire (genre coudre, aller dans des musées ou faire des tatouages)^^ Mais bon, je me connais, en août je vais me défoncer, ne plus sortir et hop, ce sera fini! Surtout qu'il ne me reste que des pages à réviser, car les 50 premières sont déjà écrites, et que le reste du texte est juste dans le désordre :)

Autre nouvelle, et encore plus importante, j'ai signé récemment des contrats pour une trilogie de fantasy chez Bragelonne ! J'ai tellement hâte de me mettre à l'écrire ! Ce sera très influencé par l'Histoire (en particulier la Renaissance et Shakespeare), très dense et très plein de cadavres^^ Je vous préviens, ça va roxer du poney !!!

Le pire dans tout ça ? Alors que j'avais totalement laissé tomber l'idée d'une romance pour Milady, il y a environ un mois, j'ai trouvé une idée excellente que mon éditrice aime beaucoup ! Donc voilà, si je l'écrit, ce sera au minimum dans quatre ans... Et dire que fut un temps je me plaignais de ne plus avoir d'idées !

Salopette d'artiste fin-de-siècle

J'ai fait chier mon copain pour qu'il me trouve deux idées cools de costume pour le salon du Livre en mars: c'est qu'à Bruxelles je me suis rappelée à quel point il pouvait y faire chaud, et combien ça pouvait être chiant mes idées loufoques pleines de contraintes pour assurer un minimum auprès des lecteurs^^ Il me faut donc quelque chose de simple : avec des couches pour la température, pas de faux-cul qui entraînent les bouquins en passant entre les tables, pas de traîne sur laquelle les gens marchent, pas de corset étouffant pas de talons hauts pas de jupons empêcheurs de pisser en rond et si possible avec un chapeau histoire de cacher mes cheveux qui graissent trop vite sous la chaleur des spots et l'énervement.

Il a donc eu l'idée parfaite que je me costume en Clara, héroïne de Palimpsestes, mais quand elle travaille à ses tableaux. La silhouette sera donc celle d'une artiste bohème avec foulard et/ou casquette de Gavroche, modernisée pour coller avec les "couches temporelles" de mon roman.

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé d'utiliser un patron ! Parce que je n'en ai pas pour les pantalons et que je souhaite pouvoir m'en resservir par la suite, j'ai acheté ce patron-là chez Burda, qui propose des variantes bien différentes:

I-Grande-11822-patron-de-pantalon-burda-6856.net.jpg

Je trouve les deux modèles super et compte faire celui de droite en lainage marron. On va chercher le tissu demain, et aujourd'hui je me contente de couper les pièces et d'apprendre un peu comment il fonctionne! Pour ça j'ai d'ailleurs appelé ma maman ce matin, elle, les patrons, elle maîtrise ça à fond :P

10 mars:

J'ai trouvé tout le matériel hier et ai pu enfin commencer! Mais comme un pantalon c'est difficile à accrocher sur le mannequin, je n'ai fait de photos qu'une fois la partie pantalon terminée et portée:

IMG_20160309_192905.jpg

IMG_20160309_192839.jpg

J'avais peur qu'il soit trop petit parce que les mesures étaient juste de deux cm alors j'ai augmenté les surplus, mais au final il est un poil trop grand justement :) Je me suis contentée d'ajuster la taille et plus tard je le ferai à la ceinture, j'aime le côté large, je me sens à l'aise et je trouve ça rigolo !

11 mars:

J'ai terminé! j'aurais mis trois matinées pour le faire, tout de même^^ Ce que je peux dire c'est que je vais recommencer l'expérience du patron! C'est vraiment agréable en fait, pour peu qu'on prenne la peine de bien faire les choses dans l'ordre et de lire correctement :P Tout se met en place et j'ai appris de nouvelles techniques :) La seule chose c'est qu'il faut bien vérifier si c'est la bonne taille parce que j'ai du reprendre la ceinture deux fois.

IMG_20160311_122826.jpg

IMG_20160311_122908.jpg

IMG_20160311_122845.jpg

Je suis particulièrement fière de mes passants et de mes bretelles^^ Je vais faire si j'ai le temps des photos du costume avec la casquette que je vais commencer!

L'Onyreïdée - Nuciger/Novalys


Lundi 26 octobre 2015:

Après avoir laissé reposer ce roman dans mes tiroirs de nombreux mois (voire en fait deux années), je l'ai repris récemment en même temps que les Chercheurs du Temps afin de le transformer en e-book. La genèse de cette suite de Bordemarge aura été longue et compliquée, mais avec le temps et de nombreuses corrections je trouve ce roman plutôt réjouissant. Certes, il n'est pas parfait, mais j'ai bien plus confiance en moins qu'autrefois, et avec le recul je sais reconnaître qu'il a aussi des qualités. Comme il ne convenait pas à Castelmore, il sortira donc en e-book pour Halloween sur Amazon, et j'ai hâte que des gens le lisent !


couv_novalys.jpg

Mardi 22 janvier 2013:

Toujours pas de réponse. La semaine dernière je n'ai pas pu m'empêcher de le relire, résultat j'ai passé trois chapitres à la première personne, corrigé plein de fautes et rajouté deux scènes :) . Avec le recul je me dis que ce roman est pas si génial. Comme me l'a fait remarqué Lilla My, à la fin ça va trop vite et ça demande à être étoffé. Je n'ai pas l'impression que ce roman est vraiment à moi. Si je l'ai écrit en fait c'est parce qu'à tous les salons et interviews données au moment de la sortie de Bordemarge, on m'a posé plein de questions et fait plein de critiques. En fait ça a commencé quand on m'a demandé si j'écrirai la suite. Je sais pas pourquoi j'ai répondu que oui, et à partir de là j'ai brodé autour des remarques des gens! On m'a demandé: ça sera la suite? Est-ce que ça va parler de Jane Austen? De belles robes? D'un voyage dans le temps? Du XIX ème? On reverra Angus? A chaque fois j'ai répondu oui. On m'a dit: y a trop de personnages, alors dans la suite y en a que trois qui sont importants. On m'a demandé une histoire d'amour, je l'ai mise. Un mec beau et classe, il y est :) On m'a dit que le steampunk était pas assez développé, j'en ai mis plus, que le décor était pas assez bien planté, je l'ai décrit plus en finesse, que le coup des références et des clichés c'était cool, je m'en suis servie, que les règles qui régissaient les Personnages étaient pas nettes, je les ai définies, et ainsi de suite... Drôle de cheminement, en fin de compte. Pour le prochain roman. Je veux que tout soit absolument MOI. Bien sûr, tout ce que je viens de citer, c'est quand même moi, mais il n'empêche que ;)

Vendredi 23 novembre:

J'ai terminé Novalys! Je l'ai relu trois fois, corrigé, remanié, et l'ai envoyé hier soir à mon éditrice. Il fait 118 pages, presque 150 avec les bonus! Maintenant je n'ai plus qu'à croiser les doigts et espérer que ça lui plaise :)

Mardi 6 novembre:

J'ai repris ce roman après les retours de BBL et l'ai entièrement remanié. Le début que vous lisez tout en bas n'apparaît plus dans mon texte! Je suis à la fin d'une grosse semaine entièrement consacrée à l'écriture de ce bouquin: j'ai scindé la structures en fichiers/chapitres et peut ainsi mieux l'organiser. J'ai traité 24 chapitres sur 38!

26 août 2012:

A priori, j'ai trouvé un nouveau nom, ce sera Novalys. J'aime les Y, ça évoque le poète allemand mais également un système de données pour les bibliothèques, donc c'est parfait :) J'ai écrit près de 60 pages et j'ai laissé reposer depuis que j'ai eu les retours... pas trop mauvais, pour la plupart, je les avais prévus. Seulement, j'ai eu un vieux blocage, comme d’habitude. Aucune envie de tout reprendre à zéro pendant une semaine, mais ça me revient lentement. Je crois avoir compris ce qu'il fallait faire pour rendre mes deux héros attachants :) On verra bien ce que ça donnera  et si j'y arriverai. je n'ai pas franchement l'impression d'être un écrivain, et ça ne me quittera jamais, cette sensation. Raconter, imaginer des histoires, j'adore, mais les écrire, c'est déjà plus difficile, et les écrire bien, là, c'est carrément autre chose. je ne suis pas une styliste. J'ai l'impression qu'à chaque fois que j'écris une phrase, elle a déjà été écrite auparavant par d'autres, alors je ne cherche pas à faire original, mais juste à faire comprendre au lecteur ce que j'ai comme images dans la tête... Du coup, moi qui voulais faire un beau roman avec Novalys, je me retrouve comme avec Bordemarge, avec une gentillette histoire pour gamins... Quand est-ce que j'arriverai à allier forme et fond?  On m'a dit que Porcelaines était bien mieux écrit, mais pour le coup, l'histoire n'avait rien d'original. Je ne sais pas pourquoi, mais il faut absolument que je retrouve ça... Porcelaines, je l'avais écrit sans imaginer de lecteurs derrière, je voulais faire le roman d'amour que je voulais lire. Peut-être que je devrai recommencer avec Novalys, ne pas avoir peur de mettre des louches de sentiments et de description lyriques, et tant pis pour les lecteurs qui trouveront ça ridicule^^


27 juin 2012:

Après avoir fait Étonnants voyageurs et les Imaginales, je suis ressortie pleine d'idées et de motivations. C'est vraiment jouissif de rencontrer ses lecteurs, et j'ai envie de ne pas les décevoir! j'ai donc totalement repris Nuxiger en rentrant et j'ai écrit la 40ème page ce matin! J'ai eu un vieux blocage après la sortie de Bordemarge, je n'ai plus rien écrit depuis mon déménagement à part une petite nouvelle et la suite des Chercheurs (pas encore publiée sur ce blog) mais là c'est enfin revenu, et ça fait du bien!

Par contre, je déteste ce nom maintenant (comme dirait Pierre Pevel, on dirait le nom d'un laxatif^^), et ça fait bien un mois que j'en cherche un autre, et que je ne trouve pas. Pas évidement d’inventer un nom qui soit joli, qui représente bien la ville de fiction que j'ai créée, et qui en plus ai autant la pêche que celui de Bordemarge! Du coup je cherche, et en attendant, Nuxiger restera le nom de code ;)


24 avril 2012:

Nuxiger, c'est provisoirement le titre de mon prochain roman :) C'est une sorte de suite à Bordemarge, avec Emily comme héroïne!

