Emmanuelle Nuncq

Romancière à deux visages, couturière rêveuse, et plus encore !

Mot-clé - Confinement

Fil des billets - Fil des commentaires

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 15

Lundi 30 mars 2020 :

Voilà quinze jours que je tiens cette petite chronique et ça me suffit comme expérience. Je ne sais même pas pourquoi j'ai commencé, un besoin de me confier sans doute sur cette période dure et exceptionnelle dans laquelle on vit. Sauf que tout le monde a commencé à faire pareil, alors je ne vois pas trop en quoi mon témoignage sera différent des autres. Et comme tout le monde s'en fout de ce que je raconte, moi y compris, je vais me taire, ça vaudra mieux :) Si vous êtes curieux et que vous voulez savoir ce que je fais de mes journées, demandez-moi de mes nouvelles ;) Je retourne dans mon petit cocon secret ! Live long and prosper, youp la boum, à la prochaine après le confinement ! :D

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 14

Dimanche 29 mars :

Je commence la journée en me faisant à moitié insulter sur Discord. Je crois que je ne me suis pas énervée contre quelqu’un depuis… la sixième ? En ce moment, certaines personnes sont à cran, et leurs bons côtés se révèlent, visiblement. Ma matinée est bien gâchée : quand il m’arrive ce genre de trucs, il me faut des heures pour réussir à m’en remettre, et ça n’a pas loupé.

Heureusement, la conférence que j’ai donné l’après-midi sur cette même plateforme s’est très bien passée, je pense que j’ai réussi à intéresser des gens ! Le sujet portait sur les débuts de l’écriture, et on m’a posé pas mal de questions, ce qui change ! Dans les autres conférences que j’ai données, il y a d’habitude toujours un moment avec les mouches qui volent à la fin^^

Je ne fais que ressasser mes mauvaises pensées, je n’en peux plus, il faut que je prenne l’air. Nous sortons faire un long tour et ma trouille/malaise/angoisse a disparu. Je reprends mes projets dans mon planning et me rend compte que le prochain costume que je dois coudre est pour dans deux mois, si la conférence sur Edith Wharton n’est pas annulée.

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 13

Samedi 28 mars :

Le confinement va durer deux semaines de plus, du coup nous décidons de trouver davantage de thèmes pour se costumer les week-ends : aujourd’hui, c’est « Séries télévisées », et je m’amuse beaucoup !

J’envoie tout d’abord ma trombine en costume de Spock :

IMG_20200328_091811.jpg

puis avec Hervé nous filmons une mini-parodie de Ghost Whisperer : le résultat est un peu navrant (je ne sais pas jouer la comédie), mais en tous cas nous nous marrons bien !

Fichier vidéo intégré

Après un petit bonus de moi en bisounours (comme quoi il suffit de pas grand-chose^^)

IMG_20200328_184855.jpg

Je poste enfin la photo du costume de Sansa Stark sur lequel je bosse depuis lundi dernier !

DSC09300.JPG

DSC09304.JPG

Je l’adore, il est flatteur, léger et confortable, parfait pour les foires médiévales (quand elles reviendront…).

Sansa Stark

28 mars 2020 :

Le confinement permet de coudre touuuuute la journée ! Du coup, comme aujourd'hui le thème de notre rencontre costumée est "séries télévisées", j'ai décidé de porter les deux costumes que j'ai sous la main, et de m'en coudre un troisième ! Le matin j'étais une personnage de Star Trek, le midi Melinda Gordon, et le soir Sansa Stark !

Ce costume est cousu à partir d'un patron Simplicity plutôt simple à comprendre. Comme c'était une surprise pour mes amis, je n'ai pas pris trop de photos et je n'ai pas fait non plus de topo au fur et à mesure.

Le bustier, avec les pièces de déco épinglées :

DSC09288.JPG

Et le costume fini :

DSC09290.JPG

DSC09289.JPG

Le plus dur a été de raccorder la jupe et le bustier au niveau de la pointe : je l'ai fait à la main parce que pas moyen de comprendre comment ça marchait !

