Les articles façon “reportage” sur ma vie privée, ça n’a jamais été mon fort. Peut-être parce que d’autres que moi racontent bien mieux ce qui leur arrive, avec plus d’humour ou de talent. Ou peut-être aussi parce que je n’aime pas garder les “preuves” de ce que j’ai fait dans ma vie: photos, tickets de musée ou de cinéma… Je n’en prends pas ou je les jette. Mais ce week-end, j’ai participé à mon premier bal costumé, et c’était une expérience tellement chouette, de réaliser un de mes rêves de gamine, que ça m’amuse de me prêter à l’exercice, et que pour une fois, j’ai envie de me rappeler de tout!

                              Début août 2013

Une amie de longue date, organisatrice de murders comme moi avant, me fait passer un lien sur la page facebook du grenier, là où j’expose toutes mes créations de costume. A première vue, je me dit: encore un de ces événements trop loins, trop snobs, trop chers, auxquels je ne pourrais pas participer. Et puis je vois que c’est à Strasbourg, que le thème des costumes est historique et va du XVIII ème au début du XX ème, bref, ça me tente. Mais j’ai pas de sous, alors je remise le message à la poubelle, comme d’habitude, pour éviter la frustration… Sauf que mon chômage tombe, trois mois d’un coup, miracle! Je me dis, pour une fois, et si je faisais une folie? Du coup dans la foulée, j’en parle à une amie, qui comme moi adore ça, et on décide d’y aller toutes les deux! (En fait, j’avais demandé à l’origine à mon amoureux, mais il ne voulait pas, et entre temps, tant mieux, vu qu’il n’est plus mon amoureux… Le prochain devra aimer danser et se déguiser en Darcy :P !!)

                             Un cadeau d’anniversaire

Le 17, c’est mon anniversaire, et Falang vient! Là on s’est organisées pour le bal, et on a décidé de jouer le grand jeu: train et pas covoiturage, hôtel pile en face de la salle de bal, robes plus spectaculaires tu meurs, bref, la totale! Elle sera Mina dans Dracula, et moi Renée Saccard dans la Curée. On passe chacune presque deux semaines à faire nos robes (ce qui pour moi est un record… de longueur :D), j’essaye de l’aider, et une semaine avant, elle change d’avis, et simplifie son modèle. Moi, j’ai acheté une crinoline à traîne pour rien, puisqu’elle ne va pas avec ma robe, et suis obligée de me fabriquer un jupon deux jours avant. Finalement, ç’aura été une meilleure idée, parce que plus tard…..

                          Le train le plus long du monde…

Samedi matin, à 6h, je me lève pour prendre le train, déjà bien fatiguée par deux semaines de déménagement, montage de cartons, peinture de meubles…. Et arrive une demi-heure à l’avance à la gare. C’est tout moi ça, toujours la trouille de tout rater, et finalement je m’emmerde dans le froid pour rien. Arrivée sur le quai, je vois un train plus pourri tu meurs, sans la moindre indication dessus: c’est un train inter-city, qui a dû sortir d’une faille temporelle des années 50. Sur le quai, une jeune homme irlandais me demande si c’est le bon, tout surpris comme moi de ce machin hors-temps, et une dame avec son vieux père se rajoutent dans la conversation: de fil en aiguille, je reste avec les deux pour les aider, et on s’installe dans le même coin. La fille me confie son papa: il n’est plus tout jeune et ne saura pas où descendre… Et en effet, j’ai passé les 6h de trajets suivant à l’empêcher de descendre à chaque arrêt^^ (Oui, oui, six heures…) Jusqu’au Luxembourg, je discute en franglais avec le jeune homme irlandais, et on se découvre les mêmes goûts pour le cinéma: lui aussi est fan de comédies musicales niaises, et connait même “Return to Oz”, la suite du Magicien d’Oz dont j’étais super fan gamine. On passe trois heures à se marrer comme des cons, tandis que je passe mon temps à chouffer le papy qui nous refile des tic-tac tous les cinq minutes.Le temps passe un peu plus vite comme ça.

Le jeune homme descend, et le papy s’installe en face de moi. On commence à discuter, il est adorable cet homme: 85 ans, encore très alerte, mais comme il est marocain il mélange un peu ses deux langues et j’ai du mal à tout comprendre. Au final, il aura partagé son Kiri avec moi à midi et je lui aurais refilé mon 06: sachez que toute ma famille est invitée à passer un mois au Maroc ;))

13h18, j’arrive enfin. J’ai mal partout, le train était très inconfortable… Moi qui devais attendre mon amie une heure à la gare, finalement on arrive au même moment: ça aura au moins eu cet avantage! On se tombe dans les bras, enfin, j’arrête d’avoir peur, maintenant qu’elle est là, tout va bien se passer!

