Emmanuelle Nuncq

Romancière à deux visages, couturière rêveuse et plein d'autres choses encore.

Mot-clé - Charleston

Fil des billets - Fil des commentaires

Soirée années 20 - 22 octobre 2016

En 2013 avec Falang nous avions participé au Bal des Lys à Strasbourg: une amie à moi y participait et j'ai fait là la connaissance de Morgane: à elles deux, elles ont fondé une association par la suite pour organiser d'autres soirées dans le même genre. L'année dernière, j'avais raté, à mon grand regret, la soirée 1910, mais je me suis jurée de participer cette année à la soirée 1920 ! Ce fut chose faite et d'autant plus agréablement que cette fois-ci j'étais très bien accompagnée! J'ai de la chance d'avoir trouvé Hervé, parce que dans toutes ses qualités, il adore se costumer et participer à ce genre d'événements :)

C'est en discutant avec Falang au retour de Vaux-le-Vicomte que nous avons trouvé l'idée de nos costumes: plutôt que les années 20 habituelles (Gatsby et danseuse de Charleston), nous avons souhaité des vêtements marrants et confortables: nous étions donc en momie et en son archéologue découvreur^^ J'ai donc déjà montré les photos de l'avancement de ce costume, mais vous pourrez voir dans cet article celles que les photographes ont pris sur place !

J'avoue que la soirée n'a pas très bien commencé. Nous étions tous les deux particulièrement énervés parce qu'entre les travaux entre Bruxelles et Strasbourg, le temps qu'on trouve l'hôtel et se prépare, qu'on se trompe de restaurant et qu'on mette une demie-heure à trouver la bonne adresse, nous avions pris une heure de retard! Je crois que je n'ai jamais autant maudit des feux rouges: à Strasbourg, on dirait qu'ils mettent un malin plaisir à passer au vert et en plus, il y en a tous les dix mètres ! Bref, je tremblais dans mes bandelettes en arrivant sur place :P Mais après ça, tout s'est arrangé pour le mieux: on nous avait attendus et nous sommes arrivés juste pour l'entrée ! Le dîner était très bon: salade strasbourgeoise, saumon à l'estragon et fromage blanc aux fruits rouges pour ma part :)

Nous sommes passés ensuite dans une autre salle réservée aux invités, où deux musiciens ont assuré l'ambiance de la soirée (Sing swing sing est passé, j'ai adoré^^). J'ai pu mettre à profit les heures de cours de Charleston de l'an dernier pour montrer les quelques pas dont je me suis rappelée. C'était agréable que ça serve enfin à quelque chose, même si j'ai regretté de ne plus me rappeler des chorégraphies ! La soirée a été entrecoupée d'une tombola, et à peine étions-nous remis dans l'ambiance que c'était terminé! D'habitude, on est du genre à s'en aller les premiers parce qu'on est un peu des papy-mamie, mais là, on voulait absolument rester plus longtemps!

18 décembre :

Enfin les photos !

La première est jolie mais je trouve la pose hyper kitsch, en tous cas elle ne correspond absolument pas à nos caractères :) On dirait une photo de mariage : faut dire, le photographe nous a obligés conseillé des gestes pendant AU MOINS une minute, horrible :D ! Les autres nous ressemblent plus, surtout celles où on fait les cons^^

14600981_230821304007676_511587689960151818_n.jpg

3.jpg

15541650_230818940674579_8749396756103074219_n.jpg

1.jpg

2.jpg

20 décembre:

Voilà la vidéo sur laquelle on apparait plusieurs fois !