DSC09300.JPG

DSC09304.JPG

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 12

Vendredi 27 mars :

Je profite de la matinée pour continuer le costume que je mettrai demain. Le thème de cette semaine est : séries télé, et je prévois d’en porter trois ! J’avance pas mal dessus dans la matinée et profite d’avoir les fesses sur ma chaise l’après-midi pour coudre les bandes de décoration à la main. J’avoue, mes journées commencent à se ressembler furieusement…

Le soir, nous inventons un jeu : on prend une page au hasard de notre livre « 1001 albums qu’il faut avoir écouté dans sa vie », on choisit un album qu’on ne connaît pas du tout et on découvre ! C’est super sympa et par deux fois, j’ai découvert qu’en réalité je connaissais les chansons, sans pour autant savoir qui les avait composées ! J’ai ainsi (re)découvert Sam Cooke, et je trouve que sa chanson « A change is gonna come » colle parfaitement bien à l’ambiance de ces derniers jours.

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 11

Jeudi 26 mars :

Je commence par un masque à l’argile : j’en viendrai à bout, de ce vert qui s’accroche à mes cheveux !

Le confinement est l’occasion de me mettre à la cuisine ! Je n’aime pas trop ça mais ça permet de vider un peu les placards et de manger sainement. Je commence par une recette qui me met le pied à l’étrier parce qu’elle est simple et qu’elle est tirée de « Conversations avec Mme de Pompadour », un livre de recettes XVIIIè ! Dire qu’il aura fallu presque trois ans pour que je teste enfin:P Vu qu’il faut finir le citron confit qui traîne dans notre frigo depuis des mois, je choisis « Salade de lentilles Van Loo à l’orientale ». J’ai acheté tous les ingrédients hier, sauf des œufs, parce que ça fait trois jours qu’il y en a plus au Delhaize… Le résultat est une tuerie ! C’est frais, épicé, différent, bref on adore ! Peut-être que finalement, je vais en faire une autre, puis une autre, et que je vais finir par aimer ça ?

Sur le Discord de mon boulot, les jeunes et les animateurs s’inscrivent petit-à-petit. Nous finissons à 21 à 18h et avons pu aider quatre jeunes ! Je pense que ça va fonctionner :)

Nous regardons « Le défunt récalcitrant », un comédie fantastique de 1941 dans laquelle un boxeur investit le corps d’un riche banquier : j’adore les films de fantômes, et celui-là est vraiment drôle !

Dans la soirée, j’ai enfin terminé un des deux bas de coton bleu que je tricote depuis un an… OUF !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 10

Mercredi 25 mars :

Je passe la matinée sur le tissu de la robe de bal de Clara. Après des heures de chipotage et l’aide mathématique de monsieur pour couper le motif au bon endroit (faut qu’il puisse se reproduire indéfiniment), j’arrive enfin à quelque chose de satisfaisant ! J’en commande 10m, c’est un sacré budget, mais après tout, vu qu’on ne sort plus… J'ai déjà utilisé ce service une fois pour ma robe de Mary Kelly, et j'avais été enchantée !

clara_clayton3.jpg

L’aprèm’, je me débrouille beaucoup mieux sur Discord. Il n’y a toujours personne mais je suis plus à l’aise, et ne reste pas collée devant mon écran à scruter la moindre notification ! Et là, vers 17h30, une demie-heure avant la fin, six personnes s’inscrivent d’un coup ! Youpi, ça marche !