Je me suis amusée à faire la couverture en la calquant sur celle de Bordemarge^^

couv_nuxiger4.jpg


Samedi 19 novembre:

J'ai abandonné. Peut-être que je reprendrai plus tard mais j'ai, après le Souffleur, encore commencé un nouveau truc. Après Bordemarge, quel gros projet pourrais-je bien entreprendre? Quelle idée choisir?? Pfff ça va faire depuis août que j'ai pas trouvé LE truc à écrire parmi toutes les idées qui tournent dans ma tête et me rendent dingue.

Mardi 18 octobre:

J'ai commencé un nouveau roman! J'espère que je pourrais le continuer après Bordemarge, parce que j'y tiens beaucoup... Il se passe dans l'Onyreïdée, et il se trouve même si à l'origine j'avais quelques réticences avec ça, c'est la suite de Bordemarge!
16 ans après cela dit, et avec de nouveaux personnages, donc c'est quelque peu éloigné, mais je n'avais pas dit tout ce que j'avais à dire sur ce monde-là, et je suis bien contente de le développer encore un peu :)

Voilà le début (et il y a des chances que tout change) :

 

L'Onyreïdée

TOME II - NUCIGER

 

*

 

       Et si Réalité et Fiction se mêlaient?

 

 

Scène I

Bellefontaine, 18 octobre 2011

 

            A 4h20  du matin, heure locale, Bill Sartings, habitant de Bellefontaine, près de Colombus dans l’Ohio, fut pris d’une soudaine envie de soulager sa vessie. Il sortit de son lit et, tout à fait par hasard, regarda par la fenêtre ouverte de son salon. Dans son jardin, il croisa le regard d’un nain à bonnet rouge, tout à fait vivant, qui lui fit un clin d’œil et s’enfuit en courant. Bill mit cette rencontre étrange sur le compte des trois bières qu’il avait sifflées la veille au soir, et qui d’ailleurs, étaient à l’origine de sa petite virée nocturne. Il se recoucha, et le lendemain matin, il avait tout oublié.

 

Scène II

Merdrignac, 19 octobre 2011

 

A Merdignac, petit village à proximité de la forêt de Hardouinais, vestige de la fameuse forêt de Brocéliande, un garde-forestier du nom de Brabant prit son 4x4 pour commencer son tour d’inspection. Il était presque cinq heures du matin quand il arriva au lac, et le soleil levant faisait naître une brume opaque aux abords de l’eau. Une licorne à la robe immaculée s’abreuvait là. Les pas lourds du garde forestier effrayèrent l’animal, qui le regarda un instant, et disparut dans son monde. Brabant, les yeux baissés vers ses bottes, ne la vit pas, et ne sut jamais qu’elle avait existé.

 

Scène III

Tessalit, 19 octobre 2011

 

L’aéroport de Tessalit, situé au beau milieu du Sahara, n’était pas particulièrement fourmillant d’activité ce jour-là, jusqu’à ce qu’à 16h21, Ismaël Traoré, bagagiste de son état, aperçoive un vaisseau spatial au-dessus de lui. Il rameuta tous ses collègues et ensemble, ils admirèrent les voltes gracieuses, le fuselage sorti tout droit d’un Star Wars, les lasers verts assourdissants et le petit droïde au sommet de l’extraordinaire appareil. Nulle part ailleurs, les médias ne relayèrent la nouvelle, et Ismaël Traoré en conclut qu’un tournage de film devait avoir eu lieu pas loin.

Scène IV

Terre, 20 octobre 2011

 

Partout dans le monde, au même moment, des portails s’ouvrirent, et des créatures et des machines qui n’avaient jamais existé que dans l’imagination des humains firent leur apparition sur la Terre. Parallèlement, quelques humains se perdirent de l’autre côté, et découvrirent ce qu’était l’Onyreïdée.

Parmi eux, deux frères, peut-être parce qu’ils étaient plus ouverts d’esprit que d’autres, crurent à ce qu’ils virent, et surtout, évaluèrent tout l’argent qu’ils pouvaient tirer d’une découverte pareille. Les autres crurent à un rêve, à une hallucination, ou a des drogues, mais n’en parlèrent pas. Quant à Nick et James Sanderson, en quelques heures, ils comprirent les règles de l’Onyreidée et montèrent une entreprise qu’ils nommèrent “Dream On Corp.” En deux jours, ils réussirent à revendre la “Dream On Corp.” à l’une des plus grosses maisons de production cinématographique américaine: la Black Stars inc. Ils en restèrent les adjoints, selon leurs conditions.

A partir du moment où John Hammer, directeur de la Black Stars inc., eut signé le contrat, s’en était fini. Le destin de l’Onyreidée était tout tracé: elle allait mourir.

 

Scène V

Paris,  31 octobre 2011

 

Lucille Khaltourine avait un sérieux problème. Au début, elle avait mis du temps à comprendre ce qui lui arrivait, mais maintenant, elle en était sûre: des ailes lui poussaient dans le dos. C’était des ailes étranges, en forme de feuilles, comme des membranes de peau très pâle, sur lesquelles son sang écrivait ses émotions. On pouvait voir, à travers le fin réseau des veines, se dessiner des mots. Chaque matin, elles avaient disparu, comme rétractées pour la journée, et chaque soir, elles poussaient plus grandes encore.

Lucille , en se regardant ce jour-là une millième fois dans la glace, en conclut que leur taille était arrivée à leur maximum. Elles pouvaient l’envelopper comme une cape quand elle les laissaient tomber, maintenant. Passés les premiers moments de terreur, où ses ailes pulsaient de rouge intense, la jeune fille en était arrivée à se poser la question suivante: comment annoncer ça à son père?

Si elle était tombée enceinte, ça aurait été bien plus simple. Un papa, surtout le sien, peut comprendre çà et aider sa fille, mais des ailes? Jamais elle n’oserait aborder ce sujet-là. Sa mère était morte quand elle était jeune, et Lucille  en parlerait encore moins aux gens autour d’elle: déjà que depuis toute petite tout le monde la prenait pour une folle, qu’allaient-ils dire s’ils croyaient qu’elle se prenait pour une fée?

            Lucille soupira, et ses ailes frissonnèrent, parcourues d’un sang plus calme. Le mot “Respire...” s’écrivit dessus, et disparut pour laisser place à une légère ombre bleutée.

On toqua à la porte de la salle de bain:

— Lucille , sort de là! Cria son père avec son accent russe qui roulait les “R”. On va être en retard!

            Lucille sursauta et tenta de se calmer. Quand elle était stressée, elle n’arrivait pas à faire disparaître ses ailes. Mais elle eut beau respirer et fermer les yeux, rien n’y fit, alors, paniquée, elle enfila un peignoir par-dessus sa robe de soirée au dos nu et ouvrit:

— Désolée, p’pa.

Angus avisa le peignoir:

— Quoi, ça fait une heure que t’es là-dedans et t’es pas encore prête? Grouille-toi!

Il la poussa de force jusqu’à sa chambre, lui fourrant sa trousse à maquillage entre les mains. Lucille tomba sur son lit, au bord des larmes: en la poussant, son père lui avait froissé ses ailes. Ces trucs étaient plus sensibles que n’importe quelle autre partie du corps, elle l’avait bien compris la semaine passée quand elle avait voulu les couper au rasoir. Et malheureusement, elle avait souffert le martyre toute la nuit pour rien, puisque le lendemain soir, elles étaient revenues plus fortes et plus grandes encore que la veille.

Son père était scénariste, et ce soir, c’était l’avant-première de son premier long-métrage, un polar intimiste nommé “Un mensonge ancien”.  Ça faisait plus d’un mois qu’il tournait dans l’appartement comme un lion en cage, pendu au téléphone à longueur de journée. Un mois qu’il ne s’occupait que de lui, et ça arrangeait bien la jeune fille. Mais ce soir, il la voulait auprès d’elle, pour ce si grand événement.

Ce n’était vraiment, mais vraiment pas le bon moment.

 

Scène VI

Paris,  31 octobre 2011

Un point lumineux se mit à grossir dans le ciel. Avec la pollution, on ne put voir tout de suite qu’il s’agissait d’une étoile, et que celle-ci se dirigeait tout droit vers la capitale.

 

 

Portrait de Jane Austen

Pour la lettre J de l'Alphabet Costumé, je vais poser en tant que Jane Austen sur son portrait le plus connu !

jane-austen-garticle.jpg

Pour ça, j'ai cousu sa robe et son bonnet :)

12 mai :

Pour la robe, j'ai commencé par couper les pièces en prenant pour base mon patron de d'habitude, celui parfaitement à ma taille.

DSC04895.JPG

DSC04896.JPG

Pour la jupe, j'ai cousu un rectangle en lui faisant des plis dans le dos. Sur l'envers, qu'on voit là, j'ai cousu un biais pour pouvoir y passer un élastique.

DSC04897.JPG

L'élastique, c'est pas historique, mais il y a fort à parier que si Jane Austen avait connu cette merveille de la technologie elle ne s'en serait pas privée, puisque comme ça, ça tombe parfaitement, et puis nouer un lien dans le dos c'est chiant :P

DSC04898.JPG

J'ai décidé de faire une chemise indépendante, même si visiblement sur le portrait la mousseline blanche est cousue à la robe. Comme ça je pourrais la réutiliser ! Là encore, j'ai mis un petit élastique^^

DSC04899.JPG

Puis j'ai fait des fentes sur les côtés pour pouvoir l'enfiler:

DSC04900.JPG

Voilà ce que ça donne sur le mannequin !

DSC04901.JPG

Et puis finalement avec la ceinture et le petit bonnet :) Ce dernier c'est juste un cercle avec de la dentelle plissée au bord, resserré par un lien à l'arrière.

DSC04902.JPG

J'ai hâte de faire la photo pour montrer ça ! Quand je la porte tout tombe parfaitement, là comme le mannequin est cassé niveau poitrine c'est pas ça ;)

18 mai:

Voilà le portrait ! Nom de Zeus, ce que je suis sexy, ça fait peur^^

Portrait.jpg

Présentation des Chercheurs du Temps - SPOILERS


avatar.jpg


Les Chercheurs du Temps

Nuncq Emmanuelle

(ATTENTION c'est tout plein de SPOILERS)


Les Chercheurs du Temps, ce sont Clarence Fertennant et Roxane Marty, des voyageurs du passé qui utilisent leur pouvoir pour étudier la Littérature française… ou du moins, qui essayent, puisque aucune de leurs missions ne se termine comme ils l’avaient souhaité !

