Emmanuelle Nuncq

Romancière à deux visages, couturière rêveuse et plein d'autres choses encore.

Mot-clé - Jeu de rôles

Fil des billets - Fil des commentaires

Copies conformes?

S'il y a un truc que j'adore faire, c'est mettre ma tête en tableau ou en affiche de film :) Au début, je faisais juste des montages tout moches et puis petit à petit j'ai essayé de refaire entièrement l'image. Si jamais vous avez des idées, n'hésitez pas à me les soumettre !

Nikita

1.jpg

Mort Rainey

mort.jpg

Rose

titanic_copie.jpg


Simonetta Vespucci, de Botticelli

Simonetta_Vespucci.jpg

Inspiration Pollock

Pollock__2_.jpg

Inspiration Mondrian

Mondrian.jpg


Madeleine à la veilleuse, de Delatour

Madeleine_a_la_veilleuse.jpg


L'Orpheline, de Delacroix

L__Orpheline.jpg


La Joconde, de de Vinci

La_Joconde.jpg


La jeune fille à la perle, de Veermer

La_jeune_fille_a_la_perle.jpg


Le désespéré, de Courbet

La_desesperee.jpg


La prune, d'Edouard Manet (Mon préféré pour l'instant!)

la_prune.jpg


Madeleine Pénitente de Canova

madeleine_penitente.jpg

Natalie Portman dans Black Swan

black_swan4.jpg

Ouhla, ça faisait depuis 2011 que je n'avais rien posté ici :)

Mars 2014

Voiciiii le photomaton du Fabuleux destin d'Amélie Poulain (la copie n'est pas conforme, c'est plutôt une réinterprétation)

AvatAmelie.jpg

21 avril:

Je me suis enfin lancée, et hier soir j'ai refait mon tableau préféré, à savoir Olympia... Il est plutôt réussi, ce qui est surtout dû au photographe qui a fait un beau boulot, mais j'hésite à le publier... Si j'en juge par les commentaires (absents) de mon blog, je me dis qu'ici personne ne va le voir, mais on ne sait jamais^^ Dans un instant de folie peut-être! En attendant, voici un extrait :P

Olympia

Olympiavatar.jpg


17 août (mes 30 ans ont sonné^^)

Portrait façon Elizabeth Vigée Le Brun:


vigee_lebrun.jpg


23 octobre:

      Avant-hier j'ai refait comme pour Olympia une séance photo de nu avec un ami. Cette fois-ci c'était pour ma maman, qui avait besoin de la pose de la Vénus de Botticelli pour une statue. Une fois les photos pour ma maman réalisées, on a fait une petite série perso pour mon ami et une photo en particulier est vraiment sublime ! Je n'ose pas la montrer, et le problème c'est que si on la recadre on perd absolument tout! Mais je peux vous dire qu'elle me met en scène allongée sur ma coiffeuse avec la robe d'Elizabeth de Dr Who qui se reflète dans le miroir, et c'est juste magnifique^^

Par contre je peux tout à fait vous livrer un bout du montage que j'ai tiré après des photos façon Vénus ;) C'était vraiment une très chouette expérience. Bien plus à l'aise que la dernière fois, j'ai réussi à plaisanter et même prendre goût au truc. Ces deux séances m'ont beaucoup aidé à m'accepter (mon ex a fait beaucoup de dégâts de ce côté-là :p ): et la plus grande preuve c'est peut-être que, hormis la couleur et la texture pour coller au plus près de l'esprit du tableau (j'ai pas trop réussi cette fois-ci, avec l'impressionnisme c'est plus facile^^) je n'ai absolument pas touché à mes formes ! (bon là on peut pas les voir :P ) Du coup, j'ai trop envie de recommencer !

La Naissance de Vénus de Botticelli:

bandeau.jpg



24 octobre:

J'ai posté puis enlevé l'intégrale d'Olympia :)


8 décembre:

Audrey Hepburn

copie.jpg



8 janvier 2015 :

Un mois jour pour jour plus tard, je montre deux photos! Ce ne sont pas à proprement parler des copies, mais comme je les trouve très belles je ne peux pas m'empêcher de les rendre publiques. Il y a quelques jours, ma maman voulait des photos de mes épaules et de mon cou pour sa statue de Venus, qui étaient cachés la dernière fois par mes cheveux. Rumi est donc venu chez moi ce matin, et on en a profité, après les clichés de ma mère, pour faire comme la dernière fois une séance de photos superbe (ce qui m'a fait un bien fou, rapport aux événements d'hier. Je n'en parle pas sur facebook, mais ça m'a beaucoup touchée). Le souci, c'est que je ne peux pas vous montrer les plus belles... mais il y en a quand même deux relativement... softs (dirons-nous :P (Bon d'accord, l'une des deux a été légèrement coupée :) ) ) qui sont potables^^ (Et même plus) C'est un merveilleux photographe, non?

Falang, si tu passes par là, tu reconnaîtras ton cadeau d'anniversaire, bien utilisé ma foi^^

Portrait.jpg

Emmanuelle-17.jpg


24 janvier:

A la manière de Mucha:

Alphonse_Mucha_Moi.jpg


25 janvier:

Je viens de regarder un documentaire sur les studios Harcourt que j'adore, et ils montraient certaines de leurs techniques. J'ai essayé d'en refaire un mais avec les moyens du bord  c'est vraiment pas terrible... (Caméra au lieu d'appareil photo, tissu noir scotché sur la porte, lampadaire et lampe de chevet: j'ai rien d'une pro, snif :'() Enfin, au moins on reconnait mon inspiration^^ Un jour, un jour je serai une star et je pourrais avoir ma photo Harcourt!

portrait_3.jpg

Puis dans la séance y avait une autre jolie photo que je rajoute, même si ce n'est pas une "copie" et que je ressemble plus ou moins à une prostituée dessus :D Pourquoi ça me choque plus ce genre de photo-là qu'une photo de nu, allez comprendre^^

portrait2.jpg



25 février:

Ma mère avait besoin de détails, toujours pour sa statue de Vénus, et j'en ai encore profité pour faire une séance perso après :) Cette fois-ci c'était sous le signe de Mucha, qu'on aime beaucoup tous les deux avec Rumi, mais les photos-là ne viendront que plus tard. Cependant à la fin de la séance j'ai posé à la manière de Marie-Louise O'Murphy sur le tableau de Boucher L'Odalisque blonde, et même si la pose n'est pas tout à fait la même (je ne suis pas une grenouille nanmého), un montage était tout à fait possible avec le fond du tableau! Je me suis surprise à bosser quatre heures dessus, mais le résultat en vaut la chandelle! C'est le plus joli tableau pastiché que j'ai fait pour l'instant, (et mon fondement n'a rien à envier à la jeune maîtresse de Louis XV :P ) mais encore une fois, je ne montre qu'un détail ;)

L'Odalisque blonde de Boucher

L__odalisque_rousse_detail.jpg

18 mai :

Femme au chapeau de Matisse

Aujourd'hui, pour ma lettre F du challenge de l'alphabet costumé, j'ai choisi le fauvisme, et j'ai donc mis ma tête à l'intérieur du tableau La femme au chapeau de Matisse. Ce n'est pas une véritable recréation comme j'en ai fait auparavant car le but visé était juste de montrer le maquillage, donc le montage se voit, c'est fait exprès^^


