Emmanuelle Nuncq

Romancière à deux visages, couturière rêveuse, et plus encore !

Mot-clé - Edith Wharton

Fil des billets - Fil des commentaires

Costume "Le Temps de l'Innocence"

Le 29 octobre, à Laeken, je vais parler de Edith Wharton et de son roman "Le Temps de L'Innocence" : quelle meilleure occasion pour réaliser un costume des années 1870, que je n'ai pas encore ? Aucune :) !

Ce sera un costume avec une silhouette plus qu'historique (j'ai choisi précisément l'année 1877), mais avec des ajustements modernes, parce que j'ai envie d'être à l'aise dedans et de pouvoir danser et parler !

Voilà le dessin, réalisé en mêlant diverses sources d'inspiration ainsi que mon goût personnel et mes critères de choix :

DSC00370.JPG

9 septembre 2020 :

La toile est coupée dans un vieux drap et essayée directement sur moi avec le corset, pour être sûre que ça tombe bien.

DSC00371.JPG

Une fois que c'était bon, j'ai reporté les pièces sur du plastique pour patron.

DSC00372.JPG

10 septembre :

Je voulais utiliser des kilos de grosse dentelle ainsi qu'un taffetas marron que m'a offert Gasparde : c'était parfait pour ce projet, parce qu'il faut que ça se voit de loin !

DSC00373.JPG

DSC00374.JPG

Je suis particulièrement fière de mon idée pour le dos ! J'ai smocké tout le bas afin de pouvoir enfiler le bustier comme un T-shirt. Le devant reste impeccable de cette manière et je peux porter la robe avec ou sans corset !

DSC00375.JPG

DSC00376.JPG

DSC00384.JPG

Pour la jupe, j'ai commencé par appliquer mes falbalas sur le devant avant de tout coudre. Il y a donc trois rangs de dentelle et quatre de volants plissés. Le dernier rang me permet de marcher :D

DSC00377.JPG

DSC00379.JPG

15 septembre :

Une fois que j'ai eu tout cousu, j'ai fait la partie arrière de la jupe. C'est un grand rectangle que j'ai plissé, puis j'ai ajouté une ceinture dans le dos de laquelle j'ai passé un élastique. Ce n'est pas destiné à être vu, mais là encore c'est pratique car ça s'ajuste parfaitement et que c'est léger !

DSC00380.JPG

DSC00381.JPG

20 septembre 2020 :

Pour le bas, j'ai plissé de nouveau un volant pour qu'il y ait raccord entre le devant et le dos. Il faut encore que je le repasse, mais la jupe est finie !

DSC00383.JPG

2 octobre 2020 :

Pour le bustier, j'avais envie de manches qui se croisent sur le dessus aussi j'ai inversé le patron, qui se coud d'ordinaire dessous : DSC00387.JPG

Ce n'était pas parfait, j'ai dû refaire une couture sous le bras, mais au final ça rend comme je l'avais imaginé :

DSC00388.JPG

Pour relever un peu les épaules, j'ai ajouté des nœuds dessus. J'ai également cousu de la dentelle autour du décolleté, cousu la doublure, et créé un nœud de fleurs violet que je peux enlever facilement :

DSC00402.JPG

5 octobre :

Hier, j'ai terminé ma robe ! Il restait du repassage et la traîne à faire. J'ai inventé un modèle avec des plis, des nœuds et des volants plissés au bout :

DSC00428.JPG

Et voilà !

DSC00426.JPG

Bientôt normalement, je ferais des photos avec moi dedans, c'est quand même plus sympa^^ Mais bon, faut que je termine ma conférence d'abord :D

Edith Wharton, "romancière"

Dans un mois je donne une conférence sur Edith Wharton, et suite à la rédaction de l'article qui lui est consacré par la bibliothèque, s'en est suivie une conversation très longue sur laquelle je ne reviendrais pas dans le détail, dans laquelle on me demandait, ainsi qu'à Hervé qui a co-écrit, de ne pas écrire "écrivain américain" à son sujet, mais "écrivaine américaine".

J'ai beaucoup réfléchi à ce sujet et me suis rendue compte que ça fait trois-quatre ans maintenant qu'on m'explique combien j'ai tort d'utiliser des noms "masculins" pour décrire ce métier et que je n'ai pas le droit d'utiliser les mots que JE veux pour décrire MA profession. Bien souvent, ce sont d'ailleurs des femmes qui s'érigent en parangon de la justice alors même qu'elle ne sont pas concernées par le sujet et ne sont pas à ma place. Elles pensent qu'elles savent mieux que moi ce que je dois dire et ce que je dois penser, ce qui est juste et ce qui ne l'est pas.

Je pensais que le féminisme consistait justement à libérer la parole des femmes, quand bien même elles ne penseraient pas comme toutes les autres, mais je me suis trompée. On est simplement dans le règne de la bien-pensance et de la convention, et ma parole n'est pas écoutée du tout.

Quand j'ai publié mon premier roman, j'étais un écrivain parmi tant d'autres et tout le monde se fichait que je sois un homme ou une femme.

Depuis quelques années, on me juge d'abord en tant que femme avant de juger mes romans.

Plusieurs exemples :

On a choisi une de mes nouvelles pour figurer dans une anthologie, parce qu'il n'y avait pas assez de femmes au sommaire

On m'a demandé de parler de la place des femmes dans le monde de l'édition

On m'a invitée à des salons composés exclusivement de femmes

On m'a demandé de décrire ma façon d'inventer mes personnages féminins

On m'a invitée à des salons pour respecter la parité

On m'a demandé ce que je faisais pour me rapprocher de mes lectrices (alors qu'il y a autant d'hommes que de femmes dans mon public)

On a jugé que jamais un homme n'aurait pu décrire avec tant de sensibilité le personnage féminin d'une de mes nouvelles...

Et tant d'autres exemples !

A chaque fois, on n'a pas jugé mon texte et ma pensée en premier, mais on les a jugés à travers le prisme de mon genre. Or si je n'ai pas choisi de naître femme, blanche et européenne, (si je pouvais, je changerais de corps chaque jour comme de costume^^) j'ai choisi en revanche chacun des mots qui figurent dans mes œuvres, et je voudrais que ce soit cela que l'on juge !

Franchement, sur ce point, j'aimerais beaucoup retourner quelques années en arrière, quand "écrivain" et "auteur" étaient encore des mots neutres et non pas sujets à polémique ridicule, et j'aimerais surtout pouvoir nommer mon métier comme j'en ai envie. Il y a d'autres combats à mener dans la Littérature pour faire avancer la cause du féminisme (à commencer par cesser d'aligner les clichés sexistes dans les romances, par exemple, en ce qui me concerne).

Finalement, on a trouvé un consensus en appelant Edith Wharton "romancière américaine", ce qui convenait à tout le monde. Mais c'est quand même très fort et paradoxal de nous accuser de la discriminer alors que justement on lui consacre tout un cycle de conférences dans deux bibliothèques !