A force de courir après LE scénario de roman parfait, n’arrivant jamais à en trouver un seul qui puisse mélanger tout ce que j’aimais, l’évidence s’est imposée d’elle-même un jour en discutant avec ma mère (les mamans sont toujours de bon conseil) : il fallait que j’écrive une histoire de voyage dans le Temps. Après tout, comme elle me l’a pointé du doigt alors, je pouvais ainsi traiter de tout ce que j’aimais en gardant les mêmes personnages; la série « Docteur Who » et les « Retour vers le Futur » ont toujours fait partie de ma mythologie personnelle, et je ne cessais, gamine, de lui poser des questions sur les causes et les conséquences d’un tel pouvoir. Mais, peut-être parce que ça me semblait trop facile, trop évident, ou que je n’ai jamais pu vraiment me détacher des livres, j’ai ajouté à cet ingrédient « Voyage dans le Temps » mon amour de la Littérature et des écrivains, et j’ai fait de mes deux personnages un professeur et son étudiante… en Lettres.

Les « chapitres » des Chercheurs sont en réalité des nouvelles conçues comme des épisodes de série télévisée : à priori indépendants les uns des autres, le lecteur découvre un fil rouge qui les lie tous, mais n’est pas essentiel pour comprendre l’intrigue.

Chapitres et résumés

Voici les chapitres déjà écrits ainsi que ceux à venir, leur ordre et leurs résumés. La série est close au chapitre X mais je l’ai conçue de telle sorte que je puisse inventer des épisodes à insérer, ou une préquelle. Quant à la « suite », c’est mon roman, « Bordemarge », paru chez Castelmore.

Épisode pilote – La Momie aux sandales d’Or :

Le professeur Fertennant et son élève Maxime Champigny se rendent en Égypte en 1898 pour assister au débandelettage de la momie de Ramsès II.

Chapitre I – Les libellules électriques :

Le professeur Fertennant et sa nouvelle élève Roxane Marty, pour leur quatrième voyage d’études, se rendent à Paris en 1855. Ils interfèrent sans le vouloir sur le suicide de Nerval et doivent combattre la Grande Demoiselle, une étrange femme qui vole l’inspiration des poètes grâce à des libellules électriques.

Chapitre II – L’Automate d’aquarelle :

Paris, 1658. Les Chercheurs du Temps assistent à une représentation de l’Antigone de Rotrou à l’Hôtel de Bourgogne. L’arrivée sur scène d’un automate d’aquarelle, mené par Anna de Saxe, anciennement la grande Demoiselle, provoque une nouvelle ligne temporelle en assassinant par procuration Louis XIV. Ils doivent remettre le Temps en place tout en évitant Anna de Saxe, très hostile au professeur.

Chapitre III – Les Papillons de l’oubli :

Hampshire, 1817. Au cours d’un bal chez Jane Austen, des papillons de l’oubli sèment le trouble dans l’esprit des Chercheurs. Où l’on aperçoit pour la première fois David, le fils du professeur.

Chapitre VI – Les Chevaliers d’Améthyste :

Brocéliande, 1180. En voulant étudier la matière de Bretagne, les deux Chercheurs retrouvent Anna de Saxe, amnésique, dans une grotte féerique. Où l’on apprend qu’elle est la mère de David. Le professeur Fertennant la perd une troisième fois, car elle meurt ensevelie sous la grotte.

Chapitre V – Le Fantôme de la fée perdue

Londres, 1904. Les deux Chercheurs, pour fêter Noël, assistent à la première de « Peter Pan ». Mais le personnage de la fée Clochette est très étrangement absent de la pièce…

Chapitre VI – Les banquiers en lambeaux

Paris, 1941. Le professeur Fertennant emmène Roxane pour rétablir une ligne du Temps faussée, dans laquelle Marcel Aymé n’est plus un écrivain reconnu, mais un employé de banque. Anna de Saxe, qu’on avait crue morte dans l’épisode IV, fait sa dernière apparition. Où l’on apprend que si elle poursuivait son ancien amant, c’est parce qu’il a assassiné leur fils David en 1817 : l’enfant, issu de deux lignes temporelles différentes, menaçait de faire imploser le Temps.

Chapitre VII – Le brouillard d’Edgar Allan Poe

Baltimore, 1849. Roxane Marty tient à élucider les circonstances mystérieuses de la mort d’Edgar Allan Poe. Nul doute qu’avec les Chercheurs du Temps, l’explication ne sera pas rationnelle…

Chapitre VIII – L’Exécution du Tyran détesté

1989. Roxane vole les Semelles pour modifier son propre passé.

Chapitre IX – Le fantôme de Vaux-le-Vicomte

Prend place sous Louis XIV, aux fameuses fêtes de Vaux-Le-Vicomte. Où l'on croise Molière et un fantôme! Clarence veut se séparer de Roxane pour fuir sa malédiction. Il l'envoie en 1900 pendant que lui va finir sa vie en Égypte, sous les traits de Ramsès II.

Chapitre X – La Divine Messagère

Roxane est seule et coincée à Paris, en 1900. Elle rencontre Sarah Bernhardt qui la met sur la piste d'une invention renversante, la Dewey (que l'on rencontre dans Novalys). Roxane s'en sert pour fuir dans un monde de Cape et d’Épée. Fin de la série des Chercheurs du Temps.

Début de BORDEMARGE...

(Rédaction de l'article le 5 octobre 2011, multiples modifications depuis)


1er mai 2015:

Des années après, je vous annonce que je vais publier mes Chercheurs du Temps :D !


Camp Nano

J'ai enfilé mon t-shirt Game of Thrones, c'est bon, je suis prête à attaquer le camp Nano de ce mois d'avril! Mon objectif sera de 25000 mots, plus réalisable que l'an dernier, d'autant que je sais déjà que je vais avoir moins de temps parce que j'aurai du monde chez moi et que je travaille :D Si jamais vous voulez joindre ma "cabine", mon pseudo sur le site est Melle Mars!

Le Scénario Parfait

Ayééééé j'ai terminé les corrections du scénario parfait et les ai envoyées dimanche soir! (Juste avant qu'il n'y ait une coupure d’électricité, que j'ai récupérée seulement ce matin, ouf!) C'est la première fois où j'ai eu autant de mal à reprendre un texte... D'habitude c'est peut-être ma partie préférée, mais là, la montagne de changement à effectuer m'a découragée et je n'ai trouvé la motivation qu'avec le Salon du Livre et l'approche de la dead-line! Or donc j'attends les retours et espère qu'il ne s'agira que de petites choses! Après, si tout va bien, cette comédie romanticontemporaimagique devrait sortir en juillet! (Et non pas mai, comme c'était prévu initialement). Maintenant, je vais m'atteler à deux projets totalement différents, dont un avec pleiiiin de morts :D La couture, ça sera quand ça me reprendra.

Nouvelles écrituriales

J'essaie de parler un peu plus de mon actualité littéraire (comme ça fait classe comme expression :D ) d'autant que j'ai pas le temps en ce moment de coudre, donc du coup, pas d'article plein de jolies images^^ Alors, plein de bonnes nouvelles! (Hormis le fait que je suis de nouveau célibataire)

  • Déjà, j'ai trouvé un boulot! C'est un temps partiel (ce qui me laissera du temps pour écrire) dans une association d'entraide scolaire. L'ambiance est bonne, les conditions de travail aussi. Il n'y a pas de collègues cons; au contraire ce sont quasiment tous retraités sur-diplômés (prof de français, ingénieur en informatique, doctorant de maths...), Il n'y a pas Internet, on bosse avec des Liiivres, rendez-vous compte :D, et si je n'ai commencé que lundi dernier, je peux déjà dire que j'adore mon boulot. En plus, c'est un CDI!
  • J'ai reçu des sous! Pas énormément, certes, mais entre ça et mon boulot je peux enfin respirer de ce côté.
  • Ce week-end, je vais au Salon du Livre à Paris. Pas besoin d'épiloguer, pour un tas de raisons, ça me rend heureuse^^
  • Pareil, si tout se passe bien, je vais à Trolls et Légendes début avril,
  • J'ai terminé d'écrire la murder et ai enfin réussi à me mettre à mes corrections du Scénario Parfait.
  • Je suis sur un nouveau projet Top secret ;)
  • Eeeeeeeeeeeet j'ai une très bonne nouvelle pour un de mes romans, mais je ne peux rien dire de plus tant que ce n'est pas fait, on ne sait jamais, je n'aimerais pas tenter le mauvais sort^^

Bref, tout roule! Et finalement, c'est pas plus mal que je soies toute seule pour tenir tout ça :P

Isabelle des "Lames du Cardinal", robe 1660

Pendant longtemps j'ai fait du jeu de rôle papier, que j'avais découvert avec mon premier copain, et puis j'ai laissé tomber, notamment avec mon ex qui n'aimait pas ça et qui aurait été jaloux comme un pou si je devais rencontrer des messieurs tous les samedi soirs autour d'une table :P J'ai repris récemment car on est venu me chercher tout spécialement avec un jdr tiré des "Lames du Cardinal", série de bouquins de Pierre Pevel dont je suis fan (les livres, pas l'auteur. Enfin si, les deux, en fait^^) Du coup je ne pouvais pas refuser! Même si mon copain actuel n'aimait pas ça, j'y serais allée, parce que maintenant plus personne ne m'empêchera de faire ce que j'aime, mais ça tombe bien, il est dans le milieu le môssieur :) Samedi prochain je vais à ma seconde séance où la campagne va vraiment débuter! La première fois on a mis le jeu en route avec une intrigue toute rigolote où la reine se faisait enlever par des dragons :) Je joue Isabelle, dite La Plume, une orpheline italienne devenue comédienne à Paris, une jeune femme très... charismatique on va dire, et qui sait très bien jouer de ses atouts: la dernière fois, à chaque fois qu'il y avait des infos à soutirer de messieurs, on me poussait devant :D C'est un personnage super sympa à jouer, et les autres joueurs sont chouettes, j'espère qu'avec le temps on deviendra une bonne équipe :) J'ai eu envie de me faire son costume, évidemment, d'autant que je n'ai encore rien de cette époque, comme me l'a fait remarquer Gasparde. Si j'arrive à le terminer, je le mettrais samedi! Pour le modèle, j'ai regardé un million de tableaux, gravures et autres, et je suis tombée sur une robe de Before the Automobile et une autre de Démodé que je trouve vraiment sublimes, dont je vais m'inspirer. Ce qui est pratique, c'est qu'on voit bien les détails. (Oui parce qu'il ne nous est pas parvenu grand'chose en bon état!) Par contre, je ne suis vraiment pas aussi douée qu'elles, ce sont des folles furieuses, et dans la mesure où mon tissu est élastique et anachronique, je ne vais pas me taper toute la structure corsetée en lin :P Je vais improviser, comme d'habitude!