Fauvisme.jpg


26 juin 2015 :

A la Buster Keaton:

Buster_Keaton.jpg



24 août:

Bon allez je me lance, voilà les tableaux entiers cités plus haut :

Olympia :

Olympia.jpg


L'odalisque blonde:


L__odalisque_rousse.jpg

Pour l'alphabet costumé toujours, j'ai recréé un tableau de Toulouse-Lautrec que j'aime beaucoup, la Toilette. C'est encore une fois Rumi Kijay mon photographe, à force, on peut dire qu'il est mon photographe attitré :D


La_Toilette.jpg


26 août :

Au cours de la séance photo spéciale "Toulouse-Lautrec" ci-dessus, on a fait avec Rumi d'autres clichés, comme précédemment. (Ça devient une habitude, j'avoue que j'apprécie^^). Je suis maintenant assez à l'aise avec ma nudité et c'est libérateur (notamment lorsqu'il fait chaud, maintenant, je m'en tape de me balader à poil chez moi :P ) mais ce n'est pas pour autant que je vais montrer toutes les belles photos qu'il a faites. Même si je n'ai pas honte de les montrer à mes (très) proches, les remarques que la moindre action peuvent amener sur facebook par exemple m'agacent.

Je vous en livre une. Là encore ce n'est pas un proprement parler un copié-collé de tableau, mais plutôt une recréation de photo de lingerie 1900 :) Une fois n'est pas coutume, je n'ai rien fait! C'est Rumi qui est l'artiste, photo comme traitement^^ C'est beau hein ?

11944876_10153601995517292_1346112545_n.jpg

13 juin 2018 :

J'ai malheureusement perdu un peu le contact avec Rumi (faut dire qu'on habite loin l'un de l'autre maintenant) et ces derniers temps je n'ai pas fait de copies, j'ai seulement laissé les autres me prendre en photo. (Je n'ai plus trop le temps non plus de faire des séances de pose après chaque costume.) La photo suivante n'est pas une copie mais j'avoue que je ne sais pas trop où la mettre : peut-être créer un autre article pour seulement les photos artistiques que l'on prend de moi ou de mes costumes ? En attendant, voici un joli cliché pris par "Noir et couleurs" le mois dernier, aux Imaginales !

Imaginales_2018.jpgImaginales_2018.jpg

Féminisme et costumes historiques : 400è billet !

Depuis longtemps, j’ai pu remarquer que féminisme et reconstitution historique, sous quelque forme que ce soit, ne font pas bon ménage. Au début, cela ne m’a pas trop dérangée, parce que je n’avais pas encore commencé ce processus de questionnement, et que j’étais comme la plupart des femmes qui font du costume historique, d’abord attirée par les belles robes. Elles me donnaient l’impression d’être une « princesse », et de réaliser un fantasme de petite fille en les revêtant (le syndrome de la jupe qui tourne, sans doute^^).

Sauf que, avec les années, ce milieu m’exaspère de plus en plus. Alors certes, reconstruire l’Histoire, c’est reconstruire aussi la condition de la femme, mais il y a d’autres moyens de s’investir dans cette passion sans pour autant reproduire tous les schémas et clichés d’antan ; et c’est malheureusement ce que font une très grand majorité des reconstitueurs. Très souvent d’ailleurs, ils ne recréent qu’une infime partie de l’Histoire, celle, glamour et fantasmée, qu’on entrevoit dans les films, et qui tourne à la parodie. Sous couvert de nostalgie, de regrets de ces « bonnes manières qui se sont perdues aujourd’hui », ils et elles perpétuent des comportements qui feraient horreur à n’importe qui pour peu que l’on porte des jeans et des t-shirts 2010. Me retirer la chaise pour m’aider à m’assoir, très bien, vu que ma crinoline m’en empêche (ce pourrait cela dit être aussi une femme qui m'aide), mais voir qu’on ne s’adresse qu’à l’homme du couple parce que sa femme n’est qu’un accessoire, me voir méprisée parce que j’incarne une domestique , ou regardée de haut parce que ma robe ne porte pas la quantité requise de falbalas et de colifichets : non merci.

De plus, les costumés ne choisissent pratiquement pas de milieux ou de personnages populaires (à part peut-être en danse folklorique). Il s’agit en général de recréer des cours royales, des salles de bal de l’aristocratie ou des régiments glorieux : je n’ai vu que rarement (à part peut-être pour le Moyen Âge, plus ouvert) des paysans, des serviteurs, des petits artisans. La plupart des bals ne sont souvent que le prétexte à une débauche de froufrous et de bijoux pour ces dames, d’uniformes médaillés pour ces messieurs. À la journée Grand-Siècle de Vaux-le-Vicomte, vous compterez bien plus de duchesses et de marquis clinquants que de laquais ou de lavandières, et ce toujours dans un style XVIIIe brillant et extravagant, quand bien même il s’agit d’une journée XVIIe et que la frange de la population qui pouvait à l’époque s’habiller en soie et broderies était infime.

Mais ce qui m’énerve davantage — car après tout, il est de bonne guerre, au fond, de vouloir paraître sous son plus beau jour le temps d’une soirée — c’est de voir des classes sociales se recréer au sein de ces costumiers et reconstitueurs. En effet, si vous avez l’intention d’arborer la plus belle robe de la parade, il vous faudra évidemment un beau tissu, et en quantité suffisante : pour une robe de cour 1760 pleine de ruchés, comptez au minimum dix mètres de soie ; et ça, moi, je ne peux pas me le permettre. Le monde du costume est donc non seulement un milieu de riches, car il faut du temps et de l’argent si l’on veut se consacrer à cette passion (costumes, billets d’entrée, déplacements, jours de congés ne sont pas accessibles à tous), mais plus encore, le milieu d’une nouvelle aristocratie autoproclamée. Combien de royalistes (mais oui !) ai-je pu croiser, ainsi que de descendants de nobles qui se croyaient encore au temps où les titres valaient quelque chose !

Comment être féministe dans un milieu dont le rêve repose sur la reconstitution d’une inégalité sociale, et où être une femme revient, encore et toujours, à privilégier l’apparence ?

Déambuler en robe inconfortable sans rien faire d’autre que m’exhiber pendant une demi-journée, et recueillir les compliments de tous, ou être costumée en homme ou en paysanne pour pouvoir m’amuser et me faire regarder de haut, voilà globalement le choix qui s’offre à moi. Et c’est encore pire depuis que je suis en couple et que nous allons à deux à ce genre d’événements, peut-être parce que nous correspondons davantage à ce qu'on attend de reconstitueurs.

Les dernières déceptions que j’ai vécues lors d’événements costumés m’ont fait beaucoup réfléchir à ce problème, suffisamment important à mes yeux pour que j’envisage d’arrêter (sauf les spectacles de mon atelier de danses anciennes^^). Alors, comme il est impensable de changer ce milieu de l’intérieur et que je n’ai pas non plus vraiment envie d’arrêter, je vais continuer à faire du costume, mais en m’amusant et en gardant mes valeurs. Pour cela, j’ai tenté de trouver des solutions. Je ne sais pas si elles sont les meilleures, mais au moins, je vivrais ce hobby à ma manière.