Robe années 20 en velours marron

Hello, good morning, bonjour ! En janvier je suis invitée à un goûter sur le thème des années 20 ! Quid d'un article ici me direz-vous, tu en as déjà, des robes années 20 ! Effectivement, mais ce sont une robe d'été en coton et deux robes Charleston très dénudées, or moi, je n'ai pas envie de me les cailler ! J'ai donc envie d'une robe d'hiver à manches longues avec laquelle je pourrais ajouter manteau, chapeau, foulard et chaussures :) Pour choisir mon modèle j'ai longuement cherché et trouvé plusieurs gravures originales qui me plaisent bien. Comme je n'ai pas su quoi choisir, j'ai opté pour un mélange de tout ça et une improvisation au fur et à mesure pour la déco.

Voilà mes idées :

choix.jpg

13 décembre :

Pour le haut, j'ai coupé deux pièces de dos toutes droites.

DSC02076.JPG

Puis j'ai coupé un col carré et ajouté des manches

DSC02078.JPG

La jupe est un carré avec des fronces. A côté ce sont les chaussures que je vais porter avec !

DSC02080.JPG

J'ai coupé la jupe et ajouté une bande de tissu qui fera office de col.

DSC02081.JPG

15 décembre :

Pour la décoration, j'ai brodé deux fleurs dans des couleurs accordées à mes chaussures

DSC02077.JPG

Ensuite j'ai ajouté un galon sur le col, une ceinture et je vais coudre les fleurs à l'intersection.

DSC02083.JPG

16 décembre :

Voilà la robe terminée ! Et avec elle, un chapeau et des colliers que j'ai faits moi-même. Le chapeau est celui du cosplay de Sophie dans ''Magic in the Moonlight'' : j'ai enlevé la garniture que j'avais seulement épinglé et en ai remise une à base de velours marron, d'un ruban cuivre et de trois fleurs achetées chez Veritas tout exprès.

Quand je disais que j'avais l'air d'une mémère, je ne mentais pas :D Mais au moins j'aurais chaud !

DSC02095.JPG DSC02090.JPG

(Quand on a de grosses fe... hanches, la ligne années 20, c'est vraiment pas flatteur !)

Momie et explorateur Charleston

En octobre je vais à une soirée années 20 avec mon amoureux! Après nous être bien creusés pour trouver l'idée, nous serons un explorateur et une momie^^ Je trouve que les deux thèmes se mélangent divinement bien!

5 août :

Alors pour ma robe, mon amie Falang m'a donné une super idée, de faire une robe charleston en bandelettes: je n'y avais même pas pensé, au départ, j'étais partie sur Theda Bara, et non une momie! Je trouve cette idée super, et en plus relativement simple à réaliser. Ce qui est cool, c'est qu'on s'en fout des finitions, plus c'est déchiré, mieux ce sera ! J'ai fait un dessin pour mieux me rendre compte de ce que ça donnera, et j'ai imaginé de faire une épaule en tissu beige transparent pour qu'on puisse voir mon tatouage. Pour le sens des bandelettes, je ne suis inspirée d'une des robes de Peppy Miller dans The Artist.

DSC01629.jpg

Pour commencer j'ai fait une couche du dessous pour la robe, en faisant un long t-shirt à col en V, avec deux pinces pour la poitrine. J'ai ensuite coupé une manche, et je m'aperçois en la postant ici, que c'est la mauvaise que j'ai coupée T-T Quelle andouille je fais... Bon, j'espère que je pourrais rattraper le coup !

DSC01627.JPG

Ces parties de manches, je les ai reportées sur mon tissu transparent, et j'ai aussi coupé un triangle pour le décolleté.

DSC01626.JPG

Ensuite, je les ai cousues sur la robe.

DSC01628.JPG

Pour l'instant, la robe est les bandelettes sont dans la machine à laver, à la teinture !

6 août :

Ouh, le beau paquet de bandelettes à démêler !

DSC01630.JPG

La couleur est "Sable du désert", ça ne s'invente pas^^ Dans la machine le tissu transparent s'est déchiré, mais je trouve ça encore mieux !

DSC01631.JPG

Voilà, j'épingle toutes les bandelettes dessus !