L’hôtel de la Cathéd…râle

On met à peine un quart d’heure pour trouver l’hôtel. A vrai dire, il est juste en face de la cathédrale. La maison Kammerzel, où l’on va danser le soir, est un immeuble classé avec un restaurant au rez-de-chaussée. C’est magnifique, le coin me plaît vraiment! On dépose nos valises et découvre nos chambres: il était prévu un tout petit truc avec un seul lit, on se retrouve avec une chambre à mezzanine sous les combles adorable, deux lits et plus de confort dans la salle de bain que dans mon propre appartement^^ On fout le bordel, déballe les jupons pour qu’ils se défroissent, et décide de visiter la ville.

Brocantes et vieilles dentelles

On a deux heures pour faire un petit tour: il fait un temps sublime, je suis en robe, la ville est magnifique, et… il y a une brocante! Je ne me suis jamais sentie aussi bien, et j’oublie pour un temps tous mes soucis du moment. On s’extasie en voyant que la brocante n’est pas un vieux boui-boui: il n’y a que des choses de valeurs, j’ai envie de tout acheter. Finalement, c’est mon amie qui dépensera quelques euros dans une paire de gants noirs pour sa robe. La vendeuse nous dit qu’elle connait une boutique pas loin où on pourrait trouver des gants longs: il nous reste une heure, on y va! Mais on se perd… Après des détours, on la trouve, il n’y a pas de gants, et on est en retard sur notre planning….

Stressgirl:

J’avais demandé deux heures pour se préparer à l’aise, parce que je sais que je stresse et que je mets du temps. On n’en a plus qu’une, je commence à chauffer, je cours dans tous les sens, je sens bien que c’est contagieux, mon état d’esprit pourri, elle n’arrive pas à mettre ses lentilles à cause de moi. Je déteste quand je suis comme ça, mais quoi, je suis une angoissée de la vie… Elle est adorable, patiente, et m’aide pour mes cheveux et ma robe. Finalement, on est prêtes avec un quart d’heure de retard, et comme d’habitude, je me trouve hideuse. Pourtant objectivement, avec le recul, quand je me suis regardée dans le miroir, c’était pas mal. Sauf que je n’ai pas confiance en moi, et comme je sais que je vais être regardée, tous mes complexes remontent à la surface: tâches rouges sur la peau, bras trop gras, taille pas assez fine malgré le corset, gros pif, dos tordu, double menton… bref, j’ai pas du tout envie d’y aller. Je fais semblant de perdre mes gants trois fois, histoire de retarder le moment… Sauf que c’est quand même sensé être mon rêve et que j’ai entraîné Falang dans cette galère: si j’y vais pas, elle n’ira pas non plus. Et ce serait légèrement du gâchis ;) Donc j’empoigne ma traine et je me motive! Une fois dans les escaliers de l’hôtel, je nous vois dans la grande glace baroque, et j’ai une révélation: on est quand même toutes les deux sublimes..

En haut des escaliers

Au premier étage, une chanteuse lyrique, près d’un piano, de grands rideaux, quelques messieurs en haut de forme dans le fond, des moulures au plafond, un parquet de danse, et des tables dressées comme dans Titanic avec des chaises dorées: c’est bon, je suis conquise! Même s’il ne s’agissait que de rester assises sans rien faire toute la soirée, ça m’irait. Puis je tombe directement sur cette amie qui m’avait envoyé le lien de l’événement, on gniiise comme toute fille débile qui n’a pas vu sa pote depuis longtemps, et elle fait les présentations avec son groupe: du coup c’est parti, moi qui avait prévu de rester avec Falang dans mon coin toute la soirée, non, on parle, on s’éclate, on est avec des gens comme nous, intelligents, drôles et qui n’ont pas peur du ridicule, et misère, je suis populaire! C’est un truc qui ne m’arrive quasiment jamais, d’ordinaire on me regarde de loin avec de grands yeux, c’est qui cette fille bizarre qui se prend pour une princesse de Disney à 30 piges?

On rencontre l’hôtesse, adorable, dans une robe de cour XVIII ème qui lui fait rejouer des scènes de la Folie des Grandeurs, puis on se prête à une séance photo que vous m’en direz des nouvelles. On nous mitraille, ils sont gentils de recommencer sous mes directives de chieuse (ben quoi, j’ai pas passer tout ce temps à être belle pour qu’il ne reste rien :P) et pour une fois, je ne suis pas trop mal à l’aise: la robe, la coiffure, le maquillage: j’ai tout calculé pour être impec’. Je regarde cependant une photo, mais pas les suivantes: mes défauts me reviennent tous à la gueule.