  • Tout d’abord, je vais arrêter de faire des princesses et des aristocrates emplumées (ce que j’ai déjà un peu fait ces derniers temps). Je suis loin d’être une jeune femme gracieuse ou une jolie potiche, et donc, exit les perruques et la représentation d’une ancienne noblesse que je n’adule pas.
  • Ensuite, je ferai, si possible, des personnages historiques intéressants et féministes. Hervé s'est ainsi amusé à me rédiger une liste d'une vingtaine de femmes qui ont fait autre chose dans leur vie que de naître avec une cuillère dans la bouche. Lors d’un dernier salon, j’étais costumée en Amelia Earhart, l’aviatrice : voilà quelqu’un de chouette à incarner ! Et au moins, on peut bouger dans un pantalon :) Pour la foire du Livre de Bruxelles, je serai une suffragette : là, je pourrai même allier féminisme et élégance, puisque la ligne 1910 est ma préférée.
  • Et enfin, je ne ferai quasiment plus de strictement historique. Maintenant que j’ai relevé le défi et que je sais que je suis capable de reproduire une robe de tableau ou d’après un ancien patron, je ne vois plus l’intérêt de coudre tout à la main ou de se faire chier à broder des boutonnières (excepté pour une conférence, comme celles sur la mode au temps de Jane Austen que j’ai données dernièrement). Je veux laisser libre court à mon imagination ! Ainsi, pour un prochain bal 1800, je porterai une robe dont la ligne sera bien d’époque, mais pas les tissus ni les accessoires.

Éventuellement, une des solutions serait que je crée ma propre association de reconstitution : avec un salon littéraire du Directoire, une corporation de dentelliers/drapiers du XVIIe ou un laboratoire scientifique de 1880 par exemple, il y aurait moyen de revivre l’Histoire sans trop de clichés. Mais ça, c’est une idée qui ne prendrait pas corps avant très longtemps…

En attendant, le mot d’ordre sera : du costume historique oui, mais fun et féministe !

Isabelle des "Lames du Cardinal", robe 1660

Pendant longtemps j'ai fait du jeu de rôle papier, que j'avais découvert avec mon premier copain, et puis j'ai laissé tomber, notamment avec mon ex qui n'aimait pas ça et qui aurait été jaloux comme un pou si je devais rencontrer des messieurs tous les samedi soirs autour d'une table :P J'ai repris récemment car on est venu me chercher tout spécialement avec un jdr tiré des "Lames du Cardinal", série de bouquins de Pierre Pevel dont je suis fan (les livres, pas l'auteur. Enfin si, les deux, en fait^^) Du coup je ne pouvais pas refuser! Même si mon copain actuel n'aimait pas ça, j'y serais allée, parce que maintenant plus personne ne m'empêchera de faire ce que j'aime, mais ça tombe bien, il est dans le milieu le môssieur :) Samedi prochain je vais à ma seconde séance où la campagne va vraiment débuter! La première fois on a mis le jeu en route avec une intrigue toute rigolote où la reine se faisait enlever par des dragons :) Je joue Isabelle, dite La Plume, une orpheline italienne devenue comédienne à Paris, une jeune femme très... charismatique on va dire, et qui sait très bien jouer de ses atouts: la dernière fois, à chaque fois qu'il y avait des infos à soutirer de messieurs, on me poussait devant :D C'est un personnage super sympa à jouer, et les autres joueurs sont chouettes, j'espère qu'avec le temps on deviendra une bonne équipe :) J'ai eu envie de me faire son costume, évidemment, d'autant que je n'ai encore rien de cette époque, comme me l'a fait remarquer Gasparde. Si j'arrive à le terminer, je le mettrais samedi! Pour le modèle, j'ai regardé un million de tableaux, gravures et autres, et je suis tombée sur une robe de Before the Automobile et une autre de Démodé que je trouve vraiment sublimes, dont je vais m'inspirer. Ce qui est pratique, c'est qu'on voit bien les détails. (Oui parce qu'il ne nous est pas parvenu grand'chose en bon état!) Par contre, je ne suis vraiment pas aussi douée qu'elles, ce sont des folles furieuses, et dans la mesure où mon tissu est élastique et anachronique, je ne vais pas me taper toute la structure corsetée en lin :P Je vais improviser, comme d'habitude!

17 février:

J'ai mis un temps fou à faire le patron! Pour commencer j'ai repris un vieux patron que j'ai refait et coupé, puis j'ai épinglé les pièces, l'ai repris douze fois pour qu'il soit parfait, et une fois cousu, ça donne ça:

DSC04361.JPG

Puis j'ai cousu une doublure, y ai mis trois biais pour les baleines: une en fer pour le milieu et deux en plastique pour les côtés, que ça ait un peu de tenue.

DSC04363.JPG

Je m'arrête là pour ce soir. Pour l'instant je suis plutôt contente de mon travail, les pièces s'ajustent bien et comme le tissu est élastique, tout est fermé, j'ai juste à enfiler la robe comme un t-shirt, j'aurais pas à m'embêter pour fermer dans le dos :D Oui oui, c'est pas histo du tout, je sais :P

DSC04362.JPG

18 février:

Je suis d'une lenteur exaspérante aujourd'hui...

J'ai commencé par la chemise. Ça c'est un truc que j'avais déjà dans mes affaires, et que je n'ai pas cousu:

DSC04364.JPG

j'y ai ajouté un col et des poignets en dentelle:

DSC04365.JPG

Et puis, ce que je trouve vraiment trop beau, j'ai cousu de la dentelle que j'ai bombée en cuivre. C'est Héloïse qui sans le savoir m'en a donné l'idée, parce qu'il y avait à côté de mon mannequin une petite bourse magnifique qu'elle m'a offerte, en soie aubergine brodée de fil de cuivre. Je trouve l'association des deux couleurs très belles, et me suis rappelée que j'avais de la peinture en bombe de cette couleur! Par contre c'est de l'acrylique, ça ne tiendra pas très bien, mais j'ai mis de la laque dessus, et puis c'est un costume, je ne compte pas porter cette robe tous les jours :) De toute façon je suis déjà morte depuis longtemps auprès des costumières hystériques :P

DSC04366.JPG

J'ai fermé le dos avec un lien de coton... C'était loooong... Rhhh zzzz.

DSC04367.JPG

Puis j'ai cousu une jupe. Au départ je voulais faire la robe d'une pièce mais c'était trop chiant avec la doublure. Donc je pourrais utiliser le haut ou le bas indépendamment :) (Le haut avec des chausses et des grandes bottes, miam :D )

DSC04369.JPG

La ceinture est cousue et pile poil à ma taille, pour pouvoir enfiler la jupe facilement. Elle est haute pour qu'on ne voit pas la jonction entre le haut et le bas quand je bougerai

DSC04368.JPG

Voilà ce que ça donne. Je suis en train de bosser sur les manches depuis deux heures, c'est loooong. (Oui, je sais, je l'ai déjà dit^^)

DSC04370.JPG

Un jour il faudra que je teste ce patron avec un tissu qui se tient, pour voir ce que ça donne. Mais j'ai plus rien, c'était mon dernier grand métrage. J'ai plus de sous pour en racheter, va falloir que je fasse avec mes quatre étages de coupons, zut alors!

1h00 du matin:

(Quand j'ai réalisé ça au moment de mettre à jour l'article, j'ai fait: quoiiiii déjà? Mais j'avais encore envie de travailler moi! Ce sont mes yeux qui ne veulent plus, les méchants, ils souhaitent que je les ferme T-T)

J'ai eu l'impression de ne rien faire ce soir! Je n'ai avancé que sur les manches, qui ne sont même pas terminées en plus, les sagouines.