17 février:

J'ai mis un temps fou à faire le patron! Pour commencer j'ai repris un vieux patron que j'ai refait et coupé, puis j'ai épinglé les pièces, l'ai repris douze fois pour qu'il soit parfait, et une fois cousu, ça donne ça:

DSC04361.JPG

Puis j'ai cousu une doublure, y ai mis trois biais pour les baleines: une en fer pour le milieu et deux en plastique pour les côtés, que ça ait un peu de tenue.

DSC04363.JPG

Je m'arrête là pour ce soir. Pour l'instant je suis plutôt contente de mon travail, les pièces s'ajustent bien et comme le tissu est élastique, tout est fermé, j'ai juste à enfiler la robe comme un t-shirt, j'aurais pas à m'embêter pour fermer dans le dos :D Oui oui, c'est pas histo du tout, je sais :P

DSC04362.JPG

18 février:

Je suis d'une lenteur exaspérante aujourd'hui...

J'ai commencé par la chemise. Ça c'est un truc que j'avais déjà dans mes affaires, et que je n'ai pas cousu:

DSC04364.JPG

j'y ai ajouté un col et des poignets en dentelle:

DSC04365.JPG

Et puis, ce que je trouve vraiment trop beau, j'ai cousu de la dentelle que j'ai bombée en cuivre. C'est Héloïse qui sans le savoir m'en a donné l'idée, parce qu'il y avait à côté de mon mannequin une petite bourse magnifique qu'elle m'a offerte, en soie aubergine brodée de fil de cuivre. Je trouve l'association des deux couleurs très belles, et me suis rappelée que j'avais de la peinture en bombe de cette couleur! Par contre c'est de l'acrylique, ça ne tiendra pas très bien, mais j'ai mis de la laque dessus, et puis c'est un costume, je ne compte pas porter cette robe tous les jours :) De toute façon je suis déjà morte depuis longtemps auprès des costumières hystériques :P

DSC04366.JPG

J'ai fermé le dos avec un lien de coton... C'était loooong... Rhhh zzzz.

DSC04367.JPG

Puis j'ai cousu une jupe. Au départ je voulais faire la robe d'une pièce mais c'était trop chiant avec la doublure. Donc je pourrais utiliser le haut ou le bas indépendamment :) (Le haut avec des chausses et des grandes bottes, miam :D )

DSC04369.JPG

La ceinture est cousue et pile poil à ma taille, pour pouvoir enfiler la jupe facilement. Elle est haute pour qu'on ne voit pas la jonction entre le haut et le bas quand je bougerai

DSC04368.JPG

Voilà ce que ça donne. Je suis en train de bosser sur les manches depuis deux heures, c'est loooong. (Oui, je sais, je l'ai déjà dit^^)

DSC04370.JPG

Un jour il faudra que je teste ce patron avec un tissu qui se tient, pour voir ce que ça donne. Mais j'ai plus rien, c'était mon dernier grand métrage. J'ai plus de sous pour en racheter, va falloir que je fasse avec mes quatre étages de coupons, zut alors!

1h00 du matin:

(Quand j'ai réalisé ça au moment de mettre à jour l'article, j'ai fait: quoiiiii déjà? Mais j'avais encore envie de travailler moi! Ce sont mes yeux qui ne veulent plus, les méchants, ils souhaitent que je les ferme T-T)

J'ai eu l'impression de ne rien faire ce soir! Je n'ai avancé que sur les manches, qui ne sont même pas terminées en plus, les sagouines.

D'abord, un rectangle bordé de dentelle que l'on plisse et couds à la doublure intérieure:

DSC04371.JPG

Puis je les ai coupées car trop longues, plissées, cousues, et j'ai recousu par-dessus la face extérieure à petits points invisibles (Tiens, les petits points invisibles à la main, serait-ce la raison du temps que j'ai pris? Mais au moins, c'est réussi^^)

DSC04372.JPG

Voilà sur le mannequin ce que ça donne. Le col ne se met pas bien et ça m’énerve, je vais voir demain ce que je peux faire. Mais là, dodo.

DSC04373.JPG

19 février:

J'ai passé la matinée à chercher du boulot, une partie de l'après-midi à téléphoner à la Capac (youhou, je les ai enfin eus depuis lundi, et je vais avoir droit à 300 euros! :P ) donc je m'y suis mise assez tard, alors qu'il n'y avait en fit plus grand chose à faire :) Je n'ai pas trouvé de solution pour la chemise à part de bien l'ajuster en la mettant, et me suis dit qu'avec mon tissu élastique, c'était déjà foiré de base :P

Donc les manches terminées!

DSC04374.JPG

Et pour finir une broche que j'ai fabriquée avec les moyens du bord, c'est à dire des babioles, une grosse épingle à nourrice, beaucoup de patience et de pistolet à colle :P

DSC04415.JPG

C'est vraiment agréable comme costume (excepté le corset) et je me suis bien amusée à refaire la coiffure adéquate, avec force rajouts et trucages (La moitié des boucles sur les côtés n'est pas à moi :) ). Je trouve pas ça si ridicule que ça, à la limite, j'ai même l'impression que ça me va plutôt bien et que dans une autre vie j'étais une précieuse^^

DSC04389.JPG

DSC04388.JPG

DSC04385.JPG

Et le petit portrait habituel pour la route!

Portrait.jpg

Murder des Imaginales 2015

J'ai envie de parler davantage de mes projets sur ce blog, même s'ils ne concernent pas spécialement la couture ou l'écriture, et on dirait que ça ne déplait pas à mes lecteurs car j'ai eu trois commentaires aujourd'hui! Trois oui, quel miracle :D J'ai la chance de rempiler pour la cinquième année consécutive pour la murder-party de la bmi qui se tient le vendredi des Imaginales. Si la première année je travaillais au sein de la bmi et en ai organisé une bonne moitié, les années suivantes j'ai continué, de l’extérieur, pour écrire le scénario, les feuilles de perso et l'élaboration de l'affiche (deux ans de suite c'est à mon ex, graphiste, qu'a échu cette mission) et j'avoue que j'en suis ravie car pour la première fois de ma vie, j'ai la sensation d'être vraiment bonne dans mon travail et d'avoir ma place au sein d'une équipe. Les autres organisateurs de cette murder sont des gens adorables que j'ai grand plaisir à retrouver chaque année, et cette murder une expérience géniale que je serais ravie de renouveler plus souvent :) (J'ai failli ne pas la faire cette année, oups) Il a fallu trouver un thème différents des quatre autres murder et une ambiance visuelle forte, comme d'habitude, sachant que les thèmes étaient:

  • année 1: fantasy et vol
  • année 2: 1900, extra-terrestres et disparition
  • année 3: personnages sortis d’œuvres de fiction et meurtre
  • année 4: 1942, cinéma et meurtre

Je me suis dit que cette année de la SF pourrait être marrant, et que le thème "Mutation" des Imaginales 2015 amenait des idées sympas, donc le cru 2015 sera: SF kitsch à la Star Trek, poissons et disparition. Oui oui, poissons, vous avez bien lu^^ Et c'est là que je voulais en venir; j'ai donc passé tout l'après-midi à concocter l'affiche et vous aurez donc la primeur de la voir ici! (Peut-être qu'on me demandera des modifications, auquel cas ce sera la première version^^)

Tadâââ!!! Elle est belle hein :D ?

affiche_murder_2015.jpg

Robe de bal 1884

DP285733.jpg

young-girl-in-a-ball-gown-1879.jpg

Ouuuuh regardez cette belle robe de Worth, et ce magnifique tableau de Berthe Morisot... J'ai toujours adoré ce genre de robe! J'avais une robe de mariée dont j'ai découpé les manches pour la robe d'Arwen, comme ça ne ressemblait plus à rien, je me suis dit qu'il devait y avoir moyen de la transformer :) Et hier, j'ai trouvé dans un magasin belge genre la Foirfouille (Wibra), des tas de fleurs artificielles pour rien du tout. Donc, coutuuuuure!!

19 septembre:

Voilà la robe sans les manches, la base quoi :) (Ma romance sort aujourd'hui, youpiiiiii :D )

DSC03381.JPG

20 septembre:

Là un des côtés, avec une couche de mousseline blanche, des petits plis et de la dentelle

DSC03402.JPG

Je voulais que ce soit asymétrique, aussi de l'autre côté il n'y a qu'un seul rang de dentelle :) Évidemment, je couds tout à la main :P

DSC03403.JPG

Là j'ai fait une tournure légère avec des restes de tulle

DSC03405.JPG

DSC03406.JPG

Et j'ai recouvert de mousseline

DSC03407.JPG

J'ai bossé toute la journée, et j'arrête, non pas parce que j'en ai marre, mais parce que j'ai super mal au dos! Ça ne m'avait jamais fait ça avant, faut croire que je deviens vieille^^

La robe de dos, il faudra encore que j'arrange le système de fermeture pour qu'il soit plus pratique. En tout les cas, je n'arriverai jamais à la mettre seule! Il y a un lacet, des tas d'épingles à poser et dans le dos c'est la galère... Et il faudra aussi que je couse la traîne parce que pour l'instant ce n'est qu'un bout de tissu qui flotte, sans ourlet, et en mouvement on va voir la tournure :)

DSC03408.JPG

J'ai fait des pinces pour les manches qui étaient trop longues,

DSC03409.JPG

Puis je les ai cousues et j'ai ajouté un peu de tulle pour couvrir les épaules, quand je l'ai essayée je me suis rappelée que je détestais le haut de mes bras^^

DSC03410.JPG

Je n'ai pas pu m'empêcher d'essayer les fleurs, et ouuuh c'est beauuu :D Quand j'aurai des sous j'en rachèterai un bouquet pour mettre sur la jupe, encore que ça le fait déjà comme ça. Bon la couleur c'est pas ça, j'ai vraiment envie qu'elle aie l'air vieille, alors elle passera au thé, peut-être même que je tenterai un rose délavé, comme si elle était restée longtemps au soleil^^

DSC03412.JPG

Et enfin j'ai posé des pièces dessus que je coudrai demain. Ce sont des chutes de la broderie qui orne ma robe de jour 1880 :)

DSC03413.JPG

J'ai pas mal avancé, demain il ne me restera plus que le rigolo, et elle devrait être finie!