DSC01666.JPG

25 septembre:

Je me rends compte que j'ai oublié toutes les étapes intermédiaires avant la photo finale! Donc ce soir j'ai terminé ma robe:) J'ai rajouté des bandelettes pour faire la jupe et une grande pour la ceinture, parée d'un cartouche brodé par ma super machine :) J'ai choisi le nom de Tehuti!

Il y a dessous un caleçon pour qu'on ne voit pas mes fesses quand je bougerai! Vous ne le voyez pas sur le photo? C'est que j'ai réussi mon coup :D

DSC01862.JPG

26 septembre :

Pour le costume de Mr Perfect, j'ai pensé à un gilet à carreaux et un nœud papillon à pois. Pour le nœud, je n'avais pas le bon tissu alors j'ai voulu broder les pois ! Il n'y avait qu'un tout petit bout de tissu à faire mais ça m'a quand même pris un sacré temps^^

DSC01864.JPG

Le gilet est sur le même modèle que celui de Darcy (pourquoi changer une équipe qui gagne^^ ?) par contre, le col m'a donné du fil à retordre! Il est loin d'être parfait, mais de loin, ça le fait :)

DSC01867.JPG

Sophie Baker

Il y a quelques mois déjà je discutais avec ma copine Gasparde de Colin Firth, parce que je venais juste d'avoir la révélation Kingsman (j'adorais déjà monsieur avant, depuis O&P à vrai dire). Elle sait combien je suis fan de cet acteur, et comme elle venait juste de voir "Magic in the moonlight", elle me l'a conseillé, pensant que j'aimerais bien. Plus que "d'aimer bien", ce fut un véritable coup de cœur. Depuis, c'est la quatrième fois que je vois ce film et pour la lettre S de l'alphabet costumé, ça fait déjà plusieurs semaines que je sais que je veux incarner Sophie Baker. J'ai choisi le premier costume qu'elle porte, pensant que c'était le plus représentatif (parce qu'on le voit partout mais surtout parce que je n'avais que du rose :P).

10-magic-in-the-moonlight.jpg

6 août:

Hier soir, lors d'une insomnie, j'ai eu la révélation de comment j'allais m'y prendre pour faire son chapeau! Alors je me suis levée et recouchée trois heures plus tard :)

Pour commencer j'ai pris un chapeau de pirate (y avait un bandana avec un squelette avant dessus) acheté 2 euros chez Zeimann et découpé deux bandes en laine.

DSC05571.JPG

Puis j'ai coupé du varaform que j'ai emprisonné d'un coup de fer entre les deux couches de laine. C'est vraiment génialissime ce truc, sauf que maintenant je n'en ai plus... Snif^^

DSC05572.JPG

Et j'ai collé/cousu cette bande au chapeau:

DSC05574.JPG

Puis j'ai posé un biais, repassé le bord du chapeau pour pouvoir le retrousser, et collé des fleurs sur une autre bande de laine histoire qu'elle soit amovible. Mon chapeau est bien plus cloche que le modèle, il semblerait d'ailleurs qu'elle porte un simple melon aux bords rabaissés, mais ce n'est pas grave!

DSC05576.JPG

09 août:

Je suis frustrée parce que si j'avais pas été trop naze j'aurais terminé le col et donc la robe en un seul jour^^

Voilà les pièces du patron, coupées dans une vieille couette et un drap blanc^^

DSC05680.JPG

Une manche! J'adore la façon dont ça se met bien :)

DSC05682.JPG

Voilà le bustier. Comme on le voit la partie blanche tombe pas bien du tout

DSC05683.JPG

Alors je l'ai recoupée en haut et remontée:

DSC05684.JPG

En démontant une des manches que j'avais cousue à l'envers, j'ai déchiré le devant du bustier, andouille que je suis T-T. Du coup j'ai collé une pièce pour arranger ça, parce que je suis bien trop paresseuse pour refaire une pièce entière!