On a le droit à un apéritif, mais seul le muscat est passé: avec les corsets, la nourriture, c’est difficile^^ Du coup on est un peu pompettes, et tout le stress disparaît. Le repas est un délice, deux menus qu’on se partage et que je mets un temps fou à avaler: terrine de campagne aux mirabelles et avocat pimenté en entrée, filet de sole ou porc aux griottes en plat principal, et île flottante (mon dessert préféré^^) en dessert! Par contre, je suis incapable de vous redire exactement quels étaient les noms des plats, ce qui aurait ajouté encore un peu de classe, s’il en avait fallu, à cet événement.

Il ne vous est jamais arrivé de vous demander pourquoi les héroïnes de ces époques demandent des sels toutes les quatre secondes, et de trouver ça totalement ridicule? Et bien portez cette tenue, et je vous assure que si vous ne tombez pas dans les pommes, entre la chaleur, l’alcool, le corset, vous êtes fort(e)s ;) Moi, même si je sais qu’elles étaient habituées, je les plains, et ne ferais pas ça tous les jours :D !

Oui mais si on danse?

Avec tout ça dans le bide, fallait en vouloir pour réussir à se lever :) Mais le couple qui allait nous apprendre les danses est arrivé, alors fallait bien se bouger :) La plupart d’entre elles étaient des danses plus folkloriques ou médiévales, mais j’étais très heureuse parce que j’ai eu droit à ma contredanse anglaise! Évidemment, pas de Darcy ni de colonel Brandon en vue pour m’inviter, mais hein, ma cavalière était aussi très sympathique^^ Pendant qu’on dansait (et j’ai réussi à peu près à m’en tirer), je regardais la scène, et c’était vraiment superbe, tous ces messieurs en gilets, ses dames en belles robes. Si toutes avaient choisi la même époque, on s’y serait vraiment cru! Par moments, d’ailleurs, des groupes se formaient ou bizarrement, les époques étaient les mêmes, ce qui faisait rejouer quelques tableaux célèbres, du genre Eugénie et sa cour pour les robes 1860, ou du Tissot pour notre groupe, axé sur les années 1870. D’ailleurs, je pensais sincèrement que nous serions les seules à avoir choisi cette époque, mais nous étions bien une dizaine! Et il ne devait y avoir que la moitié en XVIII ème! Ce qui dominait était le steampunk, ou ce que j’appelle globalement le “costume-placard”, à savoir, on prend une pièce ici, un truc là, ça devrait bien ressembler, une belle coiffure et un beau maquillage, ça fera illlusion! Mais dans ces “costumes-placards”, quelques-uns étaient très réussis, notamment une jeune femme avec ce qui devait être globalement une robe de mariée des années 70: elle avait du passer chez des pros avant parce que coiffure et maquillage étaient vraiment impeccable, et ça faisait très regency^^

Évidemment, avec nos traînes, on s’est fait marcher dessus plusieurs fois, et je n’ai pas arrêté de perdre mes iris qui sautaient partout façon Flore qui sème le Printemps. Tout au long de la soirée, des gens très gentils s’amusaient à me les rendre^^

On est arrivées facilement à deux heures du matin, et pour nous deux, c’était bien la première fois qu’on restait jusqu’à la fin d’une soirée (genre d’habitude moi je me casse dès que je fatigue, l’ambiance fin de soirée alcoolisée c’est pas trop mon truc), et sincèrement, je serais bien restée plus longtemps!

Fin de bal…

Alors pour immortaliser ce moment, j’ai demandé une séance photo “after”:. Pour vous je ne sais pas si ça sera aussi marrant, mais je crois qu’on a jamais autant rigolé toutes les deux! En me déshabillant, j’ai découvert que ma jupe du dessous était morte, tiens donc, c’était ça tous les “cracs”?? 

Le lendemain, on a laissé nos valises à l’hôtel, et avons continué de visiter la ville. Comme j’étais totalement morte (fatal dôme au chocolat chantillyé et fatale choucroute :P) on est allées au cinéma voir “Neuf mois ferme” qui était vraiment excellent! J’ai pleuré et j’ai beaucoup ri, mais cela dit, c’était peut-être du à la fatigue :p Non je blague, je n’aurais peut-être pas pleuré en temps normal, mais c’était vraiment bien écrit, et les acteurs sont excellents!

Le voyage de retour fut éprouvant, et rien que de le raconter, ça m’use… En plus j’étais seule, alors sans ma copine, c’était évidemment bien moins drôle. Ces deux jours avec elle furent vraiment très chouettes :) Donc je vais passer pour dire que je suis rentrée épuisée, mais ravie, à onze heures du soir, et que je veux recommencer!!!!