21 septembre:

Rigolo, mes fesses oui... J'ai galéré comme pas deux sur cette robe aujourd'hui. D'abord j'ai terminé de la coudre, là ça allait encore, puis j'ai voulu la teindre. J'aurais mieux fait de me couper les mains ce matin plutôt que d'avoir cette idée idiote! Parce que déjà, teindre une robe dans un lavabo parce qu'on a pas de gamelle assez grande ni de machine à laver, c'est chiant, mais qu'en plus le rose (moche, en plus) n'a pris que sur les dentelles et je trouve ça hideux. J'ai voulu faire des mélanges avec mes peintures et n'ai réussi qu'à faire des tâches. J'ai tenté ensuite de la récupérer au lavomatic, avec de la javel, ça m'a enlevé les taches mais les dentelles sont toujours aussi roses... SI au moins c'était la même nuance que les fleurs, mais non. J'ai fait alors un bain avec du café mais ça n'a rien donné, du coup je vais la reteindre en brun et squatter la machine à laver de monsieur :) Espérons que ça donne quelque chose! En attendant, je suis tellement énervée de mes conneries que j'ai tout rangé :P

DSC03414.JPG

26 septembre:

Patiente comme d'habitude, j'ai finalement teint de nouveau la robe hier avec une nuance "désert", et là, sans couvrir le rose, ça me l'a vieilli, et c'est beaucoup moins laid:

DSC03415.JPG

Bon, il y a des taches partout, mais pour le coup l'effet "vieillot" y est :D J'ai enfin terminé ce matin en cousant les fleurs:

DSC03416.JPG

Et voilàààà ayé cé fini et c'est zouli :D

DSC03427.JPG

DSC03435.JPG

Et j'ai fait un petit portrait également:

portrait.jpg

9 février:

Je veux porter cette robe à la foire du Livre de Bruxelles mais en la reprenant elle ne me paraissait plus si jolie, alors je l'ai arrangée en recousant tout ce qui se barrait un peu partout et en ajoutant de la dentelle sur les manches histoire de me couvrir un peu les bras:

DSC04261.JPG

Elle est beige rosé cette dentelle, et finalement je trouve que c'est mieux le mélange de couleur que tout uni. J'ai enfin ajouté un petit volant de dentelle rose et marron sur l'épaule gauche:

DSC04262.JPG

News écriturales

Ces derniers mois j'ai posté beauuuuucoup de photos de costumes, mais pas la moindre nouvelle concernant l'écriture, aussi je vais essayer de faire un petit peu le point. On dirait qu'il ne s'est pas passé grand chose dans ma vie d'écrivain ces derniers temps hein? Mais erreur! J'ai en réalité publié le 19 septembre dernier une romance chez Milady. Bon, c'était sensé être un secret vu que j'ai publié sous un pseudo, mais la moitié des gens qui me connaissent auront deviné de quoi je parle^^ Vous qui passez sur ce blog, si vous souhaitez plus d'infos, n'hésitez pas à m'envoyer un mail ;) ! Je suis également en train d'écrire une seconde romance pour Milady, et je profite du NaNoWriMo pour aller à fond^^ C'est une romance contemporaine cette fois, ce qui est chouette parce que je n'ai jamais fait ça avant et que c'est rigolo à écrire! Je peux mettre pleiiiin de gros mots et me servir de toutes mes histoires d'amour pourries pour mener la vie dure à mon héroïne^^ L'an dernier, j'ai terminé "Palimpsestes" puis l'ai envoyé à des éditeurs. J'ai eu de bons retours mais pas de projet de publications pour l'instant. Mais je m'en fiche, parce que j'ai tellement adoré écrire ce bouquin que je vais faire la suite! Bon, je ne suis pas si folle que ça, je ne l'écrirais que quand ma romance sera terminée^^ Je finis enfin par dire que mon cher petit Bordemarge a été à l'honneur le WE passé lors de l'OP1000K de chez Bragelonne!

Robe impressionniste bleue

(Ou robe 1884)

Cette fois, je n'ai pas fait de dessin, j'avais juste une idée de base en tête et puis j'ai improvisé ensuite en cherchant ce que j'avais dans mes tissus :) En fait, ça fait assez longtemps que je veux me faire une robe de cette époque, parce que les Impressionnistes sont mes peintres préférés, que je suis fan d'Au bonheur des Dames, parce qu'en ce moment je regarde The Paradise qui est trop bien, mais hier, un reportage génial passé sur Arte expliquait la naissance des grands magasins, et les costumes des clientes de la fiction brodée autour étaient si beaux que je n'ai pas pu m'en empêcher :)

Dimanche 16:

Mes inspirations:

Trois tableaux de Berthe Morisot, que j'kiffe sa mère c'tte meuf (c'était moi dans une autre vie, rêvons un peu :P)

5acbb062.jpg

29769fb0.jpg

2593d300.jpg

Un tableau de James Tissot:

128.25EE.gif

Et une gravure de 1884:

85img10.jpg

Pour commencer, j'ai pris le patron du bustier sur celui que j'avais fait pour Mary Kelly et j'ai modifié le devant.

DSCN5043.JPG

Pour le dos, ce patron est très inspiré du patron 1884 de chez Burda, j'ai juste changé la forme des basques, dont on ne voit que la moitié:

DSCN5044.JPG

Les manches:

DSCN5045.JPG

Les basques et le jupe:

DSCN5047.JPG

Deux couches de dentelles:

DSCN5048.JPG

Trois couches de dentelle:

DSCN5049.JPG

Une couche devant! Et j'ai fait un essai de dentelle avec une superbe dentelle de Calais qu'on m'a offerte mais finalement je la mettrais pas, parce que j'ose pas la couper :D

DSCN5051.JPG

Là, c'est un petit chapeau de mariée qui une fois dépiauté et redécoré, ira très bien avec :D

DSCN5053.JPG

Un ancien jupon que j'ai repassé et qui va parfaitement avec (la jupe est un peu transparente)

DSCN5054.JPG

Le bas de la jupe! En gros plan on voit bien les rayures du tissu :)

DSCN5055.JPG

Et la dentelle sur les manches! D'habitude je suis très sobre mais là c'est bien là première fois que je trouve qu'il n'y en a pas assez! Je vais rajouter des tonnes de dentelles, de nœuds, de rubans et de volants! Et comme je n'ai plus de tissu bleu, il faut aussi que je trouve un moyen de faire du volume à l'arrière, d'autant que la broderie que j'ai rajouté en bas pèse son poids et tire un peu le volume vers le bas.

DSCN5056.JPG

6 janvier:

Quand je disais qu'une de mes bonnes résolutions pour 2014 était de prendre mon temps pour la couture, là pour cette robe je n'avais pas menti! J'ai mis des heures à la finir^^

Voilà des petits nœuds devant:

DSCN5093.JPG

Un nœud dans le dos pour resserrer un peu la taille:

DSCN5087.JPG

Des volants bleus et des nœuds sur les manches:

DSCN5094.JPG

Et enfin, la touche finâââle, comme dirait Rowan Atkinson dans Love Actually, un gros nœud bleu pour cacher le creux du décolleté. Au départ j'avais fait un nœud jaune pâle, mais la forme était pas terrible, alors j'ai changé.

DSCN5096.JPG

Le chapeau, devant et dos:

DSCN5097.JPG

DSCN5098.JPG

Donc en fait c'est terminé, et je ferais des photos de la robe portée demain si tout va bien!

9 janvier:

Gasparde a bien voulu me prendre en photo, du coup en cinq minutes c'était plié, et elles sont parfaites!

DSCN5102.JPG

DSCN5108.JPG

Et un petit portrait dans l'ambiance pour la frime, vu que j'ai de nouveau photoshop :D

plan_americain.jpg

Dix ans de sagesse

Avec mes derniers romans, je n’ai pas eu vraiment le temps ni l’envie d’écrire des nouvelles, mais parfois, tout comme mes “crises de couture”, me viennent des crises d’écriture! Elles sont bien plus rares, ce que je regrette parce que j’ai terminé cette nouvelle-là en une heure, au petit matin :D 

C’est Gasparde qui l’a corrigée (un peu de pub: elle fait du très bon boulot de correction littéraire, et en cherche ;) )

Par ailleurs, il semble que les commentaires ne fonctionnent plus: je suppose qu’il faudrait que j’installe la mise à jour 2.6.1 de dotclear mais cette fois il faut transférer des fichiers sur un serveur, ce que je suis incapable de faire. Aussi le souci sera réglé quand j’aurais enfin le courage de m’y mettre sérieusement pour comprendre tout ça^^ (C’est un ami qui m’avait créé mon blog à l’origine)


Dix ans de sagesse


J’étais devant la porte des examens lorsque je l’ai vue pour la première fois. Elle était divine, le genre de femme que l’on ne croise que dans les films américains. Une longue chevelure blonde ramenée sur une épaule, des jambes interminables et galbées, une petite robe moulante qu’aucune autre qu’elle n’aurait osé porter en plein mois de novembre, sans une grosse doudoune et douze tours d’écharpe autour du cou. J’étais dans un tel état de stress que j’ai presque eu peur en croisant son regard, comme si, derrière ses lunettes à monture épaisse, elle savait parfaitement ce que je traversais, et qu’elle me jugeait inapte, moi, le tout petit étudiant minable.

Pour éviter ses yeux inquisiteurs, j’ai reporté mon attention sur le planning affiché sur la porte : de 14 à 18 h, les petits mots imprimés en noir confirmaient bien que j’allais devoir plancher tout l’après-midi sur une version latine… Qu’est-ce qu’il m’avait pris de choisir ces études-là ? J’avais cru naïvement que ce ne serait que du bonheur, que je pourrais devenir un jour un archéologue reconnu en suivant ce parcours, mais en réalité, j’étais perdu dans une minuscule promotion de six élèves au milieu d’une faculté gigantesque, et que les lettres classiques ne mèneraient jamais à rien…

Je sentais du coin de l’œil que la merveilleuse jeune femme ne cessait de me regarder, mais je n’osais pas lui adresser la parole. Aucune fille n’avait jamais trouvé que je puisse être intéressant, alors elle… C’était un fantasme que je fis disparaître très vite. J’ai toujours été un garçon parfaitement insignifiant, et aujourd’hui n’allait pas changer le cours des choses. Nous étions seuls dans le couloir, et deux néons nous séparaient, distance de sécurité que je me gardais bien de franchir, me concentrant de toutes mes forces sur le planning de la salle, devenu à ce moment-là la chose la plus intéressante au monde.

— Je peux t’aider, me dit-elle d’un voix puissante, qui résonna dans le couloir.

Je sursautai et la regardai en vitesse. C’était bien à moi qu’elle parlait.

— Pardon ? demandais-je doucement, sentant la panique m’envahir.

Cela commençait toujours par les paumes de mes mains, que j’essuyai sur mon jean.

— Je peux faire en sorte que tu réussisses cet examen, dit-elle en s’approchant de moi.

Des sueurs froides m’envahirent :

— Mais comment ? Vous avez la traduction sur vous ? hasardai-je. Vous voulez que je triche ?

— Non, c’est beaucoup plus simple, et à la fois beaucoup plus compliqué. Je vais t’expliquer, si tu me suis dans mon bureau.