D'abord, un rectangle bordé de dentelle que l'on plisse et couds à la doublure intérieure:

DSC04371.JPG

Puis je les ai coupées car trop longues, plissées, cousues, et j'ai recousu par-dessus la face extérieure à petits points invisibles (Tiens, les petits points invisibles à la main, serait-ce la raison du temps que j'ai pris? Mais au moins, c'est réussi^^)

DSC04372.JPG

Voilà sur le mannequin ce que ça donne. Le col ne se met pas bien et ça m’énerve, je vais voir demain ce que je peux faire. Mais là, dodo.

DSC04373.JPG

19 février:

J'ai passé la matinée à chercher du boulot, une partie de l'après-midi à téléphoner à la Capac (youhou, je les ai enfin eus depuis lundi, et je vais avoir droit à 300 euros! :P ) donc je m'y suis mise assez tard, alors qu'il n'y avait en fit plus grand chose à faire :) Je n'ai pas trouvé de solution pour la chemise à part de bien l'ajuster en la mettant, et me suis dit qu'avec mon tissu élastique, c'était déjà foiré de base :P

Donc les manches terminées!

DSC04374.JPG

Et pour finir une broche que j'ai fabriquée avec les moyens du bord, c'est à dire des babioles, une grosse épingle à nourrice, beaucoup de patience et de pistolet à colle :P

DSC04415.JPG

C'est vraiment agréable comme costume (excepté le corset) et je me suis bien amusée à refaire la coiffure adéquate, avec force rajouts et trucages (La moitié des boucles sur les côtés n'est pas à moi :) ). Je trouve pas ça si ridicule que ça, à la limite, j'ai même l'impression que ça me va plutôt bien et que dans une autre vie j'étais une précieuse^^

DSC04389.JPG

DSC04388.JPG

DSC04385.JPG

Et le petit portrait habituel pour la route!

Portrait.jpg

Arwen (bleue) dans Le Seigneur des Anneaux

J'ai rien glandé au boulot aujourd'hui. On étaient sensés aller au cinéma mais pas un jeune n'a pointé le bout de son nez; aussi, comme lorsqu'à la bibliothèque je m'ennuyais, j'ai surfé de sites en sites, et j'en suis arrivée à me dire que je n'avais pas de robe med-fan pour accompagner mon amoureux, et que j'avais un superbe velours bleu. Alors en rentrant ce soir, j'ai donc lâché immédiatement mon sac à main pour me jeter sur mon classeur de patrons et commencer la robe bleue que porte Arwen dans le Seigneur des Anneaux^^ Bon, le velours est gaufré et trop foncé, mais il est tellement magnifique que ça ne sera pas grave :)

8569.jpg

19 août 2014 :

J'ai commencé par couper un dos et un devant d'après mon patron de base, que j'ai cousus ensemble, en faisant deux pinces pour le poitrine :

DSC03347.JPG

Puis j'ai posé des manches courtes :

DSC03349.JPG

Et j'ai décousu des manches d'une robe de mariée pour les épingler dessus:

DSC03350.JPG

21 août:

J'ai travaillé hier, si si j'vous jure!!! C'est juste que je n'ai pas eu le temps de poster les photos, et puis en plus, y en avait qu'une, c'est celle des pièces du col, que j'ai renforcées à la vlieseline :

DSC03351.JPG

Je les ai coupées directement sur la robe posée sur le mannequin, puis j'ai cousu le col en faisant d'une pierre deux coups et en brodant des perles :

DSC03353.JPG

Après essai, je trouvais que j'avais l'air d'un sac à patates (même l'actrice a l'air énorme dedans alors qu'elle est toute mince ) alors (je sais c'est pas réglo) j'ai cousu un élastique dans le dos :D

DSC03352.JPG

Ce matin, j'ai cousu une manche, également en y brodant directement des perles:

DSC03357.JPG

A part ça, ça n'a rien à voir mais j'ai une grosse boule dans le ventre à cause d'une dispute avec une (ex?)amie et n'arriverait certainement pas à me coucher de suite, donc y a des chances que la photo de la seconde manche arrive ce soir^^

22 août:

Et ben non, j'ai rien posté hier^^ Il faut dire que je me suis couchée à 1h du mat' et que je n'avais plus la force ni l'envie de brancher ma caméra :) (L'amie m'a virée de facebook et même si hier j'étais dans tous mes états, aujourd'hui je m'en fous totalement. Elle ne devait pas vraiment être une amie puisqu'elle est capable de balayer tout ce qu'on a vécu avec une réaction de gamine de CP^^) Alors ce soir je vous montre qu'hier j'ai fini de poser les manches:

DSC03358.JPG

Et ce soir, j'ai passé deux "Secrets d'Histoire" à broder... une seule manche :D (J'adore cette émission, y a plus de textes que d'images alors je peux travailler toute à mon aise, et lever le nez que quand il y a de beaux costumes :D J'ai revu celui consacré à Mozart, qui fait partie de mes préférés pour l'instant :) Ça changera certainement quand je verrais ceux sur les courtisanes du XIX ème ou la Pompadour qui m'attendent gentiment ;) ) Purée, y a pas grand chose en plus sur cette manche, mais qu'est-ce que c'est long :D Cela dit j'adore vraiment ça, et j'y serais encore si mon dos et ma nuque ne m'avaient pas rappelés à l’ordre. Au moment où j'écris je souuuuffre pliée en deux sur mon ordi!

Alors voilà le modèle:

Req_sho_8569_TornLon.jpg

Et ce que je lui ai fait subir :

DSC03360.JPG

DSC03359.JPG

Finalement, à force de changer des micro-détails (genre j'ai remplacé le fil par des perles (que je ne sais pas poser correctement), les tissus sont pas les bons, la coupe non plus...) ça finit par s'éloigner petit à petit du modèle originel :) Mais bon, j'imagine qu'un fan du film reconnaîtrait quand même :D

23 août:

Après un superbe après-midi en très bonne compagnie, à bien manger et boire dans un petit salon de thé excellent (God save the Cream, au cazou ;) ) j'ai passé toute la soirée à broder, et après 5 heures (gniaaaa.... T-T) j'ai fini les manches, fait deux rangs de perles autour du bord des manches et trois rangs autour du col. On n'est pas rendue moi j'vous l'dis... :P

DSC03361.JPG

24 août:

J'y ai bien passé également cinq heures aujourd'hui, (notamment et c'était trop bien, devant le "Secrets d'Histoire" consacré à la Pompadour et le dernier Doctor Whohooohooo... (switchez mentalement sur la musique du générique)) pour rajouter seulement ça^^:

DSC03364.JPG

28 août:

Je brode, je brode, je br.... ZZZZ.

1er septembre:

Après avoir tout démonté, j'ai presque fini les broderies du col, et avec Jérémie on a bien avancé ce WE dans notre marathon Dr Who :) On en est à la saison 7, enfin! Et voilà Clara, compagnonne que j'aime bien, qui arrive :) Avec un peu de chance on va réussir à rattraper les épisodes qui passent en ce moment! Déjà j'ai le 8x02 à regarder, je suis toute impatience :D

DSC03365.JPG

On le voit pas très bien sur la photo, mais oui, j'ai tout recouvert de petits carreaux un peu Renaissance :)

5 septembre:

J'ai enfin terminé! Du moins, j'estime que c'est fini^^ J'ai posé deux rangs de perles sur le décolleté, et hop, photos de moi dedans dès que je le peux :) Ce ne sera pas ce week-end parce que demain je pars à Paris pour le lancement de ma romance (yihaaaa :D ) et samedi je suis à la braderie de Lille avec Jérémie si tout se passe bien.

