L'année 2010 commence en fanfare avec Avatar! mais cette année, comme je ne vais pas avoir trop les moyens d'aller au ciné, je vais également mettre les autres films que je vois et qui me semblent intéressants. Toujours le même système de couleurs.

Avatar : J’en sors tout juste (j'y ai mis le temps) et j'aurais mieux fait de m'abstenir: je ne vais pas rebondir sur toutes les critiques très bien faites produites avant moi pour lesquelles je suis plutôt d’accord, comme quoi par exemple ce film est bien en-dessous de ce que j’en espérais, je vais juste dire que ça m'énerve profondément parce que les seules idées que je trouvais cool dans mon roman en cours (genre les schtroumpfs à oreilles pointus qui se battent avec des arcs, les plantes lumineuses, les loups décharnés, la forêt-refuge-paradis et la parabole écolo....) je les retrouve dans ce film! Si cet olibrius de réalisateur ne s'appelait pas JC je lui taperai dessus: bref, je vais devoir une énième fois tout recommencer... J’en ai vraiment marre d’avoir des idées cool qui sortent en livre ou en film des mois après… même si vous me direz que des créatures à peau bleue et oreilles pointues, ça fait longtemps que ça existe…

Metropolis: C'était une projection de la version restaurée sur ARTE. Pour avoir vécu une expérience un peu similaire avec une projection des "Lumières de la ville", je me dis que ça devait être merveilleux d'être dans la salle.Revoir ce film restauré avec ces scènes retrouvées est un vrai plaisir, mais s'il est un peu trop empreint de religion pour moi. Et j'adore les grimaces de l'actrice qui joue Maria quand elle est méchante^^

Sur la route de Madison: (passait sur la 3). D'ordinaire il y a toujours un décalage dans les vieux films "classiques" qui me dérange, mais là, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu d'histoire d'amour aussi poignante. Le jeu des acteurs y est pour beaucoup, et je suis encore plus fan, si c'est possible, de Meryl Streep. J'adore la finesse et la justesse avec lesquels sont traités les sentiments, c'est tellement réaliste... Bref, j'ai versé ma petite larme à la fin^^

Singing in the rain: (passait sur TCM) (en ce moment je revois ma culture cinématographique) Franchement je comprends pourquoi c'est devenu la comédie musicale préférée des américains. C'est vraiment drôle, touchant et paradoxalement (alors que ça parle du passage du film muet au parlant) assez moderne, même dans les chorégraphies. j'adore les personnages de Don Lockwood et de kathy.

2001 l'odyssée de l'espace (passait sur TCM) Comme on m'en a beaucoup parlé comme d'un classique, j'ai décidé de le regarder. Eh bien, je ne comprends pas pourquoi ce film que l'on peut résumer à des vaisseaux qui dansent sur des valses viennoises et des filles habillées à la Courrèges avec des pots de chambre sur la tête a eu autant de succès.
Au bout d'une heure, les hiiiiii de la musique (si on peut appeler ça comme ça) étaient si stridents que j'ai coupé en plein milieu. ça ne m'était pas arrivé depuis.... en fait ça ne m'était jamais arrivé de ne pas suivre un film jusqu'au bout. C'est dire si j'ai aimé...

Diamants sur canapé: Outre le charme indéniable d'Audrey Hepburn, je trouve que ce film manque un peu de rythme et de poésie. J'ai bien aimé deux passages, celui où le héros emmène l’héroïne à la bibliothèque pour lui montrer qu'ils possèdent son livre, et la fin, avec le discours sur la liberté et le "personne n'appartient à personne";)

Je viens de me faire à la suite les deux versions de Sabrina: celle avec Audrey Hepburn et celle avec Harrison Ford.
Dans l'idée c'est l'histoire d'une fille qui tombe amoureuse de David Larrabee, part à Paris pour l'oublier, revient des années plus tard complètement transformée, et comme elle compromet une fusion et un mariage entre David et une riche héritière, se fait manipuler par Linus/Laurent Larrabee afin de ne plus gêner. Sauf que ce dernier en tombe amoureux...
Les deux versions sont extrêmement proches, mais je crois bien que je préfères la seconde, même s'il y a Bogart dans la première, parce qu'elle est bien plus fraîche et Ford, qu'est-ce qu'il joue bien... Je la préfère aussi parce que quand Sabrina va en France, on retrouve Fanny Ardant, Valérie Lemercier (créditée au générique Valeria, ce qu'ils sont nuls ces amerloques) et Patriiiiick Bruel! Du coup, la vision de la France n'est pas aussi cliché que dans la première version: à la base, elle partait en France pour devenir cuisinière quand même...
Bref, c'est vraiment une jolie histoire que je vous recommande, quelle qu'en soit la version, (les deux films ou la pièce de théâtre originelle) l'idéal étant pour moi de faire jouer Audrey Hepburn face à Harisson Ford^^

Je viens de voir le Pianiste et j'en suis encore toute retournée... Sur 144 minutes de film, j'ai du pleurer à peu près 140 minutes, ce qui fait que je bats mes records de larmes obtenus avec The duchess et Sam je suis Sam. C'était comment dire... bouleversant. C'est un film que tout le monde devrait voir. On devrait l'imposer dans les collèges avec La liste de Schindler, enfin, ce n'est que mon humble avis^^ Normal que tout le monde en parle les larmes aux yeux, parce que sérieusement, si quelqu'un le regarde sans verser la moinde larmichette, c'est qu'il a fait don de son coeur de son vivant. j'avais l'estomac en vrac tout du long, il y a des scènes particulièrement choquantes. Je crois que je vais faire des cauchemars toutes les nuits avec celle avec le papy en fauteuil roulant. Remarque, déjà que je rêve de camps de concentration toutes les nuits, ça va pas changer grand'chose, juste rendre ça encore plus réaliste et encore plus horrible.