Elle était désormais à moins d’un mètre de moi, et je pouvais voir un ciel étoilé dans ses yeux.

— Vous travaillez ici ?

— En quelque sorte. Tu viens, oui ou non ? Tu serais idiot de laisser passer ta chance.

Comme j’étais, angoissé chronique, arrivé bien en avance, il me restait une vingtaine de minutes avant l’examen. Si son bureau n’était pas loin, pensai-je, il était possible que…

— Je suis à l’étage au-dessus, me dit-elle, comme si elle avait lu dans mes pensées.

Je me retrouvai derrière elle sans savoir comment. À la voir monter les escaliers devant moi dans sa robe en soie, il m’était de toute façon tout à fait impossible de ne pas lui obéir. À cet instant, je crois que j’aurais pu la suivre au bout du monde…

Une plaque sur la porte indiquait son nom : Athénaïs Nuncq. Son bureau était très grand, très lumineux. Tout était blanc à l’intérieur, digne d’un catalogue Ikéa. Quelques statues et objets antiques, cependant, donnaient une âme et une chaleur à ce sanctuaire du savoir. Il y avait notamment une reproduction du visage d’Athéna Nikê qui m’impressionna beaucoup, avec sa bouche à la ligne dure, et ses yeux entièrement blancs. Contrairement aux pièces que j’avais pu voir attribuées aux autres professeurs, celle-ci était impeccable. Nul doute qu’elle l’avait décorée elle-même : une femme de bon goût qui avait voulu éviter les armoires en métal cabossées, les panières en plastique brun et la table pleine de graffitis récupérée dans une salle de cours…

D’un geste, elle me fit asseoir en face d’elle, et elle resta debout un moment avant de prendre la parole. Je me sentais comme devant un jury, prêt à ce que mes connaissances et mon cerveau soient analysés au peigne fin.

— Je peux te donner ce que tu désires, commença-t-elle en regardant par la fenêtre, les doigts joints sous son menton volontaire.

De profil, elle avait la même silhouette grecque que les statues antiques qui ornaient la pièce.

— Comment savez-vous ce que je désire ? osai-je aimablement.

Elle se retourna vers moi :

— Une grande intelligence, comme la plupart de ceux qui fréquentent cet établissement. Mais toi, plus encore… Je te connais depuis longtemps, M. Glanzen. Victor…

Je m’essuyai les mains sur mon pantalon une nouvelle fois et regardai ailleurs pour éviter de me mettre dans tous mes états. Mais c’était trop tard, mes joues commençaient déjà à cuire. Qui était cette femme ? Comment me connaissait-elle ? À la faculté, personne n’avait jamais fait attention à moi.

— Mais cela n’ira pas sans une contrepartie, ajouta-t-elle en s’asseyant sur son bureau et en croisant les jambes.

— Je ne comprends rien… balbutiai-je, désormais écarlate.

— Je peux te donner cette intelligence. Un pouvoir qui dépasse tes espérances les plus folles, cria-t-elle presque en se prenant la tête entre ses mains.

Un calme olympien la reprit après cette sorte de crise, et elle me regarda sereinement :

— Il te suffit juste de formuler les mots.

— Quels mots ?

— Ceux de ton rêve. Que désires-tu ?

— Je voudrais… Je voudrais…

J’hésitai longuement, ne sachant vraiment quoi penser de la situation dans laquelle je me trouvais. Était-elle folle ? Pouvait-elle réellement me faire réussir mes examens ? Et si c’était le cas, de quelle manière s’y prendrait-elle ? En regardant la porte, je me dis que le seul moyen de sortir d’ici était de répondre à sa question.

— Je voudrais réussir mes examens, répondis-je. Je voudrais ne plus chercher mes mots, ne plus avoir peur lorsque je me retrouve devant une feuille blanche. Voyez-vous, j’ai beau apprendre et apprendre encore, la panique me fait tout oublier….

Elle sourit :

— Je comprends. Que dirais-tu si tu n’oubliais plus jamais rien ?

— Ce serait merveilleux.

— Et qu’en ferais-tu, si tu possédais ce pouvoir, cette intelligence ?

— Si je pouvais réussir mes examens, je deviendrais archéologue.

Elle sourit de nouveau et secoua la tête tout doucement, amusée de ma réponse :

— Tu es un gamin…

— Je suis désolé.

Elle releva ses grands yeux bleus vers moi, puis enleva ses lunettes :

— Je n’ai pas fait cela depuis très longtemps. Mais tu me plais….

Elle me fixa intensément, comme si elle cherchait à fouiller en moi. Puis je l’entendis parler à l’intérieur de ma tête :

— Je suis une déesse. La sagesse a toujours fait partie de mes attributions. Je peux t’en donner. Je peux libérer les capacités de ton cerveau, faire en sorte que tu saches les utiliser au mieux. Je peux transférer en toi un peu de mon pouvoir.

Je secouai la tête, totalement bouleversé, et brisai la connexion qu’elle venait d’établir avec moi :

— Vous êtes télépathe… murmurai-je.

— Et plus encore. Tu n’imagines pas toutes les possibilités qui s’ouvriraient à toi…

— Mais vous aviez dit, réalisai-je, qu’il y avait une contribution. Un prix à payer. Lequel ?

Elle passa derrière son bureau et sortit quelques feuilles d’un tiroir:

— Un contrat. Oh, rassure-toi, ajouta-t-elle en me voyant frotter mes genoux, rien de bien méchant. Je ne suis pas le Diable, et je ne te demande pas ton âme.

Je pris les feuilles qu’elle me tendait :

— Juste d’être votre… sanctuaire ? demandai-je en lisant ce qui était écrit. Qu’est-ce que c’est ?

— Eh bien, c’est un vieux terme. Cela signifie que durant le reste de ta vie, tu seras comme… un disque de sauvegarde pour moi.

— De quoi ?

— Si tu acceptes, je transférerai mes données dans ton cerveau. Cela te donnera le pouvoir que tu convoites.

— Et vous ?

— Je pourrais enfin être libre… dit-elle en soupirant. Enfin, un peu plus. Et un peu plus humaine aussi. Tu n’imagines pas ce qu’il peut être épuisant d’être moi.

— Ce n’est pas dangereux ? demandai-je en lisant d’un œil les termes du contrat.

— Non, il n’y a que des avantages, pour toi comme pour moi.

— Mais pourquoi m’avoir choisi ?

Elle haussa les épaules :

— Je te l’ai dit, tu me plais.

— Vous… J’hésitai : je veux bien y réfléchir, si j’ai le droit à un essai.

— Un essai ?

— Oui, je veux savoir à quoi m’attendre. C’est équitable, non ?

Elle se leva et refit le tour de son bureau.

— Tu as raison. Pendant quatre heures, est-ce que ça te va ? me dit-elle en regardant l’horloge.

Mon examen commençait dans dix minutes.

— Oui, c’est parfait.

Elle se pencha sur moi, et m’embrassa sur le front. Ce fut un baiser divin.

— Finis ta version, et reviens me voir….

À peine une heure plus tard, je remontai dans son bureau, et signai ce contrat.

Plusieurs années passèrent. Je réussis brillamment mes partiels, comme elle l’avait prédit, mais je ne m’arrêtai pas en si bon chemin. Je me servis abondamment du pouvoir qu’elle m’avait offert. Au trimestre d’après, je m’inscrivis également en histoire de l’art. L’année suivante, en plus de continuer mon parcours, j’appris l’anglais, l’allemand, puis le copte, l’araméen et l’hébreu. Mon cerveau pouvait se scinder : pour apprendre une nouvelle langue, il me suffisait de lire une grammaire d’un œil, un dictionnaire de l’autre, et d’écouter en même temps une méthode. Je retenais tout, engrangeais tout, et pouvais retrouver avec une rapidité déconcertante la moindre information que j’avais lue. J’avais la sensation que mon cerveau était une immense base de données, et que ma conscience en était le bibliothécaire tatillon qui mettait le doigt sur le moindre renseignement, et ce à la vitesse de la lumière. Je pouvais lire un roman et me souvenir des mots écrits sans la moindre erreur. Je pouvais retrouver les images d’un film et le visionner mentalement avant de m’endormir. Je pouvais tout faire.

Lors de mon master, alors que les autres étudiants ne suivaient qu’un seul parcours, je ne présentai pas moins de quatre mémoires en même temps. Un en lettres classiques, un en modernes, un en histoire de l’art, et un en italien. Je les réussis tous évidemment avec brio. Je partis passer mes thèses en Erasmus à Pompéi, visitai toute l’Italie. Je devins maître de conférence en plusieurs disciplines, et réalisai mon rêve : je fus archéologue. À vrai dire, je réalisai même plusieurs rêves que je n’avais jamais osé effleurer de mes espoirs d’adolescent: je publiai plusieurs essais, reçus de bonnes critiques, fus interviewé par des collègues émérites. Mais une fois toutes ces brillantes études achevées, une immense mélancolie s’empara de moi. Je n’avais plus de buts, plus d’ambitions, et mon pauvre cerveau surchauffait comme le disque dur d’un ordinateur à qui l’on en demande trop. Il fallait que je la retrouve…

Dix ans plus tard, je retournais dans la faculté qui m’avait accueilli. Athénaïs Nuncq enseignait toujours, et sur la porte de son bureau, la petite plaque luisait du même éclat que dans mon souvenir. Je frappai, elle me dit d’entrer. Le front appuyé contre sa main, elle était plongée dans ses pensées, le regard perdu de l’autre côté de la vitre. Sur son bureau, une petite chouette rappelait qui elle était.

— Bonjour, Victor, me salua-t-elle en se retournant lentement vers moi.

— Bonjour. Vous êtes toujours aussi belle…

Elle eut un petit sourire :

— Tu n’as plus rien d’un gamin.

Je m’avançai vers elle, la main tendue, et me rendis compte par ce geste qu’elle avait raison. Je n’avais plus rien de l’adolescent paniqué que j’avais été autrefois :

— C’est grâce à vous, la remerciai-je.

— Pourquoi es-tu ici ?

Je baissai la main qu’elle n’avait pas prise, et soupirai :

— Je voudrais revenir sur ce pacte… Je ne suis pas heureux.

— Pourtant, soupira-t-elle, déçue, tu as reçu ce que tu m’avais demandé… Une intelligence hors du commun. Tu l’as obtenue, et grâce à elle tu as eu une vie parfaite, non ? me demanda-t-elle en s’asseyant sur son bureau.

— Pour quelqu’un qui me jugerait de loin, c’est peut-être la vérité, répondis-je, mais en fait, ce n’est pas ce que je ressens. Bien sûr, j’ai vécu de jolies choses, je ne les regrette pas, mais si je pouvais vous rendre ce pouvoir que vous m’avez donné…

— Tu veux redevenir médiocre ? C’est bien ça ? Mais tu as signé un contrat.