DSC03374.JPG

16 septembre:

J'ai mis du temps pour la photos, désolée! Mais c'est parce que je voulais photographier en même temps une cape que j'ai fait pour aller avec :) Là j'ai pas la coiffure d'Arwen, j'ai improvisé un machin façon Maid Marian avec une perruque et un peigne^^

DSC03384.JPG

Le Bal des Lys

     Les articles façon “reportage” sur ma vie privée, ça n’a jamais été mon fort. Peut-être parce que d’autres que moi racontent bien mieux ce qui leur arrive, avec plus d’humour ou de talent. Ou peut-être aussi parce que je n’aime pas garder les “preuves” de ce que j’ai fait dans ma vie: photos, tickets de musée ou de cinéma… Je n’en prends pas ou je les jette. Mais ce week-end, j’ai participé à mon premier bal costumé, et c’était une expérience tellement chouette, de réaliser un de mes rêves de gamine, que ça m’amuse de me prêter à l’exercice, et que pour une fois, j’ai envie de me rappeler de tout!

                              Début août 2013

Une amie de longue date, organisatrice de murders comme moi avant, me fait passer un lien sur la page facebook du grenier, là où j’expose toutes mes créations de costume. A première vue, je me dit: encore un de ces événements trop loins, trop snobs, trop chers, auxquels je ne pourrais pas participer. Et puis je vois que c’est à Strasbourg, que le thème des costumes est historique et va du XVIII ème au début du XX ème, bref, ça me tente. Mais j’ai pas de sous, alors je remise le message à la poubelle, comme d’habitude, pour éviter la frustration… Sauf que mon chômage tombe, trois mois d’un coup, miracle! Je me dis, pour une fois, et si je faisais une folie? Du coup dans la foulée, j’en parle à une amie, qui comme moi adore ça, et on décide d’y aller toutes les deux! (En fait, j’avais demandé à l’origine à mon amoureux, mais il ne voulait pas, et entre temps, tant mieux, vu qu’il n’est plus mon amoureux… Le prochain devra aimer danser et se déguiser en Darcy :P !!)

                             Un cadeau d’anniversaire

Le 17, c’est mon anniversaire, et Falang vient! Là on s’est organisées pour le bal, et on a décidé de jouer le grand jeu: train et pas covoiturage, hôtel pile en face de la salle de bal, robes plus spectaculaires tu meurs, bref, la totale! Elle sera Mina dans Dracula, et moi Renée Saccard dans la Curée. On passe chacune presque deux semaines à faire nos robes (ce qui pour moi est un record… de longueur :D), j’essaye de l’aider, et une semaine avant, elle change d’avis, et simplifie son modèle. Moi, j’ai acheté une crinoline à traîne pour rien, puisqu’elle ne va pas avec ma robe, et suis obligée de me fabriquer un jupon deux jours avant. Finalement, ç’aura été une meilleure idée, parce que plus tard…..

                          Le train le plus long du monde…

Samedi matin, à 6h, je me lève pour prendre le train, déjà bien fatiguée par deux semaines de déménagement, montage de cartons, peinture de meubles…. Et arrive une demi-heure à l’avance à la gare. C’est tout moi ça, toujours la trouille de tout rater, et finalement je m’emmerde dans le froid pour rien. Arrivée sur le quai, je vois un train plus pourri tu meurs, sans la moindre indication dessus: c’est un train inter-city, qui a dû sortir d’une faille temporelle des années 50. Sur le quai, une jeune homme irlandais me demande si c’est le bon, tout surpris comme moi de ce machin hors-temps, et une dame avec son vieux père se rajoutent dans la conversation: de fil en aiguille, je reste avec les deux pour les aider, et on s’installe dans le même coin. La fille me confie son papa: il n’est plus tout jeune et ne saura pas où descendre… Et en effet, j’ai passé les 6h de trajets suivant à l’empêcher de descendre à chaque arrêt^^ (Oui, oui, six heures…) Jusqu’au Luxembourg, je discute en franglais avec le jeune homme irlandais, et on se découvre les mêmes goûts pour le cinéma: lui aussi est fan de comédies musicales niaises, et connait même “Return to Oz”, la suite du Magicien d’Oz dont j’étais super fan gamine. On passe trois heures à se marrer comme des cons, tandis que je passe mon temps à chouffer le papy qui nous refile des tic-tac tous les cinq minutes.Le temps passe un peu plus vite comme ça.

Le jeune homme descend, et le papy s’installe en face de moi. On commence à discuter, il est adorable cet homme: 85 ans, encore très alerte, mais comme il est marocain il mélange un peu ses deux langues et j’ai du mal à tout comprendre. Au final, il aura partagé son Kiri avec moi à midi et je lui aurais refilé mon 06: sachez que toute ma famille est invitée à passer un mois au Maroc ;))

13h18, j’arrive enfin. J’ai mal partout, le train était très inconfortable… Moi qui devais attendre mon amie une heure à la gare, finalement on arrive au même moment: ça aura au moins eu cet avantage! On se tombe dans les bras, enfin, j’arrête d’avoir peur, maintenant qu’elle est là, tout va bien se passer!

L’hôtel de la Cathéd…râle

On met à peine un quart d’heure pour trouver l’hôtel. A vrai dire, il est juste en face de la cathédrale. La maison Kammerzel, où l’on va danser le soir, est un immeuble classé avec un restaurant au rez-de-chaussée. C’est magnifique, le coin me plaît vraiment! On dépose nos valises et découvre nos chambres: il était prévu un tout petit truc avec un seul lit, on se retrouve avec une chambre à mezzanine sous les combles adorable, deux lits et plus de confort dans la salle de bain que dans mon propre appartement^^ On fout le bordel, déballe les jupons pour qu’ils se défroissent, et décide de visiter la ville.

Brocantes et vieilles dentelles

On a deux heures pour faire un petit tour: il fait un temps sublime, je suis en robe, la ville est magnifique, et… il y a une brocante! Je ne me suis jamais sentie aussi bien, et j’oublie pour un temps tous mes soucis du moment. On s’extasie en voyant que la brocante n’est pas un vieux boui-boui: il n’y a que des choses de valeurs, j’ai envie de tout acheter. Finalement, c’est mon amie qui dépensera quelques euros dans une paire de gants noirs pour sa robe. La vendeuse nous dit qu’elle connait une boutique pas loin où on pourrait trouver des gants longs: il nous reste une heure, on y va! Mais on se perd… Après des détours, on la trouve, il n’y a pas de gants, et on est en retard sur notre planning….