DSC05688.JPG

Là c'est la moitié de la jupe avec sa bande blanche au milieu. C'était assez compliqué à couper et surtout à coudre, mais au final je ne me suis pas trop mal débrouillée^^

DSC05689.JPG

La robe presque finie, avec la jupe à monter:

DSCN5546.JPG

Là, j'ai monté la jupe et tout repassé:

DSCN5548.JPG

Et comme la pièce du milieu ne me plaisait pas, je l'ai démontée et recousue.

DSCN5550.JPG

10 août:

Ce matin j'ai fait le col ! Je sais qu'il est trop grand mais c'est pour deux raisons: 1 à force de retoucher à la pièce centrale j'ai agrandi l'encolure, et 2 j'ai voulu cacher ainsi l'accroc que j'ai fait!

DSCN5554.JPG

Je n'ai pas brodé la multitude de demies-lunes blanches qui se trouvent sur le tissu rose, mais en discutant avec ma maman elle m'a parlé de feutres posca blancs qui pourraient faire l'affaire. Je vais essayer de trouver ça demain!

11 août:

Pas de posca, j'ai du travail à faire! Mais voilà les photos que j'ai réalisées :) C'est bien la première fois où j'ai les cheveux trop longs pour un cosplay! Alors je les ai remontés avec des pinces sous le chapeau :) Ça a été compliqué pour les photos puisqu'il a fallu reprendre mon appareil photo, ma caméra déconne sévère et elle ne fonctionne plus que branchée, quand on ouvre pas trop le clapet... Non mais j'vous jure... Du coup y en a que deux^^ (Mais j'ai enfin appris à faire un portrait de moi de loin qui ne soit pas flou avec cet appareil ! )

DSCN5560.JPG

DSCN5567.JPG

Robe années 20 verte

Pour mon anniversaire, j'ai cousu la robe de Rose dans ''Titanic'', mais je me suis dit que si j'avais chaud (ce qui est tout de même fort probable mi-août :P ) je pouvais toujours laisser tomber le corset pour une robe années 20 que j'ai en tête depuis un bon moment déjà :) Comme en plus on a prévu une murder années 20, ça sera parfait :) Je me suis inspirée de ces modèles-là:

flapper-dresses-1920s.jpg

article-2049413-0E6073D000000578-423_306x500.jpg

Et j'ai fait ça:

croquis.jpg

Bon ça ressemble à rien mais moi ça m'aide^^

Il est 4 heures, nous sommes le 28 juillet 2014, un petit goûter et je commence :D

D'abord: le haut, plus simple tu meurs, c'est juste deux parties faites d'après mon patron de base et toutes droites sur les côtés, sans la moindre pince:

DSCN5379.JPG

La jupe, pas coupée:

DSCN5380.JPG

Là, des broderies que mon copain m'a trouvées (encore lui^^) qui serviront de bretelles, et un tulle vert juste épinglé:

DSCN5382.JPG

Le tulle coupé mais pas cousu :

DSCN5381.JPG

Je trouve ça super joli pour l'instant, par contre le tulle vert parsème de paillettes tout ce qu'il touche^^

29 juillet 2014:

Hier soir, devant le final de la saison 3 de Dr Who (notre marathon avance bien et je comprends pas vraiment pourquoi personne n'aime Martha, moi je la trouve plutôt cool^^) j'ai coupé le "double panneau" du tulle pour qu'on ne voit plus qu'une couche et j'ai cousu les broderies des bretelles:

DSCN5383.JPG

Comme il y en avait une 1 cm plus courte que l'autre j'ai triché en rajoutant des perles. Elles ne sont pas de la même couleur mais ça fait illusion :)

DSCN5385.JPG

J'ai mis des petites perles en étoiles parce que je trouvais que la broderie était trop carrée:

DSCN5386.JPG

Puis des perles sur le décolleté:

DSCN5387.JPG

Et enfin j'ai fait une ceinture, cette fois-ci devant ''Moulin Rouge": Harold Zidler a l'air tout content de mon travail^^