— Je le sais, mais… Je veux redevenir moi-même. Je conçois que pour vous, cela peut paraître extraordinaire, mais comprenez-moi bien : depuis ces dix dernières années, mes relations sociales n’ont fait que se détériorer. Je n’ai pas su garder un seul ami. Ils finissent tous un jour ou l’autre par se lasser de mon côté intellectuel pompeux que je ne peux pas réprimer. Et s’ils ne s’en lassent pas, c’est moi qui m’ennuie alors, parce que je ne peux discuter de rien, je les trouve toujours si idiots… Ma famille s’est détournée de moi, et je n’ai pas su, de toute façon, garder les liens. Chaque fois que je les revois, tous mes souvenirs remontent à la surface, et je suis capable de leur répéter ce qu’ils m’ont dit depuis ma naissance. Imaginez les disputes…

Athénaïs se mit à rire :

— C’est pour cela que je suis seule.

— Quant aux femmes, c’est… Oh, j’ai bien pu en tenir quelques-unes de très jolies dans mes bras, mais au fond, je me sens toujours si solitaire. Et la beauté fane…

— Pas la mienne, ironisa-t-elle en croisant ses jambes, ce qui me fit rougir comme un gamin.

J’évitai de la regarder et contemplai attentivement la petite chouette.

— Comment puis-je tomber amoureux, continuai-je tout bas, et le rester, d’une femme avec laquelle je ne pourrais pas me sentir à égalité ? Aucune femme ne saurait jamais…

Elle m’interrompit, et me dit avec une sincérité, qui, chez elle, était totalement désarmante :

— Mais si, il y a moi…

Où je suis tombée dans le NaNoWriMo

8 novembre:

Pas besoin d’expliquer aux rares lecteurs de mon blog ce qu’est le NaNo, je crois bien ne pas me tromper si j’écris que la plupart d’entre vous ont un lien avec la Littérature ;)

Cette année, à la suite de nombreuses discussions avec des amis auteurs, ou des amis tout courts qui souhaitaient m’encourager, je me suis inscrite pour la première fois à ce défi littéraire. J’ai décidé (ou plutôt on m’a poussée) de reprendre Palimpsestes, un gros projet qui me tenait à cœur mais que je n’avais pas vraiment le courage de terminer, tant il me faut de recherches historiques. Pour résumer sommairement sans spoiler l’intrigue, tout se passe quasiment au Louvre, et j’ai donc besoin de savoir ce qui s’y est déroulé depuis sa construction… Vaste tâche^^

Au départ, je m’y suis inscrite en sachant d’avance que je ne le terminerais pas, car je pensais qu’à un moment ou un autre, ma documentation qui est seulement en friche pour l’instant me ferait défaut. Et puis il se trouve que je suis au chômage, que j’ai donc le temps d’écrire, et que je me suis prise au jeu. Donc, depuis huit jours que ça a commencé, j’arrive à écrire presque 3500 mots par jour en moyenne, l’intrigue avance bien, et je ne me suis jamais autant amusée! A vrai dire, c’est bien la première fois que je me sens aussi heureuse dans un projet d’écriture! Bien sûr, c’est un premier jet assez bancal, qu’il me faudra réécrire, reprendre, et surtout “habiller” de mes recherches historiques enfin entreprises: car pour l’instant, à chaque fois qu’une info me manque, je mets un XXX à la place, et j’en ai, sur 50 pages, 144, de XXX! Certes, ce sera dur, mais c’est affreusement réjouissant en même temps :) En fait, j’adore les projets ambitieux. C’est comme pour la couture: les petites robes quotidiennes, ça ne m’intéresse pas. Moi ce que j’aime, c’est refaire une Anglaise bien compliquée, ou tester de nouvelles techniques et les mélanger pour faire quelque chose de farfelu et de spectaculaire à la fin! (Ce sera la seconde option pour “Palimpsestes”^^)

Mais ce qui est le plus chouette dans tout ça, c’est voir les autres bosser en même temps que toi, et faire partie d’un groupe de gens intelligents qui comprennent qu’on puisse passer sa nuit à écrire plutôt que de regarder “Le Bonheur est dans le Pré”^^

17 novembre:

Bon, contre toute attente, j’ai réussi au-delà de mes espérance, parce que j’ai bouclé mes 50000 mots le 15, à 15h! J’ai été super fière de moi, et puis après, un espèce de vide m’a envahie, en me disant que oui, c’était bien joli d’avoir gagné, mais maintenant, ben quoi, tout ça pour ça, c’est terminé? J’ai mis deux jours à me sortir de cet état,et je ne voulais pas revenir sur mon manuscrit. je le trouvais super nul et plein de défauts… Et puis aujourd’hui, je m’y suis remise, me disant que s’il me fallait un défi, il était tout trouvé: relire et corriger ce premier jet merdique avant le 30! Là, c’est difficile, parce que comme je l’ai indiqué plus haut, y a du boulot.. Pour l’instant, ma première relecture est purement formelle et stylistique: j’attaque les répétitions, je déplace les chapitres, j’en écris d’autres… Pour les recherches historiques, ça sera plus tard!Et finalement, en relisant ce que j’ai écrit, je ne trouve pas ça mauvais, bien au contraire, je trouve la plupart des scènes touchantes! Ce qui est étrange, c’est que ce qui devait être dans ma tête une aventure à la Indiana Jones et pour l’instant principalement une histoire d’amour… Peut-être que ça prendra une nouvelle dimension avec “l’habillage”^^

Robe de bal de "La Curée"

Il y a déjà quelques temps, dans une analyse naze que j'avais faite de la Curée, j'avais dit que je voulais faire une des robes que porte Renée Saccard au début du roman. Et bien après avoir acheté les fournitures aux Imaginales (des kilomètres de soie.... Miam), je l'ai commencée hier!

Alors si c'est une création, puisque j'ai du l'inventer, je la classe quand même dans les "costumes historiques". J'ai essayé de faire un dessin qui soit au plus proche de la description. Le souci c'est que le roman a été publié en 1872, qu'il est sensé se passer dix ans avant, mais que Zola décrit une mode de son temps (la tunique, la jupe garnie à l'arrière de volants...). Alors du coup, j'ai dessiné quelque chose des années 1870. (Faut dire aussi que je kiffe pas particulièrement les crinolines des années 1860^^)

« Quand Renée entra, il y eut un murmure d’admiration. Elle était vraiment divine. Sur une première jupe de tulle, garnie, derrière, d’un flot de volants, elle portait une tunique de satin vert tendre, bordée d’une haute dentelle d’Angleterre , relevée et attachée par de grosses touffes de violettes ; un seul volant garnissait le devant de la jupe où des bouquets de violettes, reliés par des guirlandes de lierre, fixaient une légère draperie de mousseline. Les grâces de la tête et du corsage étaient adorables, au-dessus de ces jupes d’une ampleur royale et d’une richesse un peu chargée. Décolletée jusqu’à la pointe des seins, les bras découverts avec des touffes de violettes sur les épaules, la jeune femme semblait sortir toute nue de sa gaine de tulle et de satin, pareille à une de ces nymphes dont le buste se dégage des chênes sacrés ; et sa gorge blanche, son corps souple, était déjà si heureux de sa demi-liberté, que le regard s’attendait toujours à voir peu à peu le corsage et les jupes glisser, comme le vêtement d’une baigneuse folle de sa chair. Sa coiffure haute, ses fins cheveux jaunes retroussés en forme de casque, et dans lesquels courait une branche de lierre, retenue par un nœud de violettes, augmentaient encore sa nudité, en découvrant sa nuque que des poils follets, semblables à des fils d’or, ombraient légèrement. Elle avait, au cou, une rivière à pendeloques, d’une eau admirable, et, sur le front, une aigrette faite de brins d’argent, constellés de diamants. Et elle resta ainsi quelques secondes sur le seuil, debout dans sa toilette magnifique, les épaules moirées par les clartés chaudes. »

DSCN4690.JPG


30 juillet 2013 :

Première étape, le corsage:


DSCN4693.JPG

DSCN4694.JPG

Bordé de dentelle d'Angleterre :D (Enfin c'est de la dentelle de nylon, mais faut pas charrier, je la trouve où, moi, la vraie? J'ai pas de TARDIS pour aller faire un saut au Bonheur des Dames :D )

DSCN4696.JPG

Et une drôle de pièce pour le recouvrir:

DSCN4697.JPG

(Où l'on voit que les fausses hanches XVIII ème c'est aussi très pratique pour fabriquer des épaules à mon mannequin ;) )

31 juillet:

Je n'ai pas pu résister à passer toute la journée à coudre cette robe... Je n'ai travaillé que le bustier, ce fut long! Ce qui m'a vraiment décidé à commencer ce projet, c'est qu'un bal costumé aura lieu à Strasbourg le 19 octobre, et j'en suis!!! Enfin mon rêve se réalise :D Happy je suis^^ Et mes lecteurs, ça vous dirait pas qu'on s'y retrouve? L’événement est là: Le Bal des Lys

Je suis donc allée acheter quelques petites fournitures... Qui dirait que ces petites choses-là m'ont coûté 60 euros??

DSCN4714.JPG

Voilà la drôle de pièce cousue, et placée un peu plus bas d'ailleurs pour accentuer le décolleté:

DSCN4716.JPG

En parlant de drôle de pièce, en voilà une autre bien bizarre, avec baleines à l'intérieur. Comme je suis infichue de vous expliquer ce que c'est et comment je l'ai faite, je vous montre en images:

DSCN4717.JPG

DSCN4718.JPG

DSCN4719.JPG

DSCN4720.JPG

Voilà ci-dessous cette pièce cousue avec une dentelle entre. Je n'ai pas vraiment l'impression que toute ma superbe technique se voit mais ça donne du corps et de l'épaisseur au bustier :) J'avais prévue de la fermer dans le dos avec des œillets et un ruban mais sur aucune de mes gravures de l'époque on ne voit le système de fermeture, aussi je réfléchis encore!

DSCN4721.JPG

En attendant que je trouve la solution, , voici un brin de dentelle posé en plus, et des fleurs épinglées pour donner un aperçu. Bon normalement, ce sont des violettes, mais je n'en ai pas trouvé, et comme je suis tombée au carrefour sur une promo à 25 cts la fleur en tissu, j'allais pas me priver!! Ce seront donc des iris^^:

DSCN4722.JPG

C'est beaauuu hein :D ?