Stressgirl:

J’avais demandé deux heures pour se préparer à l’aise, parce que je sais que je stresse et que je mets du temps. On n’en a plus qu’une, je commence à chauffer, je cours dans tous les sens, je sens bien que c’est contagieux, mon état d’esprit pourri, elle n’arrive pas à mettre ses lentilles à cause de moi. Je déteste quand je suis comme ça, mais quoi, je suis une angoissée de la vie… Elle est adorable, patiente, et m’aide pour mes cheveux et ma robe. Finalement, on est prêtes avec un quart d’heure de retard, et comme d’habitude, je me trouve hideuse. Pourtant objectivement, avec le recul, quand je me suis regardée dans le miroir, c’était pas mal. Sauf que je n’ai pas confiance en moi, et comme je sais que je vais être regardée, tous mes complexes remontent à la surface: tâches rouges sur la peau, bras trop gras, taille pas assez fine malgré le corset, gros pif, dos tordu, double menton… bref, j’ai pas du tout envie d’y aller. Je fais semblant de perdre mes gants trois fois, histoire de retarder le moment… Sauf que c’est quand même sensé être mon rêve et que j’ai entraîné Falang dans cette galère: si j’y vais pas, elle n’ira pas non plus. Et ce serait légèrement du gâchis ;) Donc j’empoigne ma traine et je me motive! Une fois dans les escaliers de l’hôtel, je nous vois dans la grande glace baroque, et j’ai une révélation: on est quand même toutes les deux sublimes..

En haut des escaliers

Au premier étage, une chanteuse lyrique, près d’un piano, de grands rideaux, quelques messieurs en haut de forme dans le fond, des moulures au plafond, un parquet de danse, et des tables dressées comme dans Titanic avec des chaises dorées: c’est bon, je suis conquise! Même s’il ne s’agissait que de rester assises sans rien faire toute la soirée, ça m’irait. Puis je tombe directement sur cette amie qui m’avait envoyé le lien de l’événement, on gniiise comme toute fille débile qui n’a pas vu sa pote depuis longtemps, et elle fait les présentations avec son groupe: du coup c’est parti, moi qui avait prévu de rester avec Falang dans mon coin toute la soirée, non, on parle, on s’éclate, on est avec des gens comme nous, intelligents, drôles et qui n’ont pas peur du ridicule, et misère, je suis populaire! C’est un truc qui ne m’arrive quasiment jamais, d’ordinaire on me regarde de loin avec de grands yeux, c’est qui cette fille bizarre qui se prend pour une princesse de Disney à 30 piges?

On rencontre l’hôtesse, adorable, dans une robe de cour XVIII ème qui lui fait rejouer des scènes de la Folie des Grandeurs, puis on se prête à une séance photo que vous m’en direz des nouvelles. On nous mitraille, ils sont gentils de recommencer sous mes directives de chieuse (ben quoi, j’ai pas passer tout ce temps à être belle pour qu’il ne reste rien :P) et pour une fois, je ne suis pas trop mal à l’aise: la robe, la coiffure, le maquillage: j’ai tout calculé pour être impec’. Je regarde cependant une photo, mais pas les suivantes: mes défauts me reviennent tous à la gueule.

On a le droit à un apéritif, mais seul le muscat est passé: avec les corsets, la nourriture, c’est difficile^^ Du coup on est un peu pompettes, et tout le stress disparaît. Le repas est un délice, deux menus qu’on se partage et que je mets un temps fou à avaler: terrine de campagne aux mirabelles et avocat pimenté en entrée, filet de sole ou porc aux griottes en plat principal, et île flottante (mon dessert préféré^^) en dessert! Par contre, je suis incapable de vous redire exactement quels étaient les noms des plats, ce qui aurait ajouté encore un peu de classe, s’il en avait fallu, à cet événement.

Il ne vous est jamais arrivé de vous demander pourquoi les héroïnes de ces époques demandent des sels toutes les quatre secondes, et de trouver ça totalement ridicule? Et bien portez cette tenue, et je vous assure que si vous ne tombez pas dans les pommes, entre la chaleur, l’alcool, le corset, vous êtes fort(e)s ;) Moi, même si je sais qu’elles étaient habituées, je les plains, et ne ferais pas ça tous les jours :D !

Oui mais si on danse?

Avec tout ça dans le bide, fallait en vouloir pour réussir à se lever :) Mais le couple qui allait nous apprendre les danses est arrivé, alors fallait bien se bouger :) La plupart d’entre elles étaient des danses plus folkloriques ou médiévales, mais j’étais très heureuse parce que j’ai eu droit à ma contredanse anglaise! Évidemment, pas de Darcy ni de colonel Brandon en vue pour m’inviter, mais hein, ma cavalière était aussi très sympathique^^ Pendant qu’on dansait (et j’ai réussi à peu près à m’en tirer), je regardais la scène, et c’était vraiment superbe, tous ces messieurs en gilets, ses dames en belles robes. Si toutes avaient choisi la même époque, on s’y serait vraiment cru! Par moments, d’ailleurs, des groupes se formaient ou bizarrement, les époques étaient les mêmes, ce qui faisait rejouer quelques tableaux célèbres, du genre Eugénie et sa cour pour les robes 1860, ou du Tissot pour notre groupe, axé sur les années 1870. D’ailleurs, je pensais sincèrement que nous serions les seules à avoir choisi cette époque, mais nous étions bien une dizaine! Et il ne devait y avoir que la moitié en XVIII ème! Ce qui dominait était le steampunk, ou ce que j’appelle globalement le “costume-placard”, à savoir, on prend une pièce ici, un truc là, ça devrait bien ressembler, une belle coiffure et un beau maquillage, ça fera illlusion! Mais dans ces “costumes-placards”, quelques-uns étaient très réussis, notamment une jeune femme avec ce qui devait être globalement une robe de mariée des années 70: elle avait du passer chez des pros avant parce que coiffure et maquillage étaient vraiment impeccable, et ça faisait très regency^^

Évidemment, avec nos traînes, on s’est fait marcher dessus plusieurs fois, et je n’ai pas arrêté de perdre mes iris qui sautaient partout façon Flore qui sème le Printemps. Tout au long de la soirée, des gens très gentils s’amusaient à me les rendre^^

On est arrivées facilement à deux heures du matin, et pour nous deux, c’était bien la première fois qu’on restait jusqu’à la fin d’une soirée (genre d’habitude moi je me casse dès que je fatigue, l’ambiance fin de soirée alcoolisée c’est pas trop mon truc), et sincèrement, je serais bien restée plus longtemps!

Fin de bal…

Alors pour immortaliser ce moment, j’ai demandé une séance photo “after”:. Pour vous je ne sais pas si ça sera aussi marrant, mais je crois qu’on a jamais autant rigolé toutes les deux! En me déshabillant, j’ai découvert que ma jupe du dessous était morte, tiens donc, c’était ça tous les “cracs”?? 

Le lendemain, on a laissé nos valises à l’hôtel, et avons continué de visiter la ville. Comme j’étais totalement morte (fatal dôme au chocolat chantillyé et fatale choucroute :P) on est allées au cinéma voir “Neuf mois ferme” qui était vraiment excellent! J’ai pleuré et j’ai beaucoup ri, mais cela dit, c’était peut-être du à la fatigue :p Non je blague, je n’aurais peut-être pas pleuré en temps normal, mais c’était vraiment bien écrit, et les acteurs sont excellents!

Le voyage de retour fut éprouvant, et rien que de le raconter, ça m’use… En plus j’étais seule, alors sans ma copine, c’était évidemment bien moins drôle. Ces deux jours avec elle furent vraiment très chouettes :) Donc je vais passer pour dire que je suis rentrée épuisée, mais ravie, à onze heures du soir, et que je veux recommencer!!!!