DSCN5384.JPG

Voilà, c'est terminé! Une petite photo pour la route, dans la graaaande glace de l'entrée de chez mon amoureux qui est fort pratique^^ Je porte des chaussures que j'adore et que j'ai trouvées à 15 euros dans la rue où je bosse, et un sautoir que j'ai payé 2 euros au même magasin où j'ai trouvé les broderies des dentelles. J'ai rien fait pour les cheveux, quand je me coifferai d'époque je ne rajouterai rien, c'est déjà too much pour moi, limite si j'ai besoin de faire une fée années 20 un jour, je n'aurai besoin que d'une paire d'ailes et d'oreilles parce que niveau paillettes elle se pose-là cette robe, j'ai du passer deux fois l'aspiro vu que j'ai parsemé mon chemin de poudre d'étoiles^^ Par contre, la forme années 20 ne me va vraiment pas, (vive les bretelles qui font ressortir mes bras grassouillets et la taille basse qui ne met pas mes formes en valeur, bien au contraire) donc elle sera à vendre après la murder, voire mon anniversaire, tout dépendra du rôle que je m'attribuerai.

DSCN5388.JPG

2 août:

Hier soir, on a dormi dans un hôtel super cool^^ Oui oui, ce wagon des années 20 est bien un hôtel :D

IMG_20140801_195458.jpg

La Robe volée

Hier, en écrivant Let's do it, je me suis rappelé combien c’était chouette d’écrire une nouvelle et le plaisir que c’était de la diffuser, de l’avoir enfin sortie de ma tête. Je vais donc tenter d’écrire un texte “fini” (peu importe sa longueur) tous les jours du mois de mars, c’est une sorte de pari que je fais avec moi-même, peu importe les fautes et la qualité du texte :) J’ai donc écrit cet après-midi la petite nouvelle suivante, qui est également une des nombreuses idées qui me trotte dans la tête. A vrai dire, c’était même, à quelques détails près, un rêve que j’ai fait, et c’est peut-être pour ça que c’est la première fois depuis une éternité qu’il n’y a pas la moindre once de fantastique. Au départ, c’était sensé être un album illustré, vous verrez que la fin s’y prête très bien. Sauf que si je dessine pas trop mal, je n’arrive pas à rendre les images qu’il y avait dans mon cerveau, et ça me frustre énormément.

Vous pouvez l'écouter avec la musique-là, je trouve que ça convient bien :)



Paris, 1920

Louise regarde la robe de l’autre côté de la vitrine, et son reflet lui renvoie un air béat d’admiration. Il n’y a qu’un seul mannequin sur l’estrade en bois, sans doute pour mieux mettre en valeur cette pièce extraordinaire. La boutique de Mlle Adélie ne propose que des créations originales, faites par les plus grands noms de la couture, et Louise, petite main dans un atelier de chapellerie, sait que la robe qu’elle a sous les yeux, une Paul Poiret, a demandé des semaines de travail, et que jamais elle ne pourra se l’offrir.

Derrière Louise, une autre figure de jeune fille apparaît et pose son reflet sur la vitre. Elles portent toutes deux le même chapeau cloche, mais Louise est aussi brune que l’autre est blonde, a l’air aussi triste que l’autre est enthousiaste. Louise ne se retourne pas et Victoria pose sa main sur son épaule :

— Arrête de rêver, tu vas te mettre en retard. (Louise soupire, baisse la tête et suit son amie.) Voilà quatre jours que Mlle Adélie expose ce modèle, et quatre jours que tu t’arrêtes devant, reprend Victoria. Tu te fais du mal pour rien.

Louise sort enfin de sa rêverie :

— Je sais…

— Si demain tu allais l’essayer ? propose Victoria.

— Pourquoi faire ? Tu me dis toi-même que ça me fait du mal. Je ne vois pas en quoi essayer une robe que je ne peux pas m’offrir…

— Pour rigoler ? plaisante Victoria en lui donnant un coup de coude. Amuse-toi un peu !