1er août:

Finalement j'ai utilisé mes œillets pour fermer la robe, je ne trouve pas ça si laid que ça :) Par contre, c'était vraiment la merde à poser! Y a qu'au bout du dixième que j'ai réussi à en faire un parfait, et j'ai du en enlever deux qui ont bien failli me niquer tout le dos:

DSCN4727.JPG

J'ai pas mis des œillets jusqu'en haut, j'ai improvisé en mettant tout ce que j'avais sous la main et il se trouve que les gros rubans, ça faisait joli:

DSCN4728.JPG

Du coup, j'en ai mis deux :D

DSCN4729.JPG

Pour la jupe, j'ai pris le patron Butterick déjà utilisé pour ma robe d'Albine. Ces andouilles ont queuté sur deux points: d'abord, il est hors de question que je la ferme avec une fermeture éclair, (et ça se prétend patron "historique", tu parles :) ) et ensuite, elle est beaucoup trop grande:

DSCN4730.JPG

Et elle était aussi beaucoup trop courte, même avec les volants de prévus, j'ai du rajouter dix centimètres. Pourtant y avait pas marqué qu'il y avait besoin de pinces pour la taille! Bon j'en ai fait quand même:

DSCN4733.JPG

Et j'ai mis un jupon en-dessous, ça donne un peu plus de corps (bon y en aura encore plus quand ça sera repassé :P )

DSCN4734.JPG DSCN4735.JPG

Et hier soir, j'ai passé mille ans à épingler 8 m de plis creux, puis à les coudre! On peut vraiment dire que j'en avais plein le dos, et plein les yeux, comme aurait dit Maxime :D

- "Oh ! tes jupons, murmura-t-il avec mauvaise humeur, j'en ai jusqu'aux yeux..."

DSCN4736.JPG

(Vous avez droit à un portrait de Bistouille en prime :p Elle m'accompagne partout, elle adore grignoter les fils de soie :D)

2 août:

Je n'ai fait que ça hier, mais c'est parce que d'une j'ai travaillé sur un autre costume, et de deux, parce que c'était long! Il a fallu faire l'ourlet, poser la dentelle, et repasser les plis! Mais ça vaut le coup, non^^?  Et sinon j'ai mis le deuxième coussin en-dessous, ça fait encore une meilleure tenue et y a un beau mouvement vers l'arrière :)

DSCN4741.JPG

DSCN4743.JPG

3 août:

D'abord, la sur-jupe en mousseline blanche. Évidemment c'est un peu long, alors j'ai recoupé et plissé:

DSCN4745.JPG DSCN4747.JPG


Puis, il a fallu faire le tablier:


DSCN4748.JPG

Ensuite, j'ai fait une première traîne.

DSCN4749.JPG DSCN4750.JPG

Mais comme il s'est avéré qu'elle était trop courte, j'en ai fait une seconde, mais j'ai utilisé les deux. Ce qui est cool avec la soie c'est que c'est léger, que donc ça n'affaisse pas la silhouette, et que ça fait de beaux mouvements:


DSCN4751.JPG

Et puis j'ai épinglé des fleurs pour voir ce que ça donnera:

DSCN4752.JPG


4 août:

J'ai repassé et cousu le tout, et mis des rubans pour l'attacher:

DSCN4753.JPG DSCN4754.JPG

Et j'ai fait des fleurs amovibles en y mettant des épingles à nourrice. (J'ai fait les mêmes sur des épingles à cheveux pour la coiffure)

DSCN4755.JPG DSCN4757.JPG

Bon je trouve ça un poil trop chargé, on va voir si je peux arranger ça. Je suis allée en ville cet après-midi, et j'ai trouvé un adorable éventail et une petite bourse qui vont trop bien avec :D C'est pas de la dentelle d'Angleterre, mais de la dentelle de Bruxelles, et c'est très bien aussi^^

DSCN4759.JPG

5 août:

Voilà, elle est presque finie! Il ne me reste plus qu'à fixer du lierre sur la mousseline, mais il est en route!

DSCN4760.JPG DSCN4761.JPG

16 octobre:

Voilà, prise avec mon téléphone, une photo du jupon refait en dernière minute!

Photo-0010.jpg

31 octobre 2013 :

Le 19, je suis allée au Bal des Lys et c'était vraiment très chouette! Je viens d'avoir des photos grâce à Rainbird de la robe portée avec la coiffure et le maquillage, je les remets ici:


1450253_574509722597784_983257415_n.jpg

1390607_574509705931119_893394673_n.jpg
1385769_574507405931349_1630564388_n.jpg

1378435_574509822597774_116590699_n.jpg

1375672_574509632597793_2101859362_n.jpg

Je me trouve particulièrement jolie sur ces photos, et il y a même un faux air de Kate Winslet, surtout sur la dernière, qui n'est pas pour me déplaire^^


994654_574507589264664_1013691732_n.jpg



Robe de bal de Marian dans "Raison et Sentiments"

Je sais, je m’étais promis de ne plus faire de robe Regency… et voilà, j’ai craqué :) En fait, tout est parti d’un échange de mails avec une copine, au sujet du bal des Lys auquel on va toutes les deux. Ce bal a lieu en octobre à Strasbourg et c’est pour ça que j’ai cousu la robe de Renée Saccard dans la “Curée”. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal d’avoir une robe Regency dans le même tissu, puisqu’il me restait encore du matériel, histoire de pouvoir danser convenablement si jamais je suis fatiguée, et de laisser tomber traîne, talons hauts, jupons et corset pour plus d’aisance, tout en gardant les mêmes accessoires, à savoir gants, bas, maquillage et coiffure (faudrait juste échanger fleurs contre ruban vert). Du coup qui dit robe en soie verte, dit illumination! Voyons voir, quelle robe j’adore par-dessus tout qui correspond à cette description? La robe de Marian dans Raison et Sentiments! La pauvre Kate Winslet, si jamais elle tombe sur ce blog un jour elle va croire que je fais une fixette de fan perverse sur elle, ou bien elle va me demander de payer des droits à l’image vu tous les costumes que je fais de ses films^^ Parce qu’attendez voir, j’ai 3 vêtements de Titanic (bientôt 4 hu hu), j’en suis à mon 4ème de Raison et Sentiments, je me suis inspirée de sa robe de mariée et je veux avoir ses cheveux… Ah oui en fait, il se peut bien que je fasse une fixette :P

Bref, pour en revenir à nos petits moutons, voilà donc le modèle:

senseandsensibilitypromo_016.jpg

(Sur le site de The Costumer’s Guide sur lequel j’ai trouvé les captures d’écran, ils disent qu’elle est bleue, mais moi, je l’ai toujours vue verte. Ou bien je suis bigleuse, va savoir^^) Bref, dès que j’ai eu cette idée-là, j’ai commencé! Fidèle à mes nouveaux principes qui veulent que je prenne mon temps pour faire quelque chose de chouette, j’ai donc décidé de la faire à l’ancienne, comme elle devait être vraiment, et ne pas tricher. J’ai donc coupé des pièces bizarres pour qu’elle s’épingle devant (on voit les rosettes qui épinglent le bustier). J’aurais pu mettre de l’élastique, ça aurait été mile fois plus simple, mais je n’ai pas voulu^^

DSCN4762.JPG

J’ai pris mon patron de base Regency que j’ai utilisé qu’une seule fois (avant, j’utilisais un patron Butterick qu’il me fallait retoucher à chaque fois), et j’ai coupé deux pièces qui se rabattent au milieu, comme sur une vraie robe Regency que j’ai. Je ne vous l’ai jamais montrée, parce que ce n’est pas moi qui l’ai cousue, mais oui, c’est une vraie robe d’époque en soie rose avec le pad derrière et tout et tout^^

DSCN4763.JPG

Et donc, après ces deux pièces qui se rabattent, voici un autre pan devant (je ne sais toujours pas le nom des pièces, je serais jamais historienne de Mode) qui s’épingle en haut. Sur la photo on le voit pas très bien mais j’ai fait un tout petit biais et des fronces comme sur la robe originelle:

DSCN4764.JPG

Là c’est la jupe que j’ai cousue, je n’ai pas encore coupé la longueur:

DSCN4765.JPG

Mais là c’est fait, repassé et dentelé par la même occasion^^ Par contre j’ai plus de poitrine que la miss, alors du coup le bandeau est plus haut, et je trouve que ça fait moins joli. Je n’ai pas aujourd’hui sous la main ce qu’il faut pour les dernières décorations, mais je vais faire du shopping demain!

DSCN4768.JPG

La robe du modèle de profil. J’ai fait la même chose dans le creux du dos mais je vous le montrerai demain:

image000571.jpg

Et là c’est ses chaussures. J’ai commandé des ballerines pointues qui devraient arriver bientôt, et j’ai déjà les choux jaunes parce qu’il se trouve que je les ai faits pour une des robes de Titanic, justement^^

image002605.jpg

Quand elle va au bal, elle porte un châle blanc, que je n’ai pas encore mais ça ne saurait tarder (encore que j’ai le châle noir de la photo plus haut), et des gants, que j’ai achetés justement pour la robe de la Curée! Et finalement, même en prenant mon temps, j’arrive quand même à faire une robe en un après-midi. Rendez-vous demain!

7 août:

Je n’ai pas pu faire les photos de moi dans la robe, mon  appareil est tombé en passe de batterie! Mais demain pas de soucis :) En attendant, voilà les photos de la déco.

Alors pour le ruban, j’ai acheté un de velours vert que j’ai peint en cuivre. (Oui y avait rien de plus approchant, et pas de cuir non plus) Vous me croirez si vous voulez, mais quand je l’ai séché, ça sentait le crottin de cheval T-T Very agréable :P

Photo0096.jpg

(La photo est merdique, mais c’est parce qu’elle est prise avec mon téléphone).

Pour la déco de devant, j’ai modelé avec mes petits gros doigts boudinés un machin que j’ai essayé de faire le plus ressemblant possible. C’est la fimo qui m’a déjà servie pour l’épingle à chapeau de ma robe bi-époque.

Photo0097.jpg

Ensuite je l’ai peint à l’acrylique, et j’y ai collé une perle verte que j’ai achetée ce matin.

DSCN4771.JPG

Bon c’est quand même vachement grossier tout ça, (on dirait que j’ai travaillé sur les costumes de Mission Cléopâtre :P)  je ne suis pas une princesse bijoutière moi, mais de loin, ça le fait :D

Et hop, voilà le tout avec les petites rosettes (que c’est super méga chiant à faire et que aieuh mes doigts pleins de trous)

DSCN4770.JPG

8 août:

Mon appareil photo fait encore des siennes. Voilà ce que j’ai réussi à avoir de mieux:

DSCN4796.JPG

DSCN4795.JPG

- page 1 de 3