Jeu de rôle débile entièrement créé par moi


5fef34k8.jpg

 Ce jeu de rôle, je l’ai écrit juste après avoir vu Donjons et Dragons, incroyable navet même si y a Jeremy Irons (mais il joue comme un pied). C’est de là que vient le nom du méchant Néofion, rapport à Profion, (parce que c’est quand même trop classe comme nom!). C’est une version simplifiée de ces livres dont vous êtes le héros auxquels je jouais beaucoup quand j’étais gamine!

Il est rempli de vertus, de morts à tous les étages, de belles princesses, de chèvres et il y a même de vrais morceaux de dragons dedans.

 

Jeu drôle

 

Ce jeu est très simple : ici, c’est un livre dont vous êtes le héros. La scène se situe dans un Moyen-Âge peuplé de méchants, de magie, de dragons, de fées et de lutins. Au fur et à mesure de l’histoire vous aurez à choisir entre trois propositions pour continuer votre chemin : la proposition Cliché: celle-ci ci résoudra tous vos problèmes, car bien entendu, dans une histoire digne de ce nom, tout finit bien. La proposition Originale : celle-ci sort tout droit de l’imagination débridée de l’auteur, autrement dit Ouam, génie, et enfin, la proposition Normale : si vous choisissez celle-ci, tout ce passera comme dans « la vrai vie ».

 

Commençons le jeu :

 

Vous êtes Ar’copahl, un héros sans peur et sans reproches, juste, courageux et bien sûr, beau. Votre mission -si vous l’acceptez-, sera de trouver la Pierre de Fides afin de terrasser l’infâme Neofion, le traître bras droit du roi, qui veut comploter contre celui-ci afin de prendre sa place et par la même occasion l’honneur de la princesse. (tant qu’à faire…)

 

 L’histoire débute : vous êtes un modeste gardien de chèvres, un peu exclu par vos camarades. Vous décidez d’aller composer des poèmes dans la forêt tout en gardant vos animaux, mais vous vous endormez au pied d’un arbre. En rêve, un vieil homme vous dit que vous êtes l’Elu de l’espèce humaine, et que vous devez tuer l’infâme Neofion afin de rendre l’honneur à votre cher royaume. Vous vous réveillez. Comment réagissez-vous ? Si vous choisissez la solution Cliché, allez en 1, la solution Originale, allez en 2, et si vous optez pour la solution Normale, allez en 3

 

1 : Très impressionné par ce rêve, comprenant enfin pourquoi vous êtes si différent des autres,  vous décidez de vous rendre au château du roi. Quel moyen de locomotion choisissez-vous ? Cliché, allez en 4, Originale, allez en 5, et Normale, allez en 6

 

2 : Vous vous dites que vous n’auriez pas du fumer cette herbe des druides, que vous faites des drôles de rêves. Vous, un Elu? Si on vous déteste, c’est juste que vous entez la chèvre. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 1 (solution Cliché).

 

3 : En vous réveillant, vous ne vous souvenez plus de ce rêve, vous avez un peu faim, alors vous allez manger chez vous en ramenant vos chèvres à l’étable. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 1 (solution Cliché) ou 2 (solution Originale)

 

 

4 : Vous êtes un pauvre paysan. Mais votre père est bon, alors il vous prête son unique cheval. Votre mère vous prépare amoureusement des vivres, et vous arrivez harassé, fier de votre mission, au château du roi. Vous vous présentez au roi et à Neofion. Que lui dites-vous ? Solution Cliché, allez en 7, solution Originale, allez en 8, et solution Normale, allez en 9

 

5 : Un dragon-taxi avec des rastas qui passait (par hasard) par là vous prend en vitesse et vous arrivez au château du roi. Vous vous présentez au roi et à Neofion. Que lui dites-vous ? Solution Cliché, allez en 7, solution Originale, allez en 8, et solution Normale, allez en 9

  

6 : Vous êtes tellement pauvre qu’il vous faut vous y rendre à pied. Au bout d’une semaine de marche (parce qu’en plus vous vous êtes perdu, les cartes routières ça n’existe pas encore) vous arrivez au château. Vous vous présentez au roi et à Neofion. Que lui dites-vous ? Solution Cliché, allez en 7, solution Originale, allez en 8, et solution Normale, allez en 9

 

7 : Vous lui racontez votre rêve. Neofion  a reconnu immédiatement en vous l’Elu de l’espèce humaine et comme il prend peur, il vous jette en prison. Et la suite ? Solution Cliché, allez en 10, solution Originale, allez en 11, et solution Normale, allez en 12

 

8 : Vous dites : Salut Neofion, ça gaze ? Tu sais que t’as un nom à coucher dehors ? Je viens là pour te péter la gueule, vu que le vieux m’a dit que t’étais qu’un traître… » Comme vous n’avez pas la pierre de Fides, ni arme, ni rien du tout d’ailleurs, vous n’avez pas le temps de finir votre phrase. L’infâââme Neofion claque des doigts et des méchants gardes vous jettent en prison. Et la suite ? Solution Cliché, allez en 10, solution Originale, allez en 11, et solution Normale, allez en 12.

 

9 : Vous lui racontez votre rêve. Le roi vous prend pour un fou. Comme vous l’importunez, et que vous n’êtes qu’un manant, il vous jette en prison. Et la suite ? Solution Cliché, allez en 10, solution Originale, allez en 11, et solution Normale, allez en 12

 

10 : La fille du roi, qui vous a trouvé tellement beau, est tombée amoureuse de vous et vient vous délivrer en cachette de son père. Elle a cru votre rêve, et sait où se trouve la pierre de Fides. Elle vous amène à l’entrée d’une grotte gardée par un dragon féroce. Vous décidez de le combattre. Que faites-vous ? Solution Cliché, allez en 13, solution Originale, allez en 14, et solution Normale, allez en 15

 

11 : Un tremblement de terre inopiné fissure la porte de votre cellule, et un dragon sympa avec des rastas vous raconte qu’en réalité c’est un de ses potes qui garde l’entrée de la grotte qui mène à la pierre de Fides. Il dit qu’il ne vous raconte tout ça que parce que vous avez une bonne tête, mais que son pote, lui, ne risque pas d’être aussi sympa. Néanmoins il vous amène à la grotte. Vous décidez de le combattre. Que faites-vous ? Solution Cliché, allez en 13, solution Originale, allez en 14, et solution Normale, allez en 15

 

12 : Comme vous n’avez ni armes, ni ami qui puisse vous sortir de là, vous croupissez en prison jusqu’à la fin de votre vie. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 10 (solution Cliché) ou 11 (solution Originale)

 

13 : Une gentille fée vous indique dans une fontaine l’emplacement d’une épée magique. Au bout d’un combat acharné contre le dragon géant, tel Saint Michel, vous le terrassez, et rentrez dans la grotte. Vous vous rendez compte que c’est en réalité un labyrinthe. Vous entrez. Un long couloir se profile devant vous. A peine y avez-vous posé un pied que des hallebardes géantes qui pendent au plafond se mettent en mouvement. Que faites-vous pour passer ?  Solution Cliché, allez en 16, solution Originale, allez en 17, et solution Normale, allez en 18

 