Louise et Victoria arrivent à l’atelier de Mme Hugo. Les étagères sont remplies de chapeaux de toutes les sortes, comme autant de taches de couleurs sur un tableau impressionniste, et dans la grande pièce blanche, une vingtaine d’ouvrières, comme dans une ruche, travaillent chacune à une création. La patronne n’est pas là ce matin et Sylvette, une petite prétentieuse que ni l’une ni l’autre n’apprécie, en profite pour être indiscrète :

— Alors les compères ? lâche-t-elle avec son accent rocailleux, vous êtes encore allées froisser vos jupons toute la nuit ?

Elle ricane et les autres filles de l’atelier la suivent. Louise rougit et Victoria lève les yeux au ciel :

— Ferme-la, bécasse.

Les filles rigolent et vexée, Sylvette retourne à son fond de chapeau.

Victoria et Louise prennent leurs places et ne s’arrêtent que le midi pour manger. A six heures, elles sortent les premières, et passent devant la boutique de Mlle Adélie. La robe est toujours là, et un instant, elles se postent devant la vitrine pour la regarder.

— C’est vrai qu’elle est belle, commente Victoria.

Elles se quittent d’une bise sur les deux joues, et le lendemain matin, se retrouvent au même endroit.

— On y va ? Propose Victoria.

Elles sont en avance, alors Louise acquiesce et pousse la porte. Une clochette prévient la vendeuse de leur arrivée. Elles sont les premières clientes.

— Bonjour! lance gaiement Victoria, mon amie aimerait essayer la robe dans la vitrine.

La vendeuse dévisage les jeunes filles des pieds à la tête. Elles sont soignées, mais pas du genre de cliente qu’elle accueille d’ordinaire. Elle sait qu’elles n’auront pas de quoi payer le moindre bas.

Louise se met à rougir, mais comme Victoria insiste, parée d’un ravissant sourire, la vendeuse dépouille le mannequin de leur plus bel article :

— Voyez, dit-elle en la posant à plat sur le comptoir, cette soie rose est de la plus belle facture. Elle est fragile, mais elle tombe divinement bien. L’empiècement de devant est brodé de plusieurs centaines de perles de geai : le motif rappelle la nature. Les pans de la jupe sont en soie et en tulle rebrodés de perles. Toute la ceinture est également brodée de fils d’or et de perles.

Victoria esquisse un mouvement de main, signifiant que la vendeuse n’a pas à leur faire la réclame pour cette robe. Elles savent parfaitement ce qu’elles ont sous les yeux. Louise, quant à elle, se met à blêmir. Elle n’ose essayer cette merveille, et si elle la déchirait en la passant ? Ce serait une catastrophe. Victoria, sans manière, s’empare du vêtement et pousse Louise derrière un paravent chinois qui masque le fond de la pièce. Avec la vendeuse, elles attendent que Louise s’habille.

Une dame assez âgée, engoncée dans une robe à grandes manches démodée de vingt ans, fait tinter la clochette en entrant. La vendeuse se détourne pour la servir. Elle discutent quelques secondes tandis que Victoria s’impatiente, enfonçant ses talons dans la moquette épaisse. Quand Louise sort de derrière le paravent, les trois femmes se taisent et se tournent vers elle. Victoria tape dans ses mains, la vendeuse réprime un cri d’admiration, tandis que la cliente ouvre de grands yeux admiratifs.

— C’est divin ! s’enthousiasme la vendeuse.

Elle s’avance vers Louise et lui prend le poignet pour la tirer devant la psyché de magasin.

Victoria renchérit :

— Oui, ça te va à ravir !

— Effectivement, rajoute la cliente en s’immisçant dans la conversation : on croirait que cette robe a été faite pour vous.