Le soir, je fais découvrir « Dirty Dancing » à mon cher et tendre. Il ne cesse de faire des remarques sur le peu de subtilité de cette histoire, de rigoler en entendant certaines répliques (bon j’avoue, moi aussi « tu n’as pas à courir après ton destin comme un cheval sauvage », je trouve ça ridicule :D), mais à la dernière scène, il est totalement dedans, et une fois le film fini, il m’entraîne dans une danse lascive, comme on dirait au Québec, qui finit dans un gros fou-rire, parce que la sensualité et moi, ça fait trois ! (Moi, la sensualité, et le fossé entre les deux)

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 9

Mardi 24 mars :

Je termine ma robe 50’s et la range dans un coin, c’est pas demain la veille que je pourrais la mettre : elle était prévue pour partir à Naples dans une semaine, voyage évidemment annulé. C’était la première fois qu’on pouvait prendre des vacances ! Je propose de s’habiller à la maison comme pour un salon littéraire, et d’aller faire ses courses en robe de soirée. C’est le seul endroit où on peut les sortir :D

Je passe l’après-midi sur Discord, à discuter avec mes collègues et à me familiariser avec cette application. Finalement, le truc le plus pratique du jour aura été de montrer en direct à Gasparde comme faire le patron de la sur-manche de son costume !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 8

Lundi 23 mars :

Je passe la matinée sur la doublure de ma robe, puis je me prépare à aller au boulot : nous devons nous réunir pour mettre en place un serveur Discord pour les jeunes. J’ai rarement assisté à une réunion plus foutraque : j’ai disposé les tables en carré pour que nous soyons tous éloignés les uns des autres, mais un de mes collègues n’arrive pas à suivre mes explications, alors il doit sans arrêt se lever de son ordi pour que je prenne les commandes ! Après deux heures nous arrivons enfin à quelque chose, et nous parvenons à communiquer avec micro et caméra ! A partir de demain, nous serons tous en télé-travail. Sauf un autre de mes collègues… qui a eu un troisième fils cette nuit, et aura autre chose à penser !

J’ai fait l’aller et retour à pieds, sous un superbe soleil. Aujourd’hui j’adore marcher, et franchement, ça va me manquer… Il faudra que je trouve un moyen de me dépenser, parce que sinon dans deux mois je vais avoir repris tous les kilos que j’ai perdus depuis un an !

Le soir, on regarde Retour vers le Futur III, et comme nous avons un peu plus de moyens ces derniers temps, (puisque forcément, pas de restos, de sorties, de coiffeur, de vêtements…) monsieur me propose de me créer mon tissu sur Spoonflower pour réaliser la robe de bal de Clara !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 6

Samedi 21 mars :

Aujourd’hui nous devions nous retrouver pour jouer une pièce de théâtre en costumes XVIIIe. Comme ce n’est plus possible, j’ai proposé à tout le monde de se costumer chez lui et de poster des photos ou des vidéos ! Je crois qu’ils se prennent au jeu, du moins, il y a déjà six personnes qui ont posté des choses ce matin !

Moi, j’essaie de porter mon costume toute la journée, mais j’avoue que perruque+absence de lunettes = migraine… Nous avons fait un goûter XVIIIè avec des trucs trouvés dans les placards (notamment un cappuccino en sachet qui datait de l’époque où j’essayais de boire du café pour écrire toute la nuit et nous a surtout poussé à aller acheter un vrai bon chocolat en poudre) et je suis aller ensuite enlever mon corset et ma perruque. Comme j’avais froid, j’ai ajouté un châle par dessus tout ça et je dois avouer que je ressemblais plus à la grand-mère de Titi qu’à une élégante du XVIIIè !

Le confinement nous a poussé à sortir les jeux de société. Donc pour terminer la soirée, nous avons fait deux parties de Art’Thémis, un jeu entre Monopoly et les Sept familles qui a l’avantage de ne pas être trop prise de tête ! On a passé plus de temps à commenter les cartes, de belles reproductions de tableaux, qu’à jouer réellement :D

A la fin de la journée, une dizaine de personnes aura participé à notre journée XVIIIè confinée : c’est un bon moyen de rester tous ensemble malgré tout, et de se remonter le moral ! Du coup, on propose aux autres de transformer ça en réunion hebdomadaire, ce qui les enthousiasme.

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 7

Dimanche 21 mars :

Je me lève tard, et ne profite de la matinée que pour ajuster mon petit haut « papillons » qui était trop grand.