14 : Vous attrapez Sigmund Freud qui passait par là par hasard, et le faites discuter avec le dragon. Ce dernier, très intéressé par l’interprétation des rêves et par le complexe oedipien, ne vous vois pas passer et entrer dans la grotte. Vous vous rendez compte que c’est en réalité un labyrinthe. Vous entrez. Un long couloir se profile devant vous. A peine y avez-vous posé un pied que des hallebardes géantes qui pendent au plafond se mettent en mouvement. Que faites-vous pour passer ?  Solution Cliché, allez en 16, solution Originale, allez en 17, et solution Normale, allez en 18

 

15 : Comme vous n’avez toujours pas d’armes, à peine faites-vous un pas que le dragon géant vous souffle du feu dessus et se sert de vous comme casse-croûte. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 13 (solution Cliché) ou 14 (solution Originale)

 

16 : Comme vous êtes intelligent, vous sautez sur les hallebardes et passez sans encombres (en tout cas, même si ce n’est pas en sautant, vous avez trouvé un moyen héroïque) Vous arrivez dans la salle suivante. Allez en 19

 

17 : Des martiens qui passaient par là par hasard vous communiquent par télépathie la formule magique pour arrêter les hallebardes. Vous les prononcez, et passez dans la salle suivante. Allez en 19

 

18 : Pour une fois, vous ne mourrez pas: vous vous êtes rendus compte que les constructeurs de cette épreuve n’avaient pas pensé à ce que les hallebardes touchent le sol. Vous êtes assez maigre (et oui, ça fait plus d’une semaine que vous n’avez pas mangé) pour passer. Vous arrivez dans la salle suivante. Allez en 19

 

19 : Cette salle est ronde. La porte se referme derrière vous. Par terre il y a des milliers de clefs, et de l’autre côté, une serrure. Malheureusement, le plafond pourvu de piques en fer s’abaisse dangereusement vers vous. Que faites-vous pour passer?  Solution Cliché, allez en 20, solution Originale, allez en 21, et solution Normale, allez en 22

 

20 : Maître de vos peurs, vous cherchez les clefs le plus vite possible et trouvez la bonne au dernier moment (suspens !!!) passez en 23

 

21 : Cela fait tellement longtemps que personne n’est venu ici que le système est tout rouillé. Il se bloque donc, et vous pouvez chercher la bonne clef tranquillement. Passez en 23 

 

22 : Vous êtes tellement stressé que vous ne trouvez pas la clef, et vous vous faites embrocher comme une saucisse. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 20 (solution Cliché) ou 21 (solution Originale)

 

23 : Dans cette nouvelle salle, une femme trône au milieu : elle vous dit  « Je vais te poser trois questions, si tu sais y répondre, je te donnerais la clef de la salle de la pierre de Fides. Si tu ne sais pas y répondre, je te tuerais. » Que faites-vous ? Solution Cliché, allez en 24, solution Originale, allez en 25, et solution Normale, allez en 26.

 

24 : Vous acceptez le défi. Elle vous pose les trois questions et vous savez y répondre. De rage elle vous donne la clef de la dernière salle et se tue. Allez en 27 

 

25 : Vous acceptez le défi. Comme vous avez pris soin de donner un talkie-walkie à Freud, votre grand copain, vous l’appelez et il vous donne toutes les réponses. Les énigmes de Sphinx, il connaît bien. La femme vous donne la clef. Allez en 27

 

26 : Soit vous acceptez le défi, et alors ses questions sont si tordues qu’elle vous tue, soit vous y renoncez. D’une manière comme une autre, votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 24 (solution Cliché) ou 25 (solution Originale).

 

27 : Dans cette dernière salle trône la pierre de Fides. Au moment où vous la soulevez, vous vous rendez compte qu’un mécanisme fait que si on l’enlève, les murs se rétractent et vous écrabouillent. Que faites-vous ? Solution Cliché, allez en 28, solution Originale, allez en 29, et solution Normale, allez en 30.

 

28 : Comme de par hasard, vous trouvez par terre une pierre qui a exactement le même poids. Vous la substituez à l’autre et sortez de la salle. Vous vous rendez au château, et voulez affronter l’infâme Neofion. Allez en 31

 

29 : Un petit nain qui passe par là vous accoste. Vous lui expliquez votre problème inextricable et comme il est cool, il se met à la place de la pierre. Et comme il sait grandir, il trouve le poids idéal pour ne pas que vous vous fassiez écrabouiller. Vous sortez de la salle. Vous vous rendez au château, et voulez affronter l’infâme Neofion. Allez en 31

 

30 : Vous ne savez pas comment faire. Alors soit vous enlevez la pierre mais vous vous faites écrabouiller, soit vous restez à moisir ici. D’une manière comme une autre, votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 28 (solution Cliché) ou 29 (solution Originale).

 

31 : Vous voilà devant l’infâme Neofion. Vous décidez de l’affronter en combat singulier. Comment vous y prenez-vous ? Solution Cliché, allez en 32, solution Originale, allez en 33, et solution Normale, allez en 34.

 

32 : Avec la pierre de Fides et l’épée que vous a donné la fée, et au bout d’innombrables péripéties, (combat dans les escaliers, jetés de statues, renversements de situations…) vous arrivez à le vaincre. On raconte votre exploit au roi et vous vous retrouvez devant lui. Allez en 35.

 

33 : Neofion glisse sur une peau de banane (qui se trouvait là par hasard) et se casse la figure dans les escaliers. Il est mort. On raconte votre exploit au roi et vous vous retrouvez devant lui. Allez en 35.

 

34 : La pierre de Fides ne marche pas (forcément, la magie ça n’existe pas, et comme vous n’avez pas d’armes et que Neofion est quand même plus fort que vous, (et oui, le bien ne gagne pas toujours…) vous vous faites trucider vite fait. Votre histoire se finit ici. Si vous voulez recommencer, allez en 32 (solution Cliché) ou 33 (solution Originale).

 

35 : Le roi vous reçoit. La princesse est à côté de lui. Et la suite ? Solution Cliché, allez en 36, solution Original, allez en 37, et solution Normale, allez en 38.

 

36 : La princesse, si jolie, a le coup de foudre pour vous, qui êtes un  beau, jeune héros sans peur et sans reproches. On vous fait chevalier et vous vous mariez avec elle. Le roi meurt et vous prenez sa place, vous fûtes heureux, et eûtes beaucoup d’enfants. (Fin de l’histoire)

 

37 : Vous n’aviez jamais vu la princesse, quel dommage !!! C’est une barrique ostrogothe avec des macarons sur les oreilles. Vous ne voulez absolument pas vivre avec elle, et encore moins devenir roi. Vous vous dites « Tout ça pour ça ? J’aurais mieux fait de garder mes chèvres ! » Et vous y allez. (Fin de l’histoire)

 

38 : La princesse en vous voyant, a un mouvement de dégoût. En effet, cela fait deux semaines que vous ne vous êtes pas lavé, que tout le monde vous tape dessus, et que vous n’avez rien mangé. Elle vous dit « Vous auriez pu au moins faire un effort, et puis, qu’est-ce qui vous dit que je veuille épouser quelqu’un que je ne connais même pas ? En plus la seule chose que vous savez faire c’est tuer, je ne fais pas l’apologie de la violence, moi, je suis une femme libérée !!! Retournez garder vos chèvres. » Et c’est ce que vous faites. (Fin de l’histoire)