2 janvier 2011 

Hier soir, ou plutôt ce matin très tôt à 3 h pour être exacte, j’ai décidé, après avoir vu Vous avez un message (y a-t-il un rapport ou non?) de désactiver mon compte facebook. Je ne sais pas trop si c’est sur un coup de tête ou une décision inconsciemment réfléchie, mais je me suis rendue compte que ces derniers temps, Internet en général et Facebook en particulier, me faisaient plus de mal que de bien.

Je me suis dit que je pourrais enfin prendre du temps pour moi, écrire sans être sans arrêt déconcentrée, remettre à plat mes relations sociales, et que le meilleur moyen de me sevrer devait être, comme pour le tabac, d’y aller d’un seul coup et de tout arrêter en une fois.

Bizarrement, je n’en ai pas éprouvé de remords ou de pincement au cœur. Quand j’ai jeté un coup d’œil sur mes statuts, je me suis rendue compte que je les avais tous oubliés. Quand j’ai vu les groupes que j’avais créés, je me suis rendue compte qu’ils étaient débiles et d’aucune utilité. Quand j’ai vu les photos de profil que j’avais supprimées, je me suis rendue compte qu’elles ne servaient qu’à alimenter un de mes défauts le plus bas, à savoir le narcissisme.

Et mes amis me direz-vous? Les gens auxquels je tiens vraiment savent mon adresse postale, mon numéro de téléphone, au minimum mon adresse mail. Si eux tiennent vraiment à moi, ils sauront où me trouver. Ce sera une manière de faire le tri, de me recentrer et de savoir quels sont ceux qui sont capables de se détacher un peu du virtuel. Au diable la facilité du virtuel. Ne trouvez-vous pas que c’est plus sympathique de recevoir une invitation, un faire-part de naissance ou de mariage dans votre boîte aux lettres que par une notification?

En plus, ça me permettra d’alimenter mon blog que j’ai laissé à l’abandon ces derniers temps. Petit à petit, je vais essayer d’aller à contre-courant et de revenir aux anciennes méthodes. Mon rêve serait d’en arriver uniquement aux lettres manuscrites, fidèle à mes idées romantiques et à mon amour du XIX ème siècle, mais allez savoir pourquoi, je crois que ce ne sera pas possible ;)

Si je me sors de facebook, prochaine étape: plus de MSN.


Mein Gott, je suis devenue réactionnaire. oO

 

PS: il est 14h, ça fait donc 11H que je l’ai fait, et une seule personne s’en est rendue compte. Comme quoi…

PS 2: Il est 20 h. Deux personnes se sont manifestées, une autre m’a envoyé des sms, mais je ne sais pas si elle sait que je n’ai plus facebook. En tout cas, voir que cette personne pense à moi me fait bien plaisir :)

PS 3: J’ai désinstallé MSN :) ! Victoire! Bon, j’ai toujours skype mais c’est pour le boulot, un forum mais là c’est aussi pour le “boulot”, deux blogs de même que des adresses mails (trois pour être exacte). Je vais y remédier!


Nous voilà mardi, deux jours sans facebook! Je me suis acheté un répertoire et écrit quatre lettres depuis lundi soir et plus ça va, moins je regrette ma décision! J’aime ce moment où on clôt la lettre et où on la glisse dans la boîte en imaginant la réaction de la personne en face :)

J’ai envoyé un mail collectif pour prévenir tout le monde et demander les adresses. j’ai reçu plusieurs réponses, toutes très sympathiques! Comme quoi :)

Plusieurs personnes m’ont dit que c’était une bonne idée ce que j’ai fait et qu’ils allaient peut-être me suivre, que mes arguments étaient valables. Est-ce que je suis à l’origine d’un nouveau mouvement? Sait-on jamais, on peut rêver :) Maintenant il s’agirait de savoir si celles-ci vont vraiment couper facebook ou si elles aussi vont se faire accrocher méchamment par la toile virtuelle hé hé :) Imaginons un instant, juste un instant, que tous mes amis, puis leurs amis, et ainsi de suite, fassent pareil? Imaginons qu’on revienne en arrière? On ne peut pas continuer comme ça toute la vie, si? Vous croyez qu’on peut mourir en étant passé à côté de tout? Bon, je m’emballe, mais vous me connaissez… (ou pas?) C’est mon côté John Lennon-King (“I have a dream! Imagine all the people..” blabla :P )

Je sais, j’ai des questions stupides parfois.

Je me aussi suis rendue compte que facebook avait contribué à développer quelques défauts que j’ai tenté de soigner adolescente et que je détestais en moi à savoir: le narcissisme, l’égoïsme et la paresse. Mais le problème c’est que ce site vous entraîne à être narcissique et égoïste, vous demande de créer un personnage pour être le plus populaire, le plus drôle et le plus beau possible. Cette compétition, cette mise en avant, ça, ce n’est pas moi. Je ne veux pas être populaire, je veux être moi. Et tant pis si personne ne sait que je suis.

En plus de tous les arguments que j’ai évoqués plus haut pour virer facebook, j’en rajoute un énorme, si énorme et si évident que je l’avais pas vu, collé qu’il était contre mon nez: ma liberté. S’il y a une chose que je chéris par dessus-tout dans ma vie, c’est ma liberté, et ça, facebook me l’avais enlevée. Je ne sais pas encore au prix de quels sacrifices je la rachète, j’imagine que ça sera difficile de ne plus faire comme tout le monde, mais je la rachète, elle est à MOI de nouveau, et je ne la lâcherai plus!