Aujourd’hui on traîne un peu tous les deux, puis décidons de nous faire un marathon « Retour vers le Futur » ! (Soyons honnêtes, c’est plutôt moi qui ai décidé^^) Cela ne fera jamais que la 312è fois !

Après le premier, j’ai vraiment besoin de prendre l’air. On va se promener dans le grand parc autour de l’atomium. Il n’y a pas grand’monde, surtout pour un dimanche où il fait beau ! Les gens sont polis et civilisés, mais la police doit quand même rappeler à certains que les bandes rouges sur les installations de sport sont là pour quelque chose ! C’est très utile, gars, de porter un masque, si tu mets les mains sur les barreaux…

Nous discutons beaucoup ; les promenades font toujours naître des idées chez nous : en rentrant, on écrit des « listes de confinement », où l’on note tout ce qu’on aimerait faire durant les prochaines semaines, mais pour lequel on n’a jamais le temps le reste de l’année. Chez lui comme chez moi, on trouve : « tester des recettes de cuisine » et « ranger les bouquins » ! Il faut dire qu’on a placé les livres au pif sur les étagères quand on a emménagé, mais qu’on n’a jamais eu le temps de s’y mettre vraiment. C’est un boulot qui nécessite de mettre le salon en bazar !

On termine avec le deuxième « Retour vers le Futur », tellement inventif en terme de scénario : j’adore la façon dont ils se sont passés de Crispin Glover sans qu’on ne le remarque une seule fois ! De dos, de loin, flou, ou la tête en bas… Les passages de la doublure alternent avec les plans du premier film, c’est impeccable !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 5

Vendredi 20 mars :

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon petit frère, qui ne peut pas faire la fête, malheureusement. Nous lui envoyons des tas de messages. On se rattrapera quand on se verra en vrai !

Je fais poser un masque sur mes cheveux pour enlever le pigment bleu : c’est l’occasion ou jamais de passer par des couleurs moches pour retrouver mon blond initial ; personne ne me verra.

Ensuite, je décide de créer une version numérique pour « Beveridge manor ». Je n’ai plus fait ça depuis trois ans, il faut que je réapprenne tout… Au moins, je ne manque pas de temps. Mon ebook sera parfait !

Mon chef m’appelle, il veut que nous organisions un moyen virtuel d’aider les jeunes. Comme je me suis inscrite sur Discord, je lui propose de créer un salon en ligne ; il trouve l’idée bonne, et j’y passe l’après-midi ! C’est fou que que l’informatique peut prendre du temps ! Mais au moins, à 18h, nous avons un beau salon pour le GESL, et deux jeunes s’y sont déjà inscrites !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 4

Jeudi 19 mars :

Aujourd’hui, ce sont les noces d’ambre de mes parents, et des tas de messages m’attendent dès le réveil sur notre groupe Whatsapp commun. Au moins, on reste en contact !

C’est aussi le premier jour de télétravail de monsieur. On se lève à l’heure, je lui fait un planning, organise quelques trucs. La connexion marche ! Désormais, durant ses heures de boulot, je travaillerai de mon côté dans l’atelier. Pour ma part, ce changement me fait du bien, parce qu’il structure ma journée ! D’habitude, je cours plutôt dans tous les sens, et me retrouve vite un peu perdue.

Je passe pratiquement toute la journée à coudre une robe à fleurs pour cet été. Au moment de repasser les pièces du bustier, j’en profit pour descendre toute la manne de linge ! Ce qui ne m’était pas arrivé depuis…. qu’on a emménagé, à vrai dire.

On teste un appel à quatre sur Whatsapp avec ma famille, franchement, c’est marrant !

Je m’inscris à Virtua’livre, le premier salon littéraire en ligne, organisé par Séma, ma maison d’édition. Si ce n’était pour la bonne cause, je ne me serais jamais inscrite sur Discord, mais c’est pas si désagréable, pour l’instant. J’espère vraiment que ça marchera !