Louise se regarde toute entière dans la glace, se tourne et se retourne, et manque de pleurer. Ce n’est pas elle qu’elle voit, mais une jeune fille de la haute société, une star de cinéma. Elle est divine, oui, sublime. Elle caresse le tissu avec amour, elle voudrait ne jamais la quitter. Dans une robe pareille, il lui semble que sa vie pourrait être parfaite.

Les trois femmes ne cessent de lui faire des compliments. Louise alors demande combien coûte la robe. La vendeuse, croyant finalement avoir gagné une acheteuse, annonce le prix :

— 650 francs.

Victoria émet un petit rire, Louise reste neutre, mais intérieurement, elle est en larmes. 650 francs. C’est un prix exorbitant, même pour la plus belle des robes. Elle est une princesse, ici et maintenant, mais ne le sera jamais plus dès lors qu’elle sortira de cette boutique. Elle hoche la tête et repasse derrière le paravent.

— Je t’attends dehors, prévient Victoria.

La clochette tinte, et la vendeuse s’intéresse de nouveau à sa cliente : elle lui présente des gants en chevreau. Victoria, le nez en l’air, se passionne de l’autre côté de la boutique pour un petit porte-monnaie en satin brodé. Louise passe la tête et voit que personne ne la regarde. Toujours vêtue de la robe, elle marche jusqu’à la porte. Comme aucune des femmes ne la regarde là encore, elle est prise d’une idée folle : elle sort de la boutique et se met à courir. La vendeuse entend la clochette, et il se passe quelques instants avant qu’elle ne comprenne que sa cliente vient de la voler.

Victoria se retourne et voit filer son amie : elle se met à courir après elle. La vendeuse, qui ne sait ce qu’elle doit faire, met un certain temps avant de sortir dans la rue, laissant la dame âgée toute seule dans sa boutique.

Dehors, il n’y a plus personne. Comme elle ne sait pas de quel côté elles sont parties, la vendeuse hésite, puis retourne dans son magasin pour appeler la police. La boutique est vide: : la vieille dame a disparu, et la paire de gants en chevreau avec elle.

Louise et Victoria arrivent presque en même temps, essoufflées, à l’atelier. Tous les regards se tournent vers elles quand la porte s’ouvre violemment, et Sylvette lance :

— Bah mazette, t’as gagné à la loterie ou quoi ?

Elle se lève et pose son chapeau en cours sur son siège, pour tâter sans ménagement la jupe de Louise :

— Dis-donc, c’est pas de la camelote, ce que t’as sur le dos.

La voix d’une autre fille s’élève :

— Mais c’est la robe qu’était dans la vitrine de Mlle Adélie ! Comment t’as fait pour te la payer ?

Telle une nuée d’abeilles, les filles de l’atelier se lèvent pour entourer Louise et la bombarder de questions et de compliments :

— En fait tu l’as volée ! se moque Sylvette.

Louise ne répond pas. Elles comprennent.

— Mme Hugo arrive ! crie Victoria en regardant par la fenêtre.

Affronter la colère de Mme Hugo serait pire que tout : d’un regard, elles se mettent d’accord. Victoria pousse Louise dans les toilettes, les filles se dispersent et reprennent leurs tâches.

L’après-midi, quand la vendeuse de la boutique de Mlle Adélie arrive accompagnée d’un policier, elles jurent d’un commun accord que Louise et Victoria étaient avec elles toute la journée. D’ailleurs, Louise ne porte aucun article de ce magasin sur elle, et l’officier est bien mal en peine de retrouver la fameuse robe volée. Il a beau fouiller l’atelier, il ne met pas la main dessus, et se voit obligé de classer l’affaire.

Si la vendeuse avait fait preuve d’un peu plus d’attention, peut-être aurait-elle reconnu sa robe dans le turban de soie rose rebrodé d’or, dans le bandeau en perles de geai, ou dans le chapeau-cloche en tulle noir qui trônaient sur les étagères cet après-midi-là.