Maintenant la grande question qui se pose, c’est: est-ce que je supprime aussi le compte facebook d’Ulalume de Bordemarge ? Parce qu’elle a plus de 1700 amis quand même la bougresse. Est-ce que tous ces contacts éditeurs et libraires sont vraiment utiles? Au final, personne ne va vraiment sur le blog.


15 janvier: j’ai supprimé le compte Ulalume y a trois jours mais je l’ai remis ce soir. Je suis lâche. Il se trouve que j’avais créé un événement pour une soirée chez moi et que quoi qu’on dise, facebook c’est très pratique pour ce genre de trucs. Je vais donc au moins le garder jusque fin mars. D’ici là, il faudra que j’arrête d’y passer mon temps libre et d’éplucher les statuts des gens que j’aime bien. C’est maaaaal!


12 jours sans mon compte principal facebook! Youpi! Et ça ne me manque absolument pas. Je l’ai réactivé l’espace d’une heure histoire de récupérer une liste de livres que j’avais faite sur une application (à savoir tous les livres que je me rappelle avoir lus dans la vie) mais je n’y suis pas parvenue. Tant pis! J’essaierai de la faire autrement :)

J’ai réinstallé MSN, mais je ne l’ouvre plus systématiquement tous les soirs. Je l’utilise juste quand j’ai vraiment envie de dire quelque chose de précis à quelqu’un rapidement. Je n’utilise pas skype, j’ai supprimé un de mes blogs, mis un autre en latence, ce qui fait que mon ordi personnel ne me sert plus que pour écrire et regarder des films! Je suis trop fière de moi, parce qu’en dix jours, j’ai fait deux robes, un chapeau, une poupée, terminé une de mes nouvelles, écrit une dizaine de lettres manuscrites et commencé un scénario qui s’impatientait! Ouf, je me retrouve. J’ai enfin la sensation d’être moi-même, productive et créative, et d’écluser les nombreux projets que je repoussais toujours avant. Il faut que je continue sur cette lancée! Haut les Cœurs! Admirable en tout et pour tout!


Pour continuer sur ma lancée, je commence à fusionner tous mes blogs en un seul: plus pratique et plus lisible, que ce soit pour moi ou pour mes lecteurs!



25 juin 2012:

Voilà plus d’un an que j’ai écris ce billet, j’ai réactivé mes deux comptes en lâche que je suis, et pourtant aujourd’hui, mes arguments contre facebook sont toujours les mêmes. A ceux-là s’ajoute le fait qu’en ce moment, je suis seule à la maison, et que je n’arrive plus à écrire parce que j’y passe trop de temps. Hier soir, j’ai donc désactivé mes deux comptes, et sans prévenir personne en plus…. Comme la dernière fois, les gens qui m’aiment savent où me trouver (en plus, des amis, j’en ai bien moins que la dernière fois)
(Le mois dernier, j’ai transformé mes comptes en rentrant de salon: j’en avais marre d’expliquer aux lecteurs de Bordemarge que mon compte “Emmanuelle Nuncq” était perso, et qu’il fallait aller sur celui d’Ulalume de Bordemarge. Donc j’ai transformé “Emmanuelle” en un compte avec pseudo débile où je n’ai gardé que mes proches, et le compte “Ulalume” est devenu “Emmanuelle Nuncq”. Voilà qui réglait la question :) )
Pour l’instant, personne ne s’en est rendu compte, pourtant sur “Emmanuelle Nuncq”, j’ai désormais près de 4000 amis, c’est dire la virtualité et la futilité de ce truc :) peut-être que ça aura l’avantage d’attirer les gens sur mon blog?
On verra si j’arrive à travailler! Ce que je sais, c’est que le sevrage va être dur…



10 décembre 2012:


Quitter facebook me vient par intermittence, et en sortant du Salon de Montreuil, je me suis dit que ça me générait plus d’angoisses que de plaisirs, surtout mon compte principal, où j’ai pu passer ces derniers temps plusieurs dizaines de minutes à déprimer sur ma vie en reluquant celle des autres et en considérant tout ce que je manquais. En rentrant j’ai donc désactivé mon compte principal, et ça fait depuis jeudi, soit cinq jours que personne ne l’a remarqué! Encore une preuve (s’il en fallait) que j’ai bien fait. J’ai plus de temps pour moi et je suis un peu plus zen du coup! Il me reste encore mon petit compte perso mais comme j’ai pas plus de 40 amis dessus, j’y passe énormément moins de temps.
Je n’ai plus MSN depuis un an, je n’ai plus skype depuis que j’ai rejoint mon amoureux, et sincèrement, ça ne me manque pas du tout!

15 décembre 2012:

Voilà ça fait dix jours que j’ai désactivé mon compte et tout le monde (sauf Victoria) s’en branle!!!! J’ai vraiment, vraiment bien fait :)

22 février 2013:

J’ai supprimé définitivement mon compte “Emmanuelle Nuncq” depuis un mois et je l’ai remplacé par une page auteur à mon nom. Je sais que ça peut paraître présompteux, mais bon j’ai publié, j’ai des actus et on peut dire que j’y ai droit^^ De 3800 amis je suis passée à 75 environ, ça a fait le tri, et surtout, je ne suis plus obligée de me foutre les nerfs à vif en suivant les batailles de cours de récré de la blogosphère, les auteurs qui publient ou gagnent des prix, les salons trop cools auwquels je ne suis pas allés ou les éditeurs qui nous présentent leurs coups de coeur. Je vais mieux, bien mieux, et j’ai recommencé à écrire ;)