L'arnacoeur avec un quatuor d'acteurs assez bons: Romain Duris, Julie Ferrier, Vanessa Paradis et François Damiens. La fin est téléphonée, mais les moyens d'y arriver ne le sont pas. il y a quelques scènes assez chouettes, notamment celle où le couple refait la chorégraphie de Dirty Dancing. A croquer! Je voudrais bien être arnaquée comme ça

Shutter island. Mouais je sais pas si j'ai trop regardé de films avec des twists finaux, mais là, je n'ai absolument pas trouvé que la fin était originale... j'ai trouvé ça un peu glauque, mais très prenant. Et bizarrement, le mossieur à côté de moi m'a regardé d'un air bizarre quand je lui ai dit que je trouvais certaines scènes très belles: celles avec les enfants noyés, celles avec les corps à Dachau sous la neige, celle avec la fausse Rachel et ses trois enfants en sang à ses pieds et celle avec Rachel et Dolorès en "souvenir" qui se font happer par l'explosion de la voiture. Je les trouvais esthétiquement très réussies, limite destinées à faire des tableaux. Bref, lui avait envie de vomir, et moi j'avais envie de peindre... je suis vraiment pas normale.

Alice au pays des merveilles
Mon impression générale est que malgré les sublimes costumes (quelles robes, je n’en reviens toujours pas !), les magnifiques décors, l’histoire de base que j’adore et les acteurs tous géniaux, il n’y avait rien de bien merveilleux là-dedans… Je n’ai ressenti aucune émotion (excepté les scènes entre Alice et Hatter qui auraient mérité d’être plus développées), j’avais l’impression de voir un joli livre d’images.
Commençons par le début et son introduction : j’ai trouvé Alice petite très laide avec ses cheveux décolorés, rendre les filles blondes, OK, mais fait pas exagérer. C’est comme la reine blanche, c’est quoi ce maquillage ?? Les scènes dans le monde réel me plaisent beaucoup, je les trouve très jolies, avec tous ces habits blancs. Par contre, pourquoi le futur ex-mari d’Alice est roux ? Qu’est-ce qu’il a contre les roux Burton ?
C'est quoi ce chapelier? Mais il n'est pas assez toqué! ce n'est pas parce qu'on se contente de changer d'accent et de rire toutes le cinq minutes qu'on est fou. D'ailleurs, pourquoi il change d'accent tout le temps Depp? Et pourquoi il joue aussi mal?
La descente dans le terrier et tous les effets spéciaux en fait me paraissent assez cheap, par exemple quand le valet de cœur monte sur son cheval, je trouve ça très laid.
Je n’aime pas cette façon de rationaliser les personnages et de donner une logique à l’histoire d’Alice : ce qui était une histoire barrée sans queue ni tête devient un scénar de fantasy miteux. La fin me déçoit beaucoup à ce titre, c’est quoi ces éclairs violets de fantasy merdique qu’il crache, le monstre ? Et c’est quoi ce combat final digne d’un mauvais Eragon ??
J’aime beaucoup le chapelier qui giguendélire, on dirait du Michael jackson, quand j’ai vu ça, j’ai crié « noooooon » tout fort, genre « ils ont pas osé quand même^^ »
Pour conclure, je dirais que si j’avais une question à poser à Tim, je lui demanderai s’il n’aurait pas bien besoin d’un jabberwocky à combattre, histoire de retrouver sa plussoyance !

Je viens de voir "L'Imaginarium du Dr Parnassus" mais en fait je ne comprends pas trop certains avis... Je ne l'ai pas trouvé du tout barré, fou, psychédélique, délirant ou je ne sais quoi. Je veux dire, le scénario est quand même très compréhensible, voire linéaire et basique.
J'ai eu l'impression que Gilliam avait scanné mon cerveau d'un certain côté, alors c'est peut-être normal, vu que c'est mon univers, non en fait, c'est Moi tout simplement. Ça m'avait fait ça qu'une fois auparavant, cette impression de voir ses pensées en 3D, et ben c'était avec les premiers Burton que j'ai vus. Et là c'est encore plus, par exemple, les personnages de Valentina, d'Anton et de Parnassus, ben, c'est les miens quoi... Ce n’est pas pour être prétentieuse que je dis ça bien sûr, mais bon… Du coup je n’ai pas été surprise ou eu de réaction extrêmes comme certains…
Je trouve que Heath ledger me faisait penser à mort à Johnny Depp, à tel point que je n’ai reconnu celui-ci (qui est vraiment présent) que quand il a ouvert la bouche. Il était d’ailleurs à croquer, dommage qu’on en ait pas eu plus. Je suis fan de Lily Cole, même amoureuse quoi. Je savais qu’elle était belle, mais qu’en plus elle sache bien jouer, ça… En fait j’adore tous les personnages, vu que comme je l’ai dit plus haut, ce sont les miens. Bon, mon prochain film, ça sera un machin comme ça :p
Il y a un truc qui me parait évident, c'est que Parnassus, c'est Dieu. ça se voit par plein de détails trop longs à expliquer, et je trouverais ça logique, si Dieu existait, qu'il aime tant les humains qu'il soit redescendu sur terre pour être mortel. Du coup ça expliquerait que le Diable soit le seul gagnant de l'histoire et que notre monde court à la catastrophe (cela dit, si le diable c'est Waits, moi, je me laisse tenter)