Arrivé au soir, le télétravail a plutôt porté ces fruits. Par contre, il faudra trouver des astuces pour qu’il ne reste pas toute la journée le c** sur sa chaise !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 3

Mercredi 18 mars :

Encore une fois je me réveille super tôt, et encore une fois il fait super beau ! C’est ma maman qui me téléphone, en fait : elle se remet à notre projet d’album pour enfants, forcément, comme moi, elle a du temps ! Elle me complimente sur mes cheveux et nous discutons un peu, notamment du fait que la Belgique passe au confinement à partir de ce midi…

Bizarrement, je suis moins stressée que ces deux derniers jours, parce qu’au moins, je sais sur quel pied danser !

Je vais dans la rue commerçante à côté chercher mes chaussures, qui sont enfin terminées. En passant, je fais une razzia de fils, de rubans et de perles au Veritas qui ferme dans quelques heures. Je ne suis pas la seule, visiblement, tout le monde a décidé d’en profiter pour coudre et tricoter ! Les vendeuses sont très gentilles, nous nous souhaitons mutuellement bon courage.

La file pour le Delhaize s’étend jusque devant la poste : les gens sont dingues ! On leur répète pourtant qu’il n’y aura pas de rationnement, mais non. Je passe mon tour. Le déodorant attendra un peu ! De toute façon, si je pue, personne d’autre que monsieur ne le sentira :P

Mais dans ce climat d’apocalypse, il y a tout de même de jolies choses : le fleuriste a placé un panneau « Servez-vous » devant sa porte, et personne ne se fait prier ! Je ramasse de quoi composer un joli bouquet un peu sauvage, et je rentre chez moi. Voilà, je crois que je ne sortirais plus trop, excepté pour aller au parc : j’ai besoin de marcher ! Dans les prochains jours, c’est H., qui travaille encore (la bibliothèque est très en retard sur le télétravail…) qui fera les courses. Ensuite, on verra…

En rentrant le soir, mon amoureux passe faire quelques courses, et me dit qu’il n’y a personne au Delhaize, qu’il n’a même pas eu besoin de faire la file ! J’en étais sûre ! Les prochains jours, on ira faire les courses le soir avant la fermeture, comme d’habitude. Sinon, un collègue lui a installé une connexion sur V-Smart pour qu’il puisse bosser à la maison. Normalement, à partir de demain, il est en télé-travail ! On verra bien comment ça va se passer.

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 2

Mardi 17 mars :

Quel beau temps ! Me voilà réveillée à 7h30 et fraîche comme s’il était 9h ! Bizarre… surtout pour moi qui suis un loir :) Du coup, à peine monsieur parti au travail, j’en profite pour aller chercher des chaussures que j’ai fait réparer. Le cordonnier n’a pas terminé, je dois revenir demain. Mais est-ce qu’il sera encore ouvert ? Sur le chemin du retour, je m’offre un joli bouquet de fleurs. Des lysanthius et une rose aux bords dentelés : je vais amener la nature à l’intérieur !

Aujourd’hui, je vais écrire au XVIIIe siècle. Le bouquet, Gossec, mon écritoire, ma plume et mon encre, c’est parti ! Je commence une romance qui se passe en 1740. On verra bien si je tiens dans la longueur. J’ai écris deux pages, ce qui en fait quinze ? C’est déjà ça. Mais je ne suis pas tranquille. Je pense à mes proches, je tourne en rond dans la maison, commence la vaisselle, envoie des mails, part coudre un truc, me rend compte qu’il me faudrait du fil.

Chez Veritas, la vendeuse que je connais bien m’annonce qu’ils vont fermer, et que je devrais faire du stock. Je prends du biais, quelques boutons à recouvrir… L’ennui, c’est que je couds toujours tout au fur et à mesure et que je ne sais pas de quoi je vais avoir besoin en avance. Quand les autres s’inquiètent de savoir si les supermarchés vont rester ouverts, moi je m’inquiète de ma mercerie ! Tout l’après-midi je continue à tourner en rond, à continuer de vieux projets que je ne termine pas : un peu de couture, de tricot, de broderie… Chaque fois, je suis interrompue par un SMS, un mail ou une notification qui m’annonce que tel magasin ferme ou telle personne annule son projet, sa venue. C’est dingue, tous ces trucs super urgents que je devais faire qui tombent à l’eau… C’est la première fois depuis des années que je me retrouve avec tant de temps libre devant moi. Et j’ai l’impression d’être devant une falaise à pic. A la suite d’une proposition que j’ai lancée pour que mes amis et moi continuions à se costumer, j’ai une idée lumineuse pour samedi ! Je ressors ma brodeuse, et me rends compte que je ne sais plus l’utiliser, que cela fait depuis qu’on l’a installée il y a un an et demi que je ne l’ai plus allumée : quel gâchis ! Mais cette machine est fantastique, elle redémarre comme s’il ne s’était rien passé ! J’avais oublié à quel point c’était drôle, et j’ai enfin retrouvé ma bonne humeur.

Les annulations ont plu toute la journée. Adieux médiévales, cours de latin, bal pionnier, adieu journée Grand Siècle de Vaux-le-Vicomte ! Quand vient le soir, étant donné que je n'ai pas de réponse de l'hôte, je décide de reporter à mon tour notre événement de samedi prochain. Pas de regroupement en costumes, mais on se verra tout de même virtuellement !

Petite chronique quotidienne de ma vie entre parenthèses - Jour 1

Lundi 16 mars :

Mon chef m'appelle pour me dire de rester à la maison, que les grands pontes ont décidé de tout fermer. Autant pour notre mission d'accueil des jeunes qui tombe à l'eau. J'espère qu'ils vont pas être trop déçus ! Et il ajoute que j'ai intérêt à avoir commencé et terminé un nouveau roman d'ici cinq semaines, vu qu'on va certainement rester chez nous également pour les vacances de Pâques. Challenge accepté ! C'est d'autant plus facile que Falang, mon amie avec qui on écrit un roman fantastique à quatre mains, habite en France, où la situation est plus sévère. Ce roman sera fini plus vite que prévu !

Je dois faire des courses et acheter du PQ. Pas qu'on soit des adeptes du stockage, mais vu que vendredi c'était l'apocalypse dans les supermarchés, on a décidé d'attendre le dernier moment. A part le fait qu'un vigile nous fait entrer au compte-goutte dans le magasin, ça se passe plutôt bien, et il y a une grosse pyramide de PQ au plein milieu des allées pour nous prouver que c'est boooon, tout va biiiien les gars !

Ensuite, je passe au Veritas acheter quelques petites fournitures. Si je dois rester à la maison, il faut que je puisse coudre ! Autrement, je vais devenir cinglée ! Cela dit, ce serait justement une bonne occasion pour tout trier, ranger, et créer des vêtements "à la débrouille", en utilisant uniquement ce que j'ai sous la main :)

Comme je ne sais pas travailler sans que tout soit rangé, j'en profite pour attaquer deux rangements/tris essentiels que je repoussais depuis des mois : celui de ma "boîte à bordel" qui trône à côté de mon bureau, et celui du coin "brodeuse" de mon atelier. C'était pas du luxe ! Premièrement, c'est fou ce que peut contenir un petit carton ! Tiens, mes lunettes de soleil? Mais ça faisait un an que je les retrouvais plus ! Voilà qui tombe bien, le soleil commence à revenir... Bon, si on est pas passé au confinement d'ici quelques jours. En attendant, je profite d'une promenade dans le parc !

Deuxièmement, le coin "brodeuse" s'est apparenté à de la fouille archéologique ! A force de poser des trucs devant, de les pousser, puis de recommencer, la pauvre s'est retrouvée ensevelie sous des couches de sédiments ! Trois heures plus tard, mon atelier est nickel, je peux enfin bosser ! Sauf qu'il est 18h, et que je suis trop fatiguée. Ce sera pour demain !