1er septembre 2017 :

Nous allons déménager et acheter notre propre bien ! Maison ou appartement, il serait bien que j'ai moins d'affaires, et surtout moins de costumes, qui est le seul domaine où j'accumule ce qui ne m'est pas essentiel. Pour le reste, j'ai appris, avec les années, à trier, jeter, donner, ranger, et je dois dire que je me sens beaucoup mieux depuis. Mais pour les costumes, j'ai toujours trouvé très dur jusque-là de me défaire de pièces que j'ai pris du temps à coudre, pour lesquelles j'ai acheté beaucoup de matière première, ou passé des heures à dénicher les accessoires... Mais comme ils se montent à près d'une centaine de pièces (trois-cent si je compte les chaussures, chapeaux, châles, réticules, gants...), il faut vraiment que je fasse de la place.

J'ai commencé par les costumes époque Regency, qui sont les plus nombreux, et je dois avouer qu'en fait ça été bénéfique : j'ai conservé les pièces les plus belles, basiques ou historiquement justes, et je me retrouve donc avec deux chemises, deux corsets, quatre robes, deux robes-du-dessus, et un spencer. Cela me fait une bonne garde-robe de base pour y ajouter par la suite des pièces qui seront coordonnées !

Ainsi, et c'est là que je voulais en venir pour cet article, je me suis rendue compte que je n'avais qu'une seule robe blanche, et qu'elle est trop élégante pour la porter tous les jours. De plus, elle a une traîne, et pour aller marcher en ville ou danser, ce n'est pas très pratique (même si c'est ce qui se faisait à l'époque).

J'ai donc commencé une petite robe simple dans ce qui me restait de l'autre robe blanche, avec une fermeture en rideau et un peu de dentelle aux manches et en bas. Je n'ai pas acheté la moindre fourniture et ai (presque) tout fait à la main !

DSC03540.JPG

Je n'ai que deux photos pour cette robe, parce que mon appareil était en charge le temps que je la fasse. Sur la première, on peut voir la robe avant de poser le lien de fermeture sous la poitrine. J'ai travaillé très petit, avec un ourlet minuscule dans lequel j'ai passé un fil de coton épais. Pour le lien sous la poitrine, j'ai cousu ensemble les surplus de tissu intérieur, ce qui me fait un petit passant sans acheter de biais. Comme la robe est plutôt transparente, on ne voit pas la moindre couture comme ça.

DSC03542.JPG

Et voilà la robe terminée et repassée, avec la même dentelle aux manches et à l'ourlet de la jupe. Elle est très légère et confortable, le seul défaut, c'est qu'elle se froisse à la vitesse de la lumière !

2 septembre :

Pour accorder cette robe à mon caraco jaune, j'ai cousu ce turban avec, là encore, des restes. D'un côté ce qui me reste du tissu rouge dans lequel j'ai déjà fait la jupe de la Laitière et la doublure de ma robe Fourmi 1873, et de l'autre des franges que j'avais mises sur un châle d'un costume de Titanic !

DSC03313.jpg

3 septembre :

Voilà une photo de la robe portée juste avant d'aller voir l'exposition "Belles d'Empire" à Wavres. Elle est donc un peu transparente, on voit la chemise en dessous et le biais beige du corset, mais comme a priori je porterai toujours ça dessous, ça ira ! Par contre, il faut soit que je retaille mon corset blanc, soit que je m'en refasse un autre, parce qu'il est trop grand.

DSC